Le 16 juillet 2021, le pape François a publié un texte décisif – analysé par MPI ici– contre le Motu Proprio qu’avait édicté en son temps le pape Benoit XVI pour « libéraliser » la Messe de toujours. Son Motu Proprio Traditionis Custodes a remplacé celui de Benoît XVI, Summorum Pontificum, qui accordait en 2007 le terme « extraordinaire » au rite saint Pie V de la messe, afin d’en faciliter l’usage en lui conférant autant de valeur que le rite de Paul VI. Cela permettait notamment aux Ecclesia Dei d’être libres de célébrer la messe en latin tout en restant attachés à la Rome conciliaire.

Le pape François, révolutionnaire avéré, n’a fait qu’une bouchée de la messe tridentine, tant il déteste ce qui rappelle le passé glorieux et catholique de la Sainte Église de toujours. Son excuse ? Il prétend protéger l’héritage de Vatican II que selon lui tous les groupes Ecclesia Dei ou attachés à la messe en latin mettent en péril tout en créant la division. Son texte dur et destructeur rappelle que « l’unique expression » de la messe est celle conférée par le Concile Vatican II. Désormais, des règles très strictes, détaillées ci-dessous, encadreront la célébration de l’ancien rite, selon saint Pie V.

  • Il faut en premier lieu que les groupes attachés à Rome et désirant célébrer la messe traditionnelle n’excluent pas la validité et la légitimité de la réforme liturgique de Vatican II, et plus encore, celles du Concile en lui-même et du magistère des papes.
  • En second lieu, les églises paroissiales ne pourront être utilisées pour la célébration de cette messe, ni de nouvelles paroisses être érigés à cet effet. Un ou plusieurs lieux spécifiques devront être définis pour la recevoir.
  • En troisième lieu, les lectures de ces messes devront se faire en langue vernaculaire et selon la traduction établie par la conférence épiscopale.
  • En quatrième lieu, un prêtre sera choisi par l’évêque dans chaque paroisse, afin de le représenter lors de ces célébrations.
  • En cinquième lieu, un contrôle devra être réalisé par l’évêque dans toutes les paroisses personnelles (paroisses spéciales déjà constituées avec autorisation de célébrer le rite préconciliaire) pour évaluer si elle seront maintenues ou pas.
  • l’évêque veillera, enfin, à ce qu’aucun nouveau groupe célébrant la messe selon le rite tridentin ne soit formé.

A cela, le pape François a ajouté des mesures concernant les prêtres eux-mêmes. Ceux ordonnés après la publication de ce Motu Proprio doivent faire une demande spéciale à l’évêque, qui devra alors consulter Rome, s’ils veulent pouvoir célébrer la messe traditionnelle. Concernant ceux qui déjà la célèbrent, ils doivent également demander à l’évêque le droit de la continuer.

Il y a un an environ, le pape avait demandé une enquête sur la messe dite « extraordinaire », dans les différents pays du monde entier. La conférence des évêques de France avait répondu, sans surprise dans le pays de 1789, en faveur de l’actuel Motu Proprio bergoglien. Aujourd’hui, il semblerait qu’elle revient sur sa dureté passée en promettant de tout faire pour conserver la « communion » entre tous d’avant le 16 juillet. On ne peut cependant faire cohabiter révolution et tradition, rite nouveau et rite de toujours ; on ne peut donc espérer devant une Rome destructrice garder une quelconque « communion » entre pré-concilaires et post-concilaires.

Suzi Feufollet

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :