Le maire socialiste de Paris, enfin des bobos parisiens faux écolos et vrais gauchos, Anne Hidalgo, a décidé que le 15 août n’est plus la fête de l’Assomption au ciel de la Vierge Marie mais celle des chats.

Cette disposition de l’administration municipale de remplacer la solennité mariale par une fête dédiée aux félins serait la dernière démarche anti-catholique du premier citoyen socialiste de la capitale, réélu le 29 juin pour un second mandat à l’Hôtel de Ville. Sur le site officiel de la Municipalité, dans le calendrier des ouvertures et fermetures d’été des piscines, est apparue une annonce signalant que le 15 août sera férié car il y a la « fête des chats », le jour des chats précisément, et non parce que c’est la traditionnelle fête de l’Assomption, jour chômé depuis des siècles en France.

 

La nouvelle de la célébration publique de la journée des félins à la place de la solennité chrétienne a immédiatement enflammé les médias sociaux, plusieurs internautes ayant  ciblé critiqué cette décision du maire de gauche. L’un des commentaires les plus durs, par exemple, se lit comme suit : « Non, Mme Hidalgo, le 15 août n’est pas « la fête du chat ». Vous êtes payé par les Français et non par un petit groupe de gens qui détestent le christianisme. »

Pour le moment, l’Hôtel de Ville ne donne aucune explication sur le changement des festivités du mois d’août, qui vient à la suite d’autres initiatives clairement destinées à masquer, voire annuler, les traditions chrétiennes.

En 2017, au nom du multiculturalisme, Hidalgo a interdit les traditionnels marchés de Noël des Champs-Elysées, car les étals avec statuettes et petits tableaux représentant la Nativité et le culte chrétien n’étaient pas, selon elle, « adéquats » à la célèbre artère Parisienne.

La bataille de l’exposant socialiste contre les symboles chrétiens et en faveur de la « laïcité » a également conduit à la suppression de la crèche mise en place pendant la période de Noël, depuis l’époque du maire Chirac, au sein de la municipalité.

L’idéologie laïque du maire s’est également manifestée dans le cadre du débat sur la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, avec Hidalgo qui s’est à plusieurs reprises déclaré opposée à la reconstruction exacte de la flèche du temple, préférant les solutions architecturales modernistes aux anciennes et traditionnelles formes de l’édifice religieux.

L’obsession du premier citoyen à cacher et à enlever les symboles du passé chrétien millénaire de Paris et de la France, cependant, se concilie incroyablement avec une forte attitude de faveur, par le même exposant socialiste, envers l’islam. L’Hôtel de Ville, purgé par ordre d’Hidalgo de la présence de toute référence au christianisme, ouvre périodiquement les portes, par décision du même représentant de la gauche, à des initiatives célébrant le credo mahométan. Chaque année, le maire socialiste organise une fête dédiée à la fin du Ramadan dans les salles de la Municipalité, avec le recteur de la Grande Mosquée de Paris qui est un invité quasi permanent aux manifestations organisées par le conseil municipal. Le Ramadan, pour la passionaria laïque, serait elle « une fête qui fait partie du patrimoine culturel français ». Mais non l’Assomption !

On vit décidément une époque… renversante !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires