Le N°48 de «  Haute Saintonge » du 28 novembre 2014 (un journal local) fit paraître le compte rendu d’une réunion publique de la GLFF à Saintes. Les propos des sœurs F.M. retranscrits dans le journal sont entre guillemets.

“1/Nous ne sommes pas une religion, en tant que croyance en une Eglise, nos membres sont libres de croire ou de ne pas croire. 2/Nous ne sommes pas une religion parce que nous ne sommes pas dogmatiques” Que nous dit le Larousse de la religion : «  Reconnaissance par l’homme d’un pouvoir ou d’un principe supérieur de qui dépend sa destinée et à qui obéissance et respect sont dus ; attitude intellectuelle et morale qui résulte de cette croyance, en conformité avec un modèle social, et qui peut constituer une règle de vie. » Wikipédia : « La religion peut être comprise comme une manière de vivre et une recherche de réponses aux questions les plus profondes de l’humanité, en ce sens elle se rapporte à la philosophie6 le Larousse du Dogme : « point de doctrine établi comme une Vérité fondamentale, incontestable ! ». Foi d’Encyclopédiste ! Liberté, Egalité, Fraternité sont des dogmes de paix et d’harmonie ! (Victor Hugo) Les deux affirmations derrière lesquelles la F.M. se défendait d’être une religion, ne tiennent pas. D’ailleurs, un F.M. (Oswald Wirth 1860-1943) déclare : Ayons le courage de nous dire religieux et de nous affirmer apôtres d’une religion plus sainte que toutes les autres. Propageons la religion de la république qui formera le cœur des citoyens et cultivera les vertus républicaines. Analysons maintenant comment la F.M. répond aux critères du fait religieux toujours en utilisant ses convictions rendues publiques dans Haute Saintonge N°48

Sa Croyance : Son Dieu,  L’Homme et Sa raison. “Nous défendons la liberté de l’individu, l’humanisme et le respect de la dignité humaine. C’est en approfondissant la réflexion symbolique tout autant que la réflexion sociale que les Franc-Maçonnes s’engagent dans leur rôle de citoyenne pour donner un sens à la vie. Sa méthode est universelle, elle a pour vocation de relier les problèmes variables de l’époque à «  un invariant », l’Humain dans sa Constance universelle”. « L’Homme est celui qui est. » en quelque sorte.

Ses Dogmes : qu’elle renomme d’ailleurs valeurs : l’égalité, la fraternité, la liberté et… la laïcité. Vérités fondamentales et fondatrices de la République, et incontestables qu’elle impose par la loi dans le pays des droits de l’Homme. C’est semble-t-il cette valeur ajoutée, la laïcité, qui transforme la république française de culture chrétienne et révolutionnaire en démocratie française déculturée et multiconfessionnelle.

Ses prières : « réveiller une sagesse – une possible transcendance, libérée de tout dogme religieux. » Ils appellent ça la libre pensée.

Ses lieux de culte : les temples

Son Clergé : « La F.M. est une Ecole de pensée et de Spiritualité. » C’est un ordre – une philosophie – des valeurs à transmettre. Tous les grades et les fonctions sont déclinés au féminin dés le XVIIIe siècle”. (La hiérarchie invisible, car secrète, des maîtres et vénérables des 33 degrés et plus…)

Son autorité : Inconnue, par essence même de sa structure secrète pyramidale, où chaque degré ignore les initiés et les travaux des degrés supérieurs.

Son catéchisme : la démarche initiatique : “Cet engagement dans la démarche initiatique se fait au nom d’une véritable quête personnelle et d’un idéal humaniste”. « Le partage entre F.M. et les confrontations fécondes qui en découlent permettent d’accéder à une meilleure compréhension de soi et du monde. » « La démarche initiatique est un Chemin de vie, fait de remises en cause et de doutes indispensables à la Construction de Soi. » « C’est un travail de vérité sur soi-même ». 

Son Culte : ses rituels initiatiques Les rituels, les symboles n’ont de sens que dans la dynamique, la réflexion en commun et l’échange au sein de la loge. L’étude du langage symbolique qui traverse — le temps et les cultures. On ne se cache pas, il n’y a pas de secret. Quand on entre en maçonnerie, c’est quelque chose d’intime et de personnel, on parle d’initiation, c’est çà le secret, bien sur il y a nos travaux, nos rituels”.

Ses fidèles : les initiés F.M. de toutes les loges nationales et internationales. OUI, ils sont Frères ! Avec leurs secrets de Famille.

Son admission : “Quand un profane (ndlr : qui est étranger à la Religion, dit le Larousse) demande à être initié il est d’abord reçu par la présidente pour connaître ses motivations, puis 3 enquêtes par 3 membres, qui vont le rencontrer, sont dirigées pour connaître ses valeurs. A l’issu de ces trois épreuves, il passera une audition, l’épreuve du bandeau, à l’issue de laquelle il sera accepté ou non. Une personne qui partage les valeurs de tolérance, de respect, et qui ne développe pas d’idées xénophobes a toutes les chances d’être admise. Des précautions pour éviter des infiltrations”.

Ses buts : Trois grands axes : 1/ faire rayonner la Franc-Maçonnerie. 2/ défendre et promouvoir les principes maçonnique. 3/ demeurer un foyer initiatique”.

Son prosélytisme : « Il faut du temps pour se libérer des stéréotypes et acquérir de nouveaux comportements » 1/La GLFF s’attache inlassablement à répandre l’idéal maçonnique, en tenant compte des sensibilités diverses dans le respect des choix de chacun. 2/Son premier but est de permettre au plus grand nombre de femmes de devenir F.M. afin qu’elles se fassent un devoir de veiller à ne laisser aux autres ni le soin de leur dire ce qu’elles doivent penser ni la possibilité de s’exprimer à leur place. Les F.M sont attachés à la Liberté absolue de conscience (ndlr : à condition que sa conscience soit bien conforme et formatée), elles participent ainsi à la lutte contre les sectes et à leur démasquages.3/La F.M. perpétue sa vocation de société initiatique”.

Son action : Porter au dehors du temples les valeurs de la Franc-maçonnerie « comme il est dit dans nos rituels », pour changer le regard qu’on porte sur le monde, pour donner un sens à sa vie, pour donner un sens à la vie”.

Son champs d’investigation : la société démocratique, (soyez libre-penseur, Nous pensons pour vous )

Les infidèles : ceux qui ne sont pas admis parce qu’ils n’ont pas “une démarche humaniste et TOTALEMENT LAÏQUE” , la police de la pensée veille.

LAÏCITE : le Larousse nous en donne la définition : Principe de séparation de la société civile et de la société religieuse, l’Etat n’exerçant aucun pouvoir religieux et la religion aucun pouvoir politique. Cette Laïcité, dans son fanatisme, est une machine de guerre anti-chrétienne, une véritable guillotine de cette culture vieille de deux milles ans sur ce territoire Nous voyons là le totalitarisme de cette religion qui s’appuie sur les lois qu’elle veille elle-même à mettre en place après les avoir élaborées dans ses loges. « La Fraternité Parlementaire » dite la FRAPAR, déclare 410 membres. Juge et parti comme on dit. . Cela pose le grave problème de la collusion du politique et du religieux. Finalement la F.M. souhaite une Société démocratique à son image : secrète. Que rien ne paraisse, l’espace publique doit être vide de toute expression culturelle populaire afin que tout rappel à un principe supérieur autre que le sien ne puisse venir troubler les esprits de ses propres croyants. C’est du « Totalitarisme » à l’image du Communisme, et autres théocraties.

————————————–

Affiche JA 2015

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

24 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :