MPI - 84 - 01 -

Avant d’expliquer pourquoi je n’aime pas le mot « réforme », j’observe que l’Etat ne manque pas d’inventivité pour traire le malheureux contribuable français. La dernière trouvaille est un impôt sur les cabanes de jardin ! Peut-être bientôt un impôt sur les pots de fleurs accrochés aux balcons ?

Une première réflexion concerne le détournement de la fonction de l’Etat français, qui n’est plus la cristallisation organique de la Nation française mais un instrument de domination au service du bankstérisme organisé. L’Etat français n’est plus au service des Français, mais le percepteur non-officiel de l’impôt et de la rente dues aux banques. Il est devenu l’instrument officieux de l’esclavage bancaire mondialiste, qui transforme les Français en vaches à lait.

MPI - 84 - 02 -

Certains se plaignent que la France ou les Français ne seraient pas « réformables ». J’y vois personnellement un salutaire instinct de survie. Toutes les « réformes », depuis 30 à 40 ans, qui étaient censées améliorer le fonctionnement du pays et accessoirement faire des économies, sont des échecs manifestes. La création des régions, étagère de plus au dessus des départements, est sans doute l’apothéose de la gabegie et de l’inutile.

En outre, je note que, quand on veut tuer une vache à lait, trop vieille pour donner beaucoup, on la « réforme ». Elle devient alors une vache de réforme. Au lieu d’être une vache à lait, on la reclasse en vache à viande pour en faire du steak hâché. Voilà pourquoi je n’aime pas ce mot « réforme ». Il n’augure rien de bon. 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :