On évoquait au début du mois de mars la mise en place de la mission Eufor-RCA qui devait se déployer au mois de mars pour atteindre sa pleine capacité opérationnelle au mois d’avril. Les événements ukrainiens ont un peu occulté cette fameuse mission qui devait montrer l’efficacité européenne. Et pour cause… car on sait aujourd’hui qu’elle capote totalement. Si l’Etat-Major est opérationnel et se trouve bien à la base de Larissa en Grèce, cela s’arrête là. On est loin d’avoir obtenu les 1000 soldats nécessaires. L’Allemagne n’a rien fait et s’est contentée de paroles. Mais la crise ukrainienne est venue mettre aussi son grain de sable dans la mission. La Pologne qui s’était engagée à envoyer des troupes en RCA, a fait volte-face, de même que d’autres pays baltes tels l’Estonie et la Lettonie. Ce revirement est bien sûr dû aux événements en Ukraine et à la menace russe. Et la situation doit être grave car on se souvient que la Pologne avait été le premier pays à apporter son soutien à l’opération Sangaris avec l’envoi d’un C130 et d’un personnel logistique. Or la majorité des renforts devaient venir de ces pays. Mais d’autres états-membres de l’UE sont désormais réticents, se préparant à un conflit à l’Est. La situation en Centrafrique ne parait plus prioritaire alors que la situation humanitaire ne fait que se dégrader.

La question est de savoir maintenant si la mission Eufor-RCA verra vraiment le jour. Pour Jean Guisnel, même si c’était le cas, elle pourrait se composer d’effectifs de bric et de broc que les Français compléteraient avec des troupes supplémentaires. On peut donc comprendre les craintes de Catherine Ashton. La crédibilité européenne en prendrait un certain coup. Quant à la France, elle a parlé trop vite et reste toujours isolée tout en continuant de payer la facture.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :