Après la mise en place d’une dictature sanitaire, dont l’Union Européenne est un fervent promoteur, voici la dictature climatique avec l’UE toujours en tête d’affiche. Les technocrates bruxellois ont décidé de bloquer les ventes et les loyers des maisons qui « consomment » trop et ne seront pas conformes aux nouvelles directives de l’UE, en somme la majorité des maisons anciennes.

Cette directive viserait principalement les maisons anciennes, construites avant 1970, qui ne peuvent évidemment pas faire partie des classes énergétiques les plus vertueuses (A et B) à l’heure actuelle. A titre d’exemple, en Italie, sur environ 12,5 millions de bâtiments et de maisons, plus de 7 millions ont été construits avant 1970. De plus, plus de 11 millions de structures ont plus de trente ans et consomment de grandes quantités d’énergie. Selon les données Enea des cinq dernières années, 87,9 de ces logements ont des classes énergétiques comprises entre D et G (ce dernier 35,7% du total) et, selon ce qu’a appris le Messenger, ils ne seraient plus ni vendables ni louables jusqu’à ce qu’ils soient remis à neuf conformément à ce que l’Union européenne s’apprête à demander.

En résumé, en Italie, près de cinq millions d’édifice, d’immeubles d’habitation et de maisons doivent être rénovés au plus vite, ou en tout cas d’ici 2030, afin de ne pas voir la valeur du bien s’effondrer et de permettre au propriétaire de rentabiliser en louant ou en vendant. La directive établie par l’UE voudrait qu’à partir de 2027 tous les bâtiments soient normalisés sur la classe énergétique E qui devra devenir D à partir de 2030 et C à partir du 1er janvier 2033. Enfin, d’ici 2035, il devra y avoir davantage d’efficacité jusqu’aux classes A et B, celles qui « consomment » moins et respectent l’environnement. Il est clair qu’il s’agit d’une entreprise titanesque et sans précédent compte tenu des quelques primes et des maigres ressources publiques à utiliser pour inciter les travaux.

Pour savoir avec certitude à quelle classe énergétique appartiennent nos maisons et propriétés, il faut consulter ce qu’on appelle l’APE (certificat de performance énergétique) : les bâtiments sont répartis en dix classes où la classe A est la meilleure jusqu’à G, celle qui consomme le plus. Ce certificat n’est obligatoire que si vous souhaitez vendre ou louer une propriété ou si elle fait l’objet de rénovations requises par la loi.

Pour réduire les consommations et répondre à la transition énergétique, il serait ainsi interdit, d’ici 2030, de vendre sur le marché immobilier tous les bâtiments non conformes. Les conséquences sur le marché arriveront des années plus tôt avec un effondrement de toutes les activités concernant ce secteur et un appauvrissement des propriétaires qui se verront contraints, faute d’argent pour rénover leur maison, de la céder à l’Etat. On comprend mieux aussi la sortie récente, pas si anodine que ça ni spontanée ni irraisonnée, d’Emmanuelle Wargon, le ministre du logement d’Emmanuel Macron, contre les maisons individuelles « non-sens écologique, économique et social » et modèle obsolète : l’énarque hors sol Wargon s’est faite le VRP de cette directive européenne.

Ainsi, à la faveur des crises sanitaire et climatique, hautement artificielles, un meilleur des monde éco-compatible et aux relents communistes, -le rouge se cache sous le vert-, se peaufine : l’Agenda 2030 de Davos, est en marche.

« Vous ne posséderez plus rien dans dix ans… et vous serez heureux. »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :