L’ancien vice-président de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, a exprimé son inquiétude quant à la mise en œuvre de « passeports vaccinaux » dans toute l’Europe et a montré pourquoi ces impositions n’ont rien à voir avec la santé publique mais concernent uniquement le « contrôle totalitaire ».

« Dans toute l’Europe, nous sommes soit minuit moins une, soit minuit moins deux », a déclaré le ressortissant britannique lors d’un symposium parrainé par Doctors for Covid Ethics.

Les autorités adoptent une méthode de mise en œuvre progressive de passeports vaccinaux qui deviendront nécessaires partout et en permanence, selon Yeadon. « Ils commenceront par des endroits où vous n’allez probablement pas, comme si vous avez mon âge, vous n’allez probablement pas en boîte de nuit. Donc, je ne suis pas personnellement affecté par la nouvelle selon laquelle vous aurez besoin d’un pass vax pour prouver que vous avez été vacciné avant de pouvoir entrer dans une boîte de nuit.»

« Mais c’est comme ça qu’ils font. C’est comme laisser tomber une cellule cancéreuse dans votre corps et vous ne le remarquez pas parce que vous êtes immunodéprimé puis elle grandit et métastase, puis elle vous tue », a-t-il poursuivi. «Et c’est ce que ces [passes vax] vont faire. Ne les tolérez donc nulle part dans votre pays. Le système se formera lui-même et je ne vois pas de moyen de les supprimer. »

« Une fois que ces règles sont utilisées dans votre pays pour pouvoir accéder aux services essentiels comme la nourriture, l’argent, le carburant, les trains et des choses comme ça, vous ne vous en débarrasserez jamais », a déclaré Yeadon. « Nous devons l’arrêter avant. »

« Vous perdrez la possibilité de décider où être à tout moment », a-t-il prédit. « Le pass vax sera utilisé pour réguler l’entrée et la sortie de presque tous les espaces contrôlés, y compris peut-être même votre propre maison. »

De plus, « vous devrez tenir votre passeport vaccinal à jour en étant complètement vacciné » et actuellement « « complètement vacciné » signifie deux injections, mais cela signifiera bientôt trois, puis quatre, puis cinq. »

«Je pense que cela va progressivement tuer beaucoup de gens. Je ne sais pas si c’est vraiment [un] [agenda] de dépeuplement, mais cela va causer d’énormes quantités de morts.», a ajouté le Dr Yeadon.

Comment arrêter avec les « vaccinations » et les passeports sanitaires
Ne sachant pas comment empêcher que ce «système de contrôle» soit imposé aux populations du monde entier, le Dr Yeadon a déclaré que «plus les gens savent que c’est une arnaque et sont prêts à le dire à d’autres», plus le système s’effritera. C’est selon lui la seule option qui peut fonctionner.

Après avoir tenté en vain de faire pression sur les politiciens au Royaume-Uni, le Dr Yeadon a conclu que « ce ne sera pas le leadership politique qui nous sauvera », et il n’a pas non plus observé de preuves que les communautés religieuses se joindront effectivement à la mêlée.

« Donc, si ce ne sont pas les politiciens et ce ne sont pas les autorités religieuses, c’est nous les gens » qui restons à défendre les libertés fondamentales, a-t-il déclaré à son auditoire, les exhortant à littéralement sortir dans les rues et en parler avec d’autres.

Il a ensuite fourni quelques points de discussion sur la façon de convaincre la famille, les amis et les inconnus qu’ils sont « escroqués » par le gouvernement.

Tout d’abord, il a abordé « le seul argument » des autorités de santé publique pour soutenir les passeports vaccinaux, à savoir qu’une personne vaccinée est « plus protégée», et que les injections « réduisent la transmission aux autres ».

En réponse, l’expert en pharmacologie respiratoire a déclaré: «Ils ne réduisent pas une telle transmission. Ce n’est pas contesté. SAGE [Groupe consultatif scientifique pour les urgences] ne le nie pas. Le gouvernement britannique ne le nie pas. Alors s’il vous plaît, vous n’êtes pas plus en sécurité debout à côté de quelqu’un dans un bar qui a été vacciné. Pas du tout. »

Deuxièmement, les vaccins à base de gènes COVID-19 ne sont pas efficaces car s’ils l’étaient, ceux « qui ont déjà été infectés par le virus [et guéris] », ayant ainsi développé une immunité naturelle, « seraient dispensés de telles injections. « 

« Pourquoi gaspiller de l’argent en les donnant à quelqu’un qui a déjà une immunité supérieure à tout ce que vous obtenez du vaccin ? De plus, il est dangereux de vacciner des personnes qui se sont déjà remises de la maladie en question », a-t-il déclaré.

Troisièmement, s’il s’agissait de santé, « ils ne le donneraient pas non plus aux enfants, car dans l’ensemble, les enfants en bonne santé ne tombent pas malades avec ce virus. Ils n’en meurent pas. Et parce qu’ils ne tombent pas malades, ils ne le transmettent pas non plus. Mais nous injectons des enfants. C’est affreux. Je me sens mal [à ce sujet] », a déclaré le Dr Yeadon.

« Et enfin, s’il s’agissait de santé publique, nous ne serions pas en train d’injecter des femmes enceintes », a déclaré l’expert en toxicologie. « Ils n’ont pas terminé ce que j’appelle [des études] de toxicologie de la reproduction. Nous ne savons pas si cela nuit aux bébés dans l’utérus ou empêche la fécondation. »

« Donc, il ne s’agit pas de santé publique. De quoi s’agit-il ? [Il s’agit] d’un contrôle totalitaire, c’est un système de contrôle » en cours de mise en place, a-t-il déclaré. « Voici les deux dernières choses que je dirais : c’est totalitaire, donc ça couvre absolument tous les aspects de votre vie. Il n’y a pas de cachette. [Et] c’est permanent.»

« Aldous Huxley a dit que les tyrannies scientifiques et techniques ne disparaissent jamais. (…) Les tyrannies scientifiques en place ont tendance à s’approfondir. Donc, c’est permanent, c’est totalitaire et c’est presque là », a averti Yeadon.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :