L’abbaye bénédictine Notre-Dame de Tournay est située près de Lourdes, et compte aujourd’hui 18 moines, qui suivent la règle de saint Benoît. Leur vie monastique est donc consacrée à la prière, entrecoupée par des sessions de travail durant lesquelles les moines confectionnent leurs pâtes de fruits artisanales. Dans cet article, Divine Box vous raconte toute l’histoire de l’abbaye et vous présente les incroyables pâtes de fruits des moines. Attachez vos ceintures et suivez le guide, on commence par remonter dans le temps !

 

Façade de l’Abbaye Notre-Dame de Tournay – © Abbaye de Tournay

 

Il y a bien longtemps…
Nous sommes au XIe siècle : les moines de l’abbaye de Marcilhac, en Occitanie, érigent une autre abbaye : le monastère de Madiran, dans le Nord des Hautes-Pyrénées. C’est de ce monastère que sera issue l’abbaye de Tournay. Mais patience, nous n’y sommes pas encore ! Durant presque 600 ans, le monastère de Madiran vivra correctement, jusqu’à être laissé à l’abandon au XVIIe siècle par manque d’activité.

 

Le monastère de Madiran, d’où viennent à l’origine les moines de Tournay – © Abbaye de Madiran

 

Ce n’est que 300 ans plus tard, dans les années 1930, que le monastère de Madiran ressuscite (hourra !), et ce grâce à une autre abbaye. L’abbaye d’En-Calcat, dans le Tarn, achète en effet les ruines du monastère de Madiran alors qu’il n’en reste pas grand chose. Seuls l’église romane et un vieux bâtiment délabré ont survécu aux années. Les moines de l’abbaye d’En-Calcat opèrent ensuite très rapidement une rénovation, et le monastère de Madiran est désormais de nouveau capable d’accueillir une nouvelle communauté.

Dans la foulée, dès 1934, l’abbaye d’En-Calcat envoie les premiers moines par petits groupes, pour y faire des travaux et instaurer une vie monastique stable. Et ça va vite ! Seulement cinq ans plus tard, en 1939, le monastère devient autonome, signe du succès de l’opération ! Malheureusement, la Seconde Guerre mondiale passe par là et met en pause cette belle évolution pendant deux ans. Car dès 1941, la vie monastique reprend son cours, avec un noviciat dynamique qui apporte un grand rayonnement au prieuré. Très vite, les vocations sont nombreuses et les bâtiments trop petits…

Tournay, te voilà !
Mais en plus du problème de la taille des bâtiments, le monastère de Madiran est situé dans une région aride, parfois privée d’eau et trop isolée. Les moines décident donc de quitter ces lieux, direction… Tournay ! On y est, enfin ! Ce village, situé à une trentaine de kilomètres de Lourdes, est parfait pour les moines : 5 hectares de terrain, et une rivière qui coule juste à côté…

C’est donc en juillet 1951 qu’est posée la première pierre de l’abbaye de Tournay, et c’est tout juste un an plus tard, en août 1952, que la première messe y est célébrée. Petit à petit, la communauté s’élargit : une hôtellerie est créée en 1955, et le monastère s’agrandit en 1964, grâce à la construction d’une aile.

 

L’abbaye de Tournay est entourée de 5 hectares de verdure, et d’une rivière – © Abbaye de Tournay

 

Et aujourd’hui ?
Aujourd’hui, la communauté de l’abbaye de Tournay se porte bien. Les moines de l’abbaye de Tournay, fidèles à l’hospitalité bénédictine, continuent d’accueillir les pèlerins et visiteurs de passage, point important de leur vocation. La règle de saint Benoît est de rigueur à l’abbaye : cinq offices quotidiens, prière personnelle, et travail manuel sont au programme !

 

Les moines de l’abbaye de Tournay pendant un office – © Abbaye de Tournay

 

D’ailleurs, voici un petit détail intéressant sur l’architecture de cette abbaye : pour y entrer, les visiteurs doivent franchir un petit pont de bois, permettant de passer l’Arros (la rivière). C’est une manière de signifier la rupture entre le monde et les moines, qui ont choisi de tout quitter pour consacrer leur vie à Dieu. Belle image !

 

Pont en bois de l’abbaye de Tournay, qui symbolise la séparation entre les moines et le monde extérieur – © Divine Box

 

Leurs pâtes de fruits
La spécialité des moines de Tournay depuis 1971 est bien sûr… les pâtes de fruits ! Leur objectif est de pouvoir être autonome financièrement en vivant de leurs mains, comme le recommande saint Benoît.

Au départ, la production était assurée avec les moyens du bord. Mais voyant le succès de cet artisanat monastique, les moines ont commencé peu à peu à s’équiper pour améliorer leur production, tout en gardant une production artisanale, bien entendu ! Leur labeur représente ainsi à peine 10 tonnes de pâtes de fruits chaque année, ce qui est relativement peu, mais représente pour les moines un véritable travail communautaire. Chaque moine, en fonction de ses responsabilités et de ses aptitudes physiques, va contribuer à la fabrication de ces pépites sucrées. Épluchage, cuisson, emballage, expéditions… chacun met la main à la pâte ! Et pour assurer leurs 17 parfums, il y a du boulot !

 

Pâtes de fruits des moines de l’abbaye de Tournay – © Divine Box

 

Et pour s’en procurer ?
Le top du top bien sûr est d’aller directement sur place. Vous pourrez passer à la boutique et en profiter pour faire un petit coucou aux frères : Abbaye de Tournay, 65190 Tournay

Sinon, vous pouvez également cliquer ici pour acheter en ligne les pâtes de fruits de l’abbaye de Tournay (vous serez redirigés vers la boutique monastique en ligne de Divine Box).

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

close
Pour recevoir MPI gratuitement chaque semaine !

Les commentaires sont fermés

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !