Un psychothérapeute italien, Claudio Risé, analyse le phénomène qui conduit des garçons à vouloir changer de sexe :

« Ils le font non pas parce qu’ils se sentent femme physiquement ou sexuellement, mais parce qu’ils trouvent insupportable la condition de l’homme aujourd’hui.

“Médias, politiques, spectacles, présentent les femmes comme étant belles et intelligentes et les hommes comme étant laids et stupides. Malheureusement ces garçons sont conformistes (comme la majeur partie de leurs camarades) et donc ils ne réussissent pas à penser avec leur tête. Et pour cela ils voudraient faire court et devenir femme, mettant fin ainsi à leurs difficultés. »

Pour le psychothérapeute la société « méprise les garçons » et « récompense les femmes avec des louanges exagérées et des avantages non stop » :

« C’est pour cela qu’ils veulent devenir femme et ainsi éviter bien des difficultés qu’ils auraient en restant homme. Et comme souvent ils sont plutôt beaux, ils rêvent de devenir star ou une personne influente, au lieu de rester un pauvre garçon, dont personne ne se soucie, puisque la bonne, la courageuse et l’appréciée est toujours la femme. Selon les jeunes garçons qui en ont marre, le sexe féminin est au centre du monde tandis que le leur est seulement méprisé et considéré dégoûtant. »

Une condamnation sous-jacente du féminisme castrateur.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Pour etre pretre au Temple ,,,pas de testicules ecrases ni coupés .Dans le nouveau testament il y a preponderence de l homme pour la direction meme si des prophetes comme Abraham ont du ecouter leurs femmes ,,La place de la femme dans la bible est elevee ,il y a eu moult heroines ,quasi des saintes ,le feminisme se revele bien comme etant satanique ,,encore une saloperie qui nous vient du grand satan ,la bete de Daniel .

  2. Le féminisme a été construit sur le modèle marxiste de la lutte des classes : prolétaires naturellement bons contre méchants patrons exploiteurs. Dans la propagande féministe, c’est devenu : filles naturellement bonnes contre méchants garçons qu’il faut réformer par la guerre des sexes, pour les rééduquer, les déviriliser, moralement les castrer pour qu’ils deviennent comme les gentilles filles.

    Dans les années 70, cela s’est traduit par : garçons au physique longiligne, pas de sport violent (les arts martiaux, quelle horreur !), au contraire la mode unisexe, pantalons pattes d’éleph, chemises à fleurs, bijoux de pacotille, foulards colorés, cheveux longs, parfois avec maquillage autour des yeux, boots à talons hauts, et consommation d’herbe ou de cannabis “parce que cela rend pacifique et cela ouvre l’esprit”.

    Aboutissement de cette propagande : le gender, qui nie les évidences pour prétendre qu’un garçon est une fille ou l’inverse. Il suffit de décider de ce que l’on est pour le devenir (tu parles !).

    On remarquera que l’écologie s’est construite dans les années 70 exactement sur le même modèle de la lutte des classes, avec les gentils militants écolos (les héros de la gauche post 68 arde), contre les méchants pollueurs qui sont à la fois les horribles patrons capitalistes et les affreux citoyens “fumeurs de clopes qui roulent en diesel”, version modernisée du “beauf à la Cabu”, le méchant individualiste, l’ennemi intérieur qu’il fallait à tout prix combattre et écraser par le mépris…

  3. C’est clair!
    Elles sont procédurières à tort et à travers, une piètre imitation de la société détestable américaine!
    C’est la Ripoublique dictatoriale des pétasses et des vieilles rombières, du n’importe quoi!

  4. C' est moi says:

    Ça ne va pas durer Un mouvement de résistance masculine s’ est organisé aux états unis …et comme souvent ce qu’ il se passe aux states préfigure ce qu’ il se passera ici plus tard ….l’ extrémisme féministe et le gender en mode LGBT c’ est bientôt la fin

  5. Quand quelqu’un s’éloigne du rôle qui lui est imparti par l’ordre des choses, non seulement il se rend ridicule et souvent tyrannique mais aussi il crée le désordre, engendre l’incohérence et la contradiction et par voie de conséquence suscite la confusion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !