John Keegan (1934-2012) a été maître de conférences à l’Académie royale militaire de Sandhurst pendant vingt-six ans. Son approche de l’histoire militaire, allant au-delà des récits factuels, révélait la dimension humaine du combat. Les éditions Perrin viennent d’éditer en format poche son ouvrage consacré à la guerre de Sécession.

S’étalant de 1861 à 1865, la guerre de Sécession reste la plus coûteuse en vies humaines et en pertes matérielles de toute l’histoire des Etats-Unis. Pourtant, ses différents aspects restent souvent méconnus des Européens. Ce livre précise la géographie militaire de cette guerre, en retrace les grandes batailles et décrit le face à face entre les généraux Lee et Grant.

John Keegan développe sur un chapitre la guerre de Sécession en mer, ce qui nous conduit à la bataille au large de… Cherbourg.

La Marine confédérée vint à plusieurs reprises jusqu’en France. Ainsi, après avoir coulé quatorze bateaux, le Florida, vaisseau confédéré, fut envoyé pour réparations au port de Brest, en France. L’Alabama, autre navire de guerre confédéré, fut attaqué après avoir quitté Cherbourg. La nouvelle d’une telle bataille navale attira des centaines de spectateurs français venus par train, parfois même de Paris !

La guerre de Sécession, John Keegan, éditions Perrin, collection Tempus, 544 pages, 10 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :