Le blog L’insolent, sous la plume d’un combattant anti-communiste de la première heure, JG Malliarakis, a publié le 13 septembre dernier une satire des plus impertinentes sur le monde du progrès, le parti macronien et leur cheminement « sociétal » !

Sous le libellé Gauche la plus intelligente du monde, sous-titrée La culture de mort se porte bien, c’est une analyse sans concession du progressisme, ce « rouleau compresseur » destructeur « de l’ordre naturel et traditionnel » :

La culture de mort se porte bien

Socialisme-maçonniqueÀ l’époque du stalinisme à balles réelles, on appelait progressistes les gens qui, sans adhérer officiellement au PCF, sans s’inscrire dans la lutte des classes marxistes, cheminaient avec lui en compagnons de route. Leur cheminement, désormais, se veut résolument culturel. Métapolitique, on le dit aujourd’hui “sociétal”. On emploie ce charmant néologisme pour recouvrir toutes les subversions et toutes les inversions qui ne coûtent pas un centime d’impôts aux couches les plus riches de la société, attachées à une prospérité purement économique et matérialiste.

On peut dès lors dater de ce 26 juin, une nouvelle forme de basculement ouvertement progressiste du parti macronien, marqué par l’exclusion d’Agnès Thill, députée de l’Oise. Les 9/10e des cadres du mouvement dit de La République en Marche sont issus, en effet, du parti socialiste. Ils ne l’ont abandonné, sans changer d’idéologie en profondeur, qu’en raison de la nullité des dirigeants de la rue de Solférino. Peut-être même bientôt, poseront-ils un problème au président qui les a fait élire. Un certain Emmanuel Macron, dans un livre manifeste publié en 2016[1], leur a d’avance donné raison, théorisant ainsi : “Le clivage aujourd’hui est entre les conservateurs passéistes qui proposent aux Français de revenir à un ordre ancien, et les progressistes réformateurs qui croient que le destin français est d’embrasser la modernité. Non pour faire table rase, ou pour s’adapter servilement au monde, mais pour le conquérir en le regardant bien en face.”

Ces gens se veulent donc “progressistes”.

Quelle est la marche de leur prétendu progrès ? quel est le but de cette intimidation idéologique ?

Ce sont quand même des assemblées, élues par des majorités de citoyens croyant voter pour la droite, qui ont adopté, en 1967, la loi Neuwirth autorisant la contraception chimique et la loi Veil de 1975 autorisant l’avortement chirurgical, renommé plus techniquement interruption volontaire de grossesse.

La loi de 1999 organisant le PACS, signée de Jospin, Aubry et Guigou fut adoptée après de chaudes contradictions pendant l’automne de l’année précédente. “Le Pacs sera le Vietnam de Lionel Jospin”, pronostiquait, le 6 octobre 1998, le député RPR de Paris Pierre Lellouche qui s’est si souvent trompé.” Petite victoire des opposants quelques jours plus tard. Mais, en dépit d’une mobilisation attisée par Christine Boutin, le texte fut voté.

Chantal Delsol peut écrire ainsi : “du PACS à la PMA et demain la GPA, le supposé progrès est comme une roue crantée qui jamais ne retourne en arrière. On a l’impression d’un énorme rouleau compresseur.[2]” Car, à chaque étape, nous avons entendu cette affirmation des politiciens : “il n’est pas question de” passer à la suivante. Garde des Sceaux, Jacques Toubon, déclare par exemple, fièrement : “il n’est pas question de créer le contrat d’union civile, il est au contraire question de favoriser dans le pays les mariages et les naissances”.

Et puis, la république adopte un nouveau texte aggravant la destruction de l’ordre naturel et traditionnel.

En 2013, la garde des Sceaux du gouvernement de Lionel Jospin, avait déclaré : “un couple, qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel, n’a pas de droit à avoir un enfant, en dehors de la procréation naturelle, bien entendu, qui, elle, implique nécessairement un homme et une femme”.

En 2019 nous en sommes à un projet de PMA sans père, en attendant pire bien entendu. Présidente de la Manif pour Tous, Ludovine de La Rochère considère à cet égard que cette notion, en elle-même, “ouvre une pointe de Pandore”. Et elle décrit son audition au Palais-Bourbon : “la majorité des députés nous écoutaient avec de nombreux a priori. Lorsque nous parlions, certains râlaient, d’autres contestaient. C’était très désagréable. Ceux qui nous ont posé des questions nous étaient tous opposés. Certains avaient préparé un petit discours, nous faisant quasiment la leçon. Ce que nous allions dire, ils le savaient d’avance, pensaient-ils. Jean-Louis Touraine[3], par exemple, a cru bon de nous dire quelle était selon lui, notre image du père : celle d’un père fouettard, autoritaire, patriarcal. C’était stupéfiant de sottises.[4]

La philosophe Juliette Abécassis, ancienne militante socialiste, s’interroge : “Que nous arrive-t-il ? Symptôme d’une époque ou racine d’un malaise profond ? Celui d’une perte de sens, d’une errance morale et spirituelle, d’une société qui se désagrège, qui ne sait plus distinguer le bien du mal, qui joue avec tout. Indéniablement les valeurs sont bousculées et nous aussi. La discussion autour de la GPA en est le témoin. Faut-il vraiment lancer un débat sur la transaction des bébés et la location des utérus ? On en est arrivés à un tel point de déchéance morale que l’on se pose la question suivante : peut-on vendre des êtres humains ? J’ai moi-même été une cible privilégiée des partisans de la GPA, abasourdie par la nature du débat, et j’en viens à me demander si penser autrement est possible.[5]

Le fonctionnement du progressisme a été étudié par Pierre-André Taguieff. C’est selon lui “aujourd’hui un terme attrape-tout qui fonctionne encore comme un terme d’éloge : présupposant un attachement à l’héritage des Lumières, son emploi comme mode d’autoqualification inscrit son énonciateur dans le bon camp[6]“.

Sous la coupe des bobos, comme il l’avait été autrefois sous la Terreur des sans-culottes, Paris ne réagit guère. La meilleure réponse que j’aie lue jusqu’ici vient de notre chère, blonde et conservatrice, dans le journal catholique “L’Ami Hebdo“, à la date anticipée du 15 septembre, sous la plume de Charles Haegen dont j’ai honteusement pillé la documentation et la conclusion.

Son article cite in fine Edmund Burke (1729-1797) : “Les Français se sont fait connaître comme les plus habiles architectes de destruction qui aient jusqu’à présent existé dans le monde. Dans un court espace de temps, ils ont complètement détruit jusqu’aux fondements de leur Monarchie, leur Église, leur noblesse, leurs lois, leurs revenus publics, leur armée, leur marine, leur commerce, leurs arts et leurs manufactures. [7]

JG Malliarakis

Apostilles

[1] Révolution, XO Editions, Paris, 2016.
[2] In “Le progrès comme une fatalité” L’Enfant oublié, Cerf 2016.
[3] Député du Rhône, partisan de l’euthanasie et de la PMA pour toutes.
[4] in Famille chrétienne 30 août 2019
[5] in “L’Envie d’y croire. Journal d’une époque sans foi”, 2019, ed. Albin Michel.
[6] in Macron : miracle ou mirage, 2017, ed. de l’Observatoire.
[7] Discours prononcé devant la Chambre des communes.”

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Le progrès est mort et enterré à ” Tchernobyl&Fukushima ” .

  2. Socialisme maçonnique, un sommaire qui en dit long…
    – Une Quatrième forme de gouvernement : la République démocratique maçonnique
    – La Démocratie maçonnique est dictatoriale
    – La Dictature sur les masses
    – La Dictature sur les parlementaires
    – Le Secret : condition essentielle de la Dictature maçonnique
    – Les Organes de la Dictature maçonnique : le Système circulatoire
    – L’Irradiation maçonnique dans le corps social
    – La Propagande et les moyens de Propagande
    – La Stabilité du régime maçonnique assurée par l’Éducation.
    Plus d’informations sur Livres en Famille : https://www.livresenfamille.fr/franc-maconnerie/8640-ag-michel-socialisme-maconnique.html?aff=NTo2

  3. Ceux qui ne veulent pas … du Dieu des Apôtres de Jésus-Christ,
    sont obligés, à terme, … de créer une dictature …

    Il n’y a pas d’autres possibilités !

  4. 1 – En dehors de Dieu … on ne peut cultiver … que la mort …

    Et en plus, il faut l’imposer … par la dictature ! …

    2 – Il n’existe pas … de régime “intermédiaire”

    où croyants et athées, … pratiquants ou non, … vivraient en Paix …

    dans une harmonie théorique … qui ne reposerait sur Personne …

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !