Face au tollé instantané suscité par ses « lignes directrices pour une communication inclusive », la Commission Européenne, ce repère de technocrates non-élus mais tout puissants, fait marche arrière. Cette véritable folie qui a engendré l’indignation de milliers de citoyens à travers l’Europe et fait rebondir l’actualité sur les principaux médias européens, provoquant l’intervention de dizaines d’eurodéputés et de dirigeants politique, de l’Italien Matteo Salvini, à la candidate à l’élection présidentielle Marine Le Pen, est remisée dans le tiroir… jusqu’à une occasion plus propice de l’imposer.

Au moins pour cette année, Noël est donc en sécurité des folies linguistiques de la Commission Européenne. Dans ce document interne, il était demandé de ne pas utiliser le mot Noël ou les noms Marie et Jean en raison de leur origine chrétienne afin de ne pas offenser les minorités, de ne pas entamer une conférence avec l’habituel formule « mesdames et messieurs », et de ne pas utiliser l’expression « coloniser Mars » mais « envoyer des humains sur Mars » compte tenu de la connotation négative du mot colonisation.

Cette préciosité inclusive s’en prenait aussi aux mots ‘vulgaires’ comme mère, père, famille sans oublier gay, homosexuels et lesbiennes qu’il faut absolument combiner avec des expressions plus légitimes comme personnes gay, personnes homosexuelles, personnes lesbiennes.

Dans le nouveau vocabulaire de cette novlangue que tout membre du personnel du Parlement européen et de la Commission européenne aurait dû apprendre par cœur pour être de plus en plus « politiquement correct », la collaboration avec la cancel culture semble de plus en plus évidente : il ne sera plus possible de dire et d’écrire « mariage homosexuel » ce qui déjà en soi est une fausseté linguistique, mais il sera remplacé par « mariage égalitaire ». Et les « droits des homosexuels » laissent la place à « un traitement juste et égal ». Evidemment, il faut aussi oublier le « sexe biologique » remplacer par le « sexe assigné à la naissance » et ne plus dire « changement de sexe », afin de lui préférer le terme plus correct de « transition de genre ».

La commissaire européenne à l’égalité, Helena Dalli, a retiré les lignes directrices sur la communication inclusive en expliquant :

« Mon initiative d’élaborer des lignes directrices en tant que document interne pour la communication par le personnel de la Commission dans ses fonctions avait pour objectif d’atteindre un but important : illustrer la diversité de la culture européenne et montrer le caractère inclusif de la Commission européenne vis-à-vis de tous les horizons sociaux et des croyances des citoyens européens. »

Elle a ensuite ajouté :

« Cependant, la version publiée des lignes directrices ne sert pas de manière adéquate cet objectif. Ce n’est pas un document mature et ne répond pas à toutes les normes de qualité de la Commission. Les lignes directrices nécessitent clairement plus de travail. Je retire donc ces lignes directrices et travaillerai ultérieurement sur ce document. »

Imposer la langue la plus « juste » en Europe reste un objectif des technocrates bruxellois, nouveau pas vers une révolution toujours plus large qui arrivera un jour aussi dans les écoles, toujours au nom du respect pour les pro-Lgbt. Cette offensive, suivie de ce retrait stratégique pour mieux revenir, ne semble pas être éloignée de ce que l’écrivain anglais Georges Orwell écrivait encore dans 1984 :

« Ne voyez-vous pas que le véritable but de la novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. »

Un langage et une pensée de plus en plus inclusifs pour accueillir tout et tout le monde, sauf la réalité… et donc la vérité.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :