Mgr Viganò, qui ces derniers temps fait entendre gravement sa voix, se penche sur le dernier texte de S.E. Athanius Schneider intitulé Il n’y a pas de volonté divine positive ni droit naturel pour la diversité des religions que MPI a publié le 9 juin dernier.

L’archevêque « rebelle » analyse notamment, et la fait sienne, la saine critique faite par Mgr Schneider du concile Vatican II, particulièrement concernant cette fameuse liberté religieuse « que le Concile Vatican II, explique-t-il, a théorisée en contredisant le témoignage de la Sainte Écriture, la voix de la Tradition et le Magistère catholique qui est le gardien fidèle des deux ».

« Le mérite de cet essai, continue Mgr Viganò, réside d’abord dans le fait d’avoir pu saisir le lien de causalité entre les principes énoncés ou impliqués par Vatican II et leur effet logique et conséquent dans les déviations doctrinales, morales, liturgiques et disciplinaires qui se sont produites et se sont progressivement développées jusqu’à ce jour » montrant ainsi une « nature subversive et rebelle ».

Même « les tentatives de corriger les excès du Concile, invoquant l’herméneutique de la continuité, se sont révélées infructueuses : Naturam espellas furca, tamen usque recurret (Horace Epist. I, 10:24). La Déclaration d’Abu Dhabi et, comme Mgr. Schneider observe à juste titre, ses prémices du panthéon  d’Assise, ‘’a été conçu dans l’esprit du Concile Vatican II‘’ comme le confirme fièrement Bergoglio ».

« Cet ‘’esprit du Concile‘’ est le passeport de légitimité que les novateurs opposent aux critiques, sans se rendre compte que c’est précisément en avouant cet héritage que se confirme non seulement la fausseté des déclarations actuelles, mais aussi la matrice hérétique qui devrait les justifier. »

Et c’est bien à cause de cet « esprit du Concile, que Mgr Viganò se dissocie de Mgr Schneider sur un point : alors que l’évêque d’Astana espère et croit « qu’un futur pape ou concile œcuménique corrigera les déclarations erronées professées par Vatican II », l’archevêque y voit, même si c’est « avec les meilleures intentions », un danger qui « sape les fondations de l’édifice » :

« En fait, si nous admettons qu’il puisse y avoir des actes magistériels qui, en raison d’une sensibilité modifiée, sont susceptibles d’être abrogés, modifiés ou interprétés différemment au fil du temps, nous tombons inexorablement sous la condamnation du Décret Lamentabili, et nous finissons par donner raison à celui qui, récemment, précisément sur la base de cette hypothèse erronée, a déclaré la peine de mort ‘’non conforme à l’Évangile‘’, modifiant ainsi le  Catéchisme de l’Église catholique. Et d’une certaine manière, nous pourrions, avec ce même principe, croire que les paroles du Bienheureux Pie IX dans Quanta cura ont été corrigées d’une manière ou d’une autre par Vatican II, tout comme Son Excellence espère que cela pourrait arriver pour Dignitatis humanæ. »

En ce jugement Mgr Viganò rejoint celui de Mgr Lefebvre, l’évêque qui s’opposa dès le début au Concile et à ses nouveautés hérétiques et qui conclut, dès 1978, à l’impossibilité de corriger le dernier concile du Vatican :

« quand tout un ensemble de documents est rédigé avec un esprit faux, avec un esprit moderniste, il est pratiquement impossible de l’expurger complètement. Il faudrait le recomposer complètement pour lui donner un esprit catholique. » (Conf., Écône, le 14 déc. 1978).

Dans la deuxième partie de son analyse, Mgr Viganò expose les ambiguïtés et les erreurs conciliaires, leur matrice anti-catholique, ainsi que leurs conséquences logiques pratiques et hérétiques dont il donne des exemples actuels :

« Nous avons sincèrement cru que voir Jean-Paul II entouré d’hommes saints, bonzes, imams, rabbins, pasteurs protestants et autres hérétiques montrait la capacité de l’Église à réunir des peuples pour invoquer de Dieu la paix, tandis que l’exemple faisant autorité de ce geste sonna le départ d’une kyrielle déviante de panthéons plus ou moins officiels, pour en arriver à voir l’idole impure de pachamama portée par certains évêques, cachée de manière sacrilège sous l’apparence présumée d’une maternité sacrée. Mais si le simulacre d’une divinité infernale a pu entrer à Saint-Pierre, cela fait partie d’un crescendo que la partition prévoyait depuis le début. (…)

Si la pachamama a pu être adorée dans une église, nous le devons à Dignitatis humanae. Si nous avons une liturgie protestante et parfois même paganisée, nous la devons aux actions révolutionnaires de l’archevêque Annibale Bugnini et aux réformes post-conciliaires. Si le document d’Abu Dhabi a été signé, c’est grâce à Nostra Aetate. Si nous en sommes venus à déléguer les décisions aux Conférences épiscopales, même en violation grave du Concordat, comme cela s’est produit en Italie, nous le devons à la  collégialité, et à sa version actualisée de la synodalité. Grâce à laquelle nous nous sommes retrouvés avec Amoris Laetitia et à devoir chercher un moyen d’empêcher qu’apparaisse ce qui était évident pour tout le monde, à savoir que ce document, préparé par une machine organisationnelle impressionnante, devait légitimer la communion pour les divorcés et les concubins, tout comme Querida Amazonia  sera utilisée pour légitimer des femmes prêtres (très récemment le cas d’une ‘’vicaire épiscopale‘’ à Fribourg) et l’abolition du célibat consacré. Les prélats qui ont envoyé les  Dubia à François, à mon avis, ont fait preuve de la même pieuse naïveté : penser que face à la contestation argumentée de l’erreur, Bergoglio aurait compris, corrigé les points hétérodoxes et demandé pardon. » 

Espoirs utopiques : comme le souligne Mgr Viganò, « ce n’est pas un hasard si les partisans de Bergoglio sont les mêmes qui voient dans le Concile le premier événement d’une nouvelle église, avant laquelle il y avait une vieille religion avec une vieille liturgie. Ce n’est pas un hasard, précisément : ce qu’ils affirment impunément, provoquant le scandale des modérés, c’est aussi ce que croient les catholiques, à savoir que malgré toutes les tentatives d’herméneutique de la continuité misérablement anéanties lors de la première confrontation avec la réalité de la crise actuelle, c’est indéniable qu’à partir de Vatican II une église parallèle a été construite, superposée et opposée à la véritable Église du Christ. Elle a progressivement obscurci l’institution divine fondée par Notre-Seigneur pour la remplacer par une entité fallacieuse, correspondant à la religion universelle souhaitée que la franc-maçonnerie a théorisée en premier. Des expressions comme nouvel humanismefraternité universelledignité humaine sont les mots d’ordre de l’humanitarisme philanthropique qui nie le vrai Dieu, de la solidarité horizontale de vague inspiration spiritualiste et de l’irénisme œcuménique que l’Église condamne sans appel. »

Pour terminer, saluons l’honnêteté de cet archevêque conciliaire et revenu du Concile et d’une fausse obéissance :

« Je l’avoue avec sérénité et sans controverse : j’étais l’un des nombreux qui, malgré de nombreuses perplexités et craintes, qui s’avèrent aujourd’hui absolument légitimes, ont fait confiance à l’autorité de la Hiérarchie avec une obéissance inconditionnelle. En réalité, je pense que beaucoup, et moi parmi eux, n’ont pas envisagé au départ la possibilité d’un conflit entre l’obéissance à un ordre de la Hiérarchie et la fidélité à l’Église elle-même. A rendre tangible la séparation contre nature, je dirais même perverse, entre la Hiérarchie et l’Église, entre l’obéissance et la fidélité, est certainement ce dernier pontificat. (…)

« Voilà, comme honnêtement et sereinement j’ai obéi il y a soixante ans à des ordres répréhensibles croyant qu’ils représentaient la voix aimante de l’Église, ainsi aujourd’hui avec une sérénité et une honnêteté égales je reconnais que j’ai été trompé. Être cohérent  aujourd’hui en persévérant dans l’erreur serait un choix malheureux et me rendrait complice de cette fraude. Revendiquer une clarté de jugement dès le début ne serait pas honnête : nous savions tous que le Concile représentait plus ou moins une  révolution, mais nous ne pouvions pas imaginer qu’il se révélerait si dévastateur, grâce qui plus est au travail de ceux qui auraient dû l’empêcher. (…)

« L’Église a célébré la Sainte Trinité dimanche dernier, et propose dans le bréviaire la récitation du Symbolum Athanasianum, désormais proscrit par la liturgie conciliaire et déjà limité à seulement deux occasions dans la réforme de 1962. De ce symbole aujourd’hui disparu, restent gravés en lettres d’or les premiers mots : ‘’Quicumque vult salvus esse, ante omnia opus est ut teneat Catholicam fidem; quam nisi quisque integram invioletamque servaverit, absque dubio in aeternum peribit.‘

+ Carlo Maria Viganò, Sant’Efrem, 9 juin 2020 »

Certains surnommèrent en son temps Mgr Lefebvre, l’Athanase des temps modernes, car il vit, seuls parmi les évêques, voix qui crie dans le désert, dès la fin du concile Vatican II que ce dernier serait « si dévastateur» pour l’Eglise catholique. Souhaitons à ce courageux Mgr Viganò de devenir un de ses disciples !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

28 commentaires

  1. Pierre Mary de Montamat says:

    Je m’associe sans réserve à votre salut de ‘l’honnêteté de cet archevêque conciliaire et revenu du Concile et d’une fausse obéissance’. Deo gratias ! C’est un grand jour, car c’est en effet le 3° évêque ‘conciliaire’ (n’oublions pas Mgr de Castro Mayer) à rejeter le Concile Vatican II et son soi-disant magistère…
    Les Schneider, Burke, Sarah et autres ont encore du chemin à faire. Il faut les aider à faire ce chemin, la grâce de Dieu aidant.

  2. Mgr Vigano voit juste (54 ans après Mgr Lefebvre mais mieux vaut tard que jamais) : c’est le concile Vatican II lui même, ses mauvais textes (Dignitatis humanae , Gaudium et spes, Nostra Aetate etc) qu’il faut jeter. Les conservateurs conciliaires tels que Benoit XVI nous disent qu’il faut corriger les abus dus à une mauvaise interprétation du concile ; c’est FAUX ARCHIFAUX.
    Voir l’article de Fideliter no 253 de janvier page 72 sur Mgr Vigano.
    Ce que je regrette est que Mgr Vigano ne parle jamais de Mgr Lefebvre alors que Mgr Lefebvre dans une lettre de 1966 au cardinal Ottaviani dénonçait déjà avec une extraordinaire clairvoyance les conséquences calamiteuses du concile dans tous les domaines : la foi , la liturgie (alors que la nouvelle messe n’était pas encore entrée en vigueur), la morale.
    Au moins Mgr Schneider a rendu hommage à Mgr Lefebvre.
    Cela ne retire rien au mérite de Mgr Vigano.
    Alors que Bergoglio s’enfonce de plus en plus dans l’hérésie, l’apostasie et l’idolâtrie, on peut espérer que d’autres évêques à l’exemple de Mgr Vigano vont eux aussi ouvrir les yeux sur le vrai visage satanique de Vatican II.. ..
    Prions à cette intention.

  3. A l’attention de M de Montamat je précise que Mgr de Castro Mayer participa au concile et fut avec Mgr Lefebvre un des membres fondateurs du Coetus Internationalis Patrum (groupe de plusieurs centaines d’évêques qui s’opposaient au libéralisme). Après le concile Mgr de Castro Mayer maintint la Tradition dasn son diocése de Campos et refusa dès le début la nouvelle messe protestantisée. Il signa en 1983 et 1986 des textes avec Mgr Lefebvre adressés à Jean Paul II pour dénoncer les hérésies répandues dans l’Eglise (en 1986 protestation contre Assise). Il vint à Econe en 1988 pour les sacres.
    Il y eut aussi Mgr Lazo en 1995 qui a rejoint la Fraternité St Pie X. En 1998, il a fait une déclaration de foi à Jean-Paul II, affirmant que “l’obéissance doit servir la foi”.Mgr Lazo a également affirmé que les réformes du Concile Vatican II visaient “à détruire la religion catholique”.

  4. Pierre Mary de Montamat says:

    Merci à TD des développements (bien connus) sur Mgr Castro Mayer que j’ai cité. Par contre, effectivement, Mgr Lazo a pris ses distances à la retraite… comme l’indique la fiche Wiki.
    Tout cela est très secondaire versus la prise de position de Mgr Vigano.

  5. Geneviève says:

    Signez L’APPEL POUR L’ÉGLISE ET POUR LE MONDE aux fidèles Catholiques et aux hommes de bonne volonté.
    «le 8 mai dernier, trois cardinaux et neuf évêques, ainsi que des médecins, des journalistes, des avocats, des intellectuels et des professionnels du monde entier ont lancé un Appel visant à sensibiliser le public, les dirigeants, la communauté scientifique et les médias aux graves dangers qui pèsent sur les libertés individuelles, et qui ont surgi à l’occasion de la propagation du COVID-19.
    Le projet d’un Nouvel Ordre Mondial dans lequel les nations et les citoyens perdent toute leur identité propre et sont contrôlés par une élite pouvait sembler une idée absurde il y a quelques années encore. Aujourd’hui, cependant, il est revendiqué et fait même l’objet de propagande qui le présente comme un bien pour la société et les individus. Un tel projet, promu par des organisations supranationales, doit être démasqué, connu et dénoncé» Mgr Vigano

  6. Soupape says:

    A Geneviève,

    Attention.
    L”adresse que vous donnez … renvoie à plusieurs sites …
    mais chacun d’eux … est signalé en rouge ….

    Cela signifie que ces sites … ne respectent pas les normes de sécurité

    Il est donc déconseillé de se connecter sur de tels sites.
    Désolé.

  7. Pierre Mary de Montamat says:

    à Geneviève.
    Il me semble que vous sortez du cadre de l’article. Mgr Vigano visait à réagir dans cet Appel du 7 mai 2020 aux contraintes imposées par les Etats sous le prétexte du Covid-19 à l’Eglise et aux citoyens dans le but de faire progresser l’instauration d’un Ordre Mondial totalitaire. Ce qui est une défense de l’Eglise dans sa liberté de culte. Et donc défense de la liberté de culte de chaque catholique contre les mesures discriminatoires, liberticides et intrusives. Et cet Appel est très juste; on sait qu’il a été suivi par de nombreuses initiatives de Mgr Vigano, je pense à la lettre à Trump qui est à bien des égards remarquable.

    Mais ici, dans la ‘correction filiale’ que Vigano adresse à Schneider, il s’agit de toute autre chose: il s’agit de savoir où est l’Eglise ? Enfin, Vigano et Schneider prennent en compte que le ‘désordre’ est arrivé à Rome à Vatican II. Maisle point soulevé par Vigano sur le Magistère n’est pas anodin. Selon sa résolution, il engendre des prises de position prudentielles bien différentes… Au moins, il se fait jour pour beaucoup qu’il y a bien eu tromperie à Vatican II; certains ont vu cela Il y a de nombreuses années. Certains ont mis du temps à s’en persuader. Et ne le font que partiellement et progressivement. Mais ici, par un Archevêque, le cap est franchi de parler de religion nouvelle et de ne rien attendre des ‘hiérarques’ en place. C’est un pas énorme et il faut rendre grâce à Dieu que Mgr Vigano ait publié ce texte. Allez le lire en entier, il vaut une étude précise.

    A côté, l’Appel a une portée bien inférieure.

  8. Pierre Mary de Montamat says:

    Mon bon Soupape, je vous rassure, pas de ligne rouge à franchir, vous pouvez y aller en toute sécurité. Ne vous laissez pas impressionner par les censeurs.

  9. Pierre Mary de Montamat says:

    Si je compte bien, il y a 54 ans, on était en 1966. Mgr Lefèvre répondait à une enquête du Cal Ottaviani en expliquant très clairement que ‘La destruction de l’Église avance à pas rapides.’ C’était une lucidité très surnaturelle d’établir ce constat le 20 décembre 1966.

    Mais je vous rappelle aussi que le 06 Janvier 1966, dans sa Lettre aux spiritains sur la rénovation de la congrégation, il écrivait:
    ‘Mais pour bien profiter de l’oeuvre réelle du Concile, du résultat de ses travaux, qui seul compte en définitive, nous devons nous mettre à l’étude des textes, avec une réelle dévotion, c’est-à-dire un désir sincère de recevoir la lumière qui s’y trouve pour nos intelligences et la grâce de sanctification pour nos âmes en même temps que les directives nécessaires à l’orientation de notre activité personnelle et pastorale.’

    Je vous invite donc à ne pas idéaliser ou idolâtrer Mgr Lefèvre qui, comme tout un chacun, a mis ‘un certain temps’ à se rendre compte de la situation… Je ne souhaite pas entrer dans une polémique stérile et dépassée, mais il vous faut accueillir aujourd’hui les ouvriers de la 11° heure avec grande charité. C’est bien reconnaître la grâce que le Christ leur fait – et qu’ils acceptent – de se rendre compte. Et rendez grâce chaque jour d’avoir eu – surement avant d’autres – des lumières sur ces questions…

    Loué soit Jésus Christ !

  10. €HP-15C
    Exact, la plupart… mais je ne souhaite pas réouvrir ces affaires…

    Ce qui m’angoisse, c’est de savoir où est l’Eglise aujourd’hui. Mgr Vigano donne des éléments très valables sur cette hiérarchie qui s’est dissociée de l’Eglise. Qui met en place peu à peu une nouvelle religion qui remplace la vraie, quasiment à l’insu des pauvres fidèles… Plutôt que de faire des discours théoriques sur la perte de sa charge par un Pape hérétique(!!!) il faudrait procéder à une étude surnaturelle et bienveillante de ce qu’est l’Eglise. Sans rappel de discours théoriques, s’entend. Où est l’Eglise aujourd’hui ?

    Mais il est clair que nous, laïcs, sommes inquiets de l’aboutissement de toutes parts de cette révolution initiée à Vatican II. Vigano le dit très bien. Se réfugier dans ses petites chapelles pour avoir ses petits sacrements sans voir ce qui se passe sur toute la terre est impossible. Car nous avons cru à la Vérité et la Charité nous presse. Nous sommes plutôt à la recherche d’une solution pérenne – et d’une solution pour l’Eglise entière, car Jésus-Christ n’est plus annoncé. Regardez la malheureuse situation des chinois trahis par François. A l’inverse, Mgr Lefèvre avait un certain espoir au moment du Concile, car il avait éprouvé en Afrique que l’apostolat catholique, ça marche !

    Comment aujourd’hui lutter contre cette caste qui a pris le pouvoir dans l’Eglise ? En se tenant au courant jour après jour de leurs actes toxiques, on se rend bien compte qu’ils ont fini par changer la religion de l’intérieur. Mais nous ne pouvons en rester au constat; ni à une certaine délectation de comptabiliser ou dénoncer leurs mauvaises œuvres. Peut-être ne prions-nous pas assez Dieu de nous en délivrer ? Peut-être éprouve-t-Il notre foi ?

    Quand je regarde mon évêque, son Chancelier et ses prêtres, je suis effrayé. Je ne peux me dire que l’Eglise est là…

    Le grand mérite de Mgr Vigano est – en sus d’avoir suivi les lumières divines – de nous permettre de nous réinterroger… Où est l’Eglise aujourd’hui ? Comment se tenir dans son sein en toute vérité ? Comment travailler à son redressement ?

  11. Soupape says:

    A Pierre Mary de Montamat

    1 – On ne perd pas la foi.

    Ceux qui l’ont “perdue” … ne l’ont jamais eue …

    2 – En effet, la hiérarchie de l’Eglise
    s’est trop longtemps contenté … de proposer aux fidèles …
    un mode de vie réduit à une espèce de bouillie,
    consistant
    à assister à la messe le dimanche,
    à confesser ses menus accès de colère et de concupiscence,
    et à donner 20 centimes au clochard de service à la porte de l’église.

    Un but aussi limité … ne tient pas la route.!

    En réalité tout le monde est destiné … à l’Union à Dieu !
    Cela ne concerne pas seulement les saints, les religieux, ou les membres du clergé.
    Cela doit être la base de TOUTE vie religieuse, … MÊME celle du simple fidèle.
    Certes, ça peut faire peur. Mais c’est ainsi !

    Autrement la religion … est une espèce de bondieuserie cucugnangnante …
    à laquelle on ne comprend RIEN …
    et, dans ce cas, … on a bien raison … de la laisser tomber !

    3 – Un test de la vraie FOI … qui ne trompe pas … est celui de la Vie de prière
    Celui qui a vraiment découvert Dieu … lui adresse journellement des remerciements spontanés !
    et ne saurait “oublier” de prier …
    Mais tant que la prière … reste une “corvée”, … c’est qu’on n’a pas encore découvert Dieu !

    4 – Un autre test de la vraie FOI …
    consiste à vérifier … si on la confond … avec une simple croyance … en “l’Idée de Dieu”
    Souvent, le “simple fidèle”, … dès qu’il discute avec un incroyant,
    se rabat sur les preuves … “de l’existence” de Dieu.

    Et la discussion s’éternise, sans profit pour personne.
    Car, même si on pouvait démontrer ex nihilo … l’existence de Dieu,
    on ne saurait toujours pas … ce que Dieu nous veut.

    A ce sujet, je ne crains pas de me répéter :
    ” Si Dieu ne vient pas nous dire … en Personne … QUI Il est… et ce qu’IL nous veut
    ” ce n’est pas nous qui pouvons l’inventer …
    ” Ou alors, si on l’invente, … c’est une maladie grave, … qui ne se soigne pas toujours …. ”
    (c’est la maladie du moderniste :
    tout ce qu’il ne comprend pas, il le rejette, … et le remplace par ses “inventions”)

    5 – En application de la formule précédente … on est amené … à lire les Ecritures
    pour savoir … ce que Dieu nous veut !

    Bien entendu … on ne peut pas lire les Paroles de Dieu …
    sans demander leur sens … à Dieu Lui-même … qui en est l’Auteur …
    Il ne s’agit donc pas de faire œuvre de spéculation … mais de se laisser enseigner par Dieu …
    On entre alors … dans une attitude de prière (prière de demande)
    et on reçoit en retour … des intuitions de l’Esprit …
    Ce qu’on ne comprend pas, on le renvoie à plus tard …

    A ce sujet, …
    Dieu ne refuse jamais son aide …
    à celui qui lui demande … des biens spirituels (Cf Epître de St Jacques, chap. 1, verset 5)
    Mais attention.
    Souvent … Dieu ne peut pas se faire comprendre tout de suite …
    car pour comprendre certaines choses, … il faut en avoir préalablement compris d’autres ! …
    C’est pourquoi, au début, … les progrès sont lents …

    6 – Programme de lectures priées :
    Commencer par “grapiller” dans les actes des apôtres ;
    puis lire les 3 évangiles synoptiques
    (exercice pratique : commencer par calculer le nombre total de voyages en barque distincts !) ;
    puis aborder l’Evangile de Saint Jean ;
    puis enfin grapiller dans l’Ancien Testament, qui s’éclaire à la lumière des Paroles de Jésus l’Oint.

    7 – L’Eglise sera celle des gens … que nous aurons attirés à Dieu … de la part de l’Esprit …

    8 – Beaucoup de séminaristes … et de prêtres … ont tout à revoir !

  12. Geneviève says:

    à Pierre Mary de Montamat,
    Vous avez raison, mon propos n’était pas de commenter l’article de Mgr Vigano sur la correction filiale adressée à Mgr Schneider. Simplement, je me suis dis que vu que, contrairement à ce que je m’attendais, Medias-Press.info n’ayant jamais signalé à ses lecteurs l’Appel de Mgr Vigano, il me fallait le faire en donnant l’adresse mail. J’ai en quelque sorte profité de cet article pour donner une information que peut-être certains ne connaissaient pas, car cet Appel me semble primordial pour rassembler les forces catholiques clairvoyantes et de bonne volonté et peut-être ouvrir les yeux à d’autres.
    J’ai par ailleurs lu le texte de Mgr Vigano dans son en entier, et je lui en rend grâce. Cela fait un certain temps que je suis toutes ses publications, et je m’en réjouis fort

  13. Geneviève says:

    à Pierre Mary de Montamat,
    (Suite due à un fonctionnement défectueux du système de pose des commentaires, qui oblige toujours à les scinder)
    J’approuve par ailleurs les commentaires que vous avez écrits. Je pense que nous sommes à un tournant dans l’Eglise, car les conséquences du poison Vatican II se font maintenant voir au grand jour. Le moment approche où les clercs, mais aussi les simples fidèles vont devoir faire leur choix : soit continuer à suivre une autorité subversive s’éloignant de plus en plus de la Vérité, soit être fidèle à la Sainte-Eglise elle-même, telle que l’a voulue Notre Seigneur. Le schisme me semble inévitable entre les mondialistes, qui veulent l’amoindrir, la défigurer et l’enlaidir pour qu’elle devienne compatible avec la religion universelle, et ceux qui veulent demeurer dans le Christ en toute chose, marcher sur ses pas et donc servir son Eglise.

  14. Pierre Mary de Montamat says:

    à Geneviève.
    Vous avez bien fait (et je vous en remercie) de comprendre que ma remarque n’était pas un reproche, car j’avais eu la même interrogation que vous au sujet de l’Appel du 7 mai. Tout ce qui pousse à s’unir dans la réaction publique est bon, je suis bien de votre avis de le signaler et l’approuver.

    Ce courrier de Vigano du 10 juin reste en effet providentiel. Puissent d’autres évêques se lever pour se joindre à lui. Car l’Eglise est structurellement hiérarchique: elle existe d’abord par les Successeurs des Apôtres. Quand j’étais jeune, existait une Union pour la Fidélité des prêtres, religieux et laïcs catholiques qui s’était donné la mission d’aller voir les évêques pour réveiller leur foi.

    Ce matin, un prêtre me disait que de nombreux évêques n’osaient se déclarer, mais approuvaient cette ligne… Je veux bien y croire, mais j’aimerais mieux les voir (comme dirait st Thomas !)

  15. Pierre Mary de Montamat says:

    à Soupape

    Vous devriez renoncer à vos petites leçons sans intérêt et grotesques dont il n’y a pas besoin de relever les énormités fidéistes. Votre 1 est à faire pleurer… et pour le reste, allez proposer vos enseignements dans une école primaire.

  16. Soupape says:

    A Geneviève,

    1 – J’ai recommencé à utiliser … hors MPI … l’adresse internet que vous avez proposée.
    Et j’ai retrouvé une page complète … garnie de sites pointés en rouge !

    Par contre … la page internet qui suit …
    donne plusieurs sites “normaux” (du moins quant aux normes de communication)
    pointés en vert.

    Si on ouvre le premier d’entre eux …
    on voit qu’il CONTIENT effectivement le texte de l’appel de Mgr Vigano

    Mais ce texte est signé de quelques cardinaux (4 ?) et évêques (7 ?)
    si bien que j’ai estimé
    que ma signature personnelle n’apporterait rien à cette pétition,
    qui a été proposée par MPI dès le mois dernier, … ce dont je viens de me ressouvenir.

    2 – Pour refaire l’Eglise,
    Il suffit que nous redevenions pleinement chrétiens … c’est à dire en union à Dieu.
    Cette union à Dieu n’a rien d’exceptionnel, et n’est pas facultative.
    Elle est clairement expliquée en détail dans les chapitres 13 à 16 de l’Evangile de St Jean.
    Certes ces chapitres, pourtant très simples, … ne sont pas à la portée de tout le monde

    Mais si nous suivons la voie de l’union à Dieu, ..
    et si nous en parlons autour de nous … au fur et à mesure que nous la comprenons …
    au lieu de nous contenter …
    de la pratique routinière et à courte vue … qu’on nous a apprise (et imposée),
    l’Esprit pourra souffler librement, et ainsi l’Eglise se refera d’elle même …

    Nous n’avons pas besoin de parler de schisme, et ce n’est pas à nous de le faire. .
    Nous laissons au pape … le soin éventuel de prononcer son apostasie …
    mais c’est lui qui en prendra l’initiative …

  17. Pierre Mary de Montamat says:

    à Soupape

    Stop ! Mme Guyon est morte en 1717, ne pas la ressusciter svp !!!

    Ce fidéisme quiétiste est insupportable. D’origine gnostique, il suspend tout jugement pratique !

    Prière de bien vouloir s’abandonner à Dieu, oui, ça c’est bien; mais d’y rester surtout ! Pas la peine de nous envoyer des messages de là-haut !

    Quelle horreur !

  18. truelle27 says:

    Beau témoignage. ” C’est le cœur qui sent Dieu et non la raison. Voilà ce que c’est que la foi, Dieu sensible au cœur non à la raison….” et encore ” l’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec le coeur… ” Merci Soupape

  19. Soupape says:

    A truelle27

    Merci de votre commentaire.

    1 – En réalité, la FOI procède autant de la raison que du cœur.
    .
    Mais il y en a qui ne veulent pas le comprendre.

    2 – En effet, la FOI ne consiste pas seulement à discourir sur Dieu,

    car une fois qu’on a fini de parler de Dieu, …

    il ne faut pas oublier de LE rencontrer … et de LUI parler.

    Si on ne le fait pas, … c’est qu’on n’est pas vraiment certain … de son existence …

    Dieu n’est alors … qu’un “objet intellectuel”. … et n’est pas une Personne,

    et c’est faute de LE prier … et de savoir le faire … que la FOI dépérit.

    3 – Or, une bonne occasion de parler à Dieu, …

    est de LUI demander … des explications sur les Paroles dont il est l’Auteur

    et qui sont rapportées par les Ecritures.

    Ce n’est pas interdit,

    En effet, les Apôtres eux-mêmes … ne se privaient pas de demander à Jésus

    des explications, par exemple sur ses paraboles. Et Jésus leur répondait.

    Ce faisant, les Apôtres n’étaient pas fidéistes … et je ne le suis pas non plus !

    4 – Pour être complet,

    la vraie FOI (celle qui expliquait les vocations du clergé d’autrefois),

    c’est … s’être rendu compte … que le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ

    est VRAIMENT la REALITE, … et n’est pas seulement une “croyance”.

    Cette étape est difficile à franchir, … mais il faut être conséquent avec soi-même,

    et il n’est pas interdit de demander à Dieu … son aide pour y arriver !

  20. Pierre Mary de Montamat says:

    Mon cher Soupape, il faudrait vraiment vous mettre à étudier sérieusement ces sujets, là vous faites du libre examen et vous débitez des sottises. Je dirai même que c’est une version très moderne (je veux dire moderniste) qui insiste sur cette fameuse ‘rencontre’ avec une ‘Personne’. La ficelle est grosse, allez dans n’importe quelle paroisse moderne aujourd’hui, vous entendrez que Dieu est au-delà de tout ‘objet intellectuel’, qu’il est ‘impensable’, qu’il ne faut pas le réduire à une ‘vérité’, encore moins à ‘La Vérité’. Méfiez-vous, vous y courrez, c’est de la gnose.

    Par exemple dire ‘On ne perd pas la foi. Ceux qui l’ont “perdue” … ne l’ont jamais eue …’ est contraire à l’expérience et stupide.
    Par exemple dire ‘En réalité, la FOI procède autant de la raison que du cœur.’ est tout aussi stupide.

    Commencez par connaître que la foi est un don de Dieu; Elle ne procède ni de la raison ni du cœur. On la demande et on la reçoit au baptême. La foi est une vertu surnaturelle infuse. D’ailleurs, c’est le sens du renouvellement des Promesses du baptême et de la Profession de foi: Je m’attache à Jésus-Christ…
    Ensuite, la foi peut être ‘morte’, lorsqu’on n’a pas la charité qui est comme l’âme (la vie) de la foi.
    On peut aussi perdre la foi, comme le font les hérétiques, pour adhérer à ‘autre chose’. C’est bien le cas d’un baptisé qui ‘renie’ sa foi.
    Il faut sans cesse vivifier, faire croître son adhésion à la Révélation par des actes de foi. ‘Je crois, Seigneur, mais augmentez ma foi’.
    Il faut sans cesse garder le bon dépôt de la foi (2 Tim 1 13-14); sinon, nous en arrivons à la situation présente que de nombreux membres de l’Eglise n’ont plus la foi…

    Il faut aller chercher auprès d’un prêtre l’enseignement sur ce sujet pour sortir de votre libre-examen. L’encyclique Pascendi pourrait vous aider, ainsi que le décret Lamentabili.

  21. Pierre Mary de Montamat says:

    A mon cher Soupape, une dernière chose sur cet article: allez lire le texte de Mgr Vigano. Lisez-le, relisez-le, car c’est un texte épiscopal qui a son autorité. Tradere, transmettre le bon dépôt …. Il y a longtemps qu’un évêque ne s’était exprimé ainsi dans l’Eglise. Voilà qui est propre à affermir notre foi ! Deo gratias !!!

    Dans cet abandon de la foi par nos compatriotes, dans ces perversions affichées par tous ou quasiment tous, un évêque s’est levé et a dit: oui, tout ce qui se passe depuis 55 ans dans l’Eglise de Dieu est impie, abject, blasphématoire. Vous, Soupape, ni moi, ne pouvons aller contre cette parole de feu.

    Comme dit st Thomas dans ses textes sur l’Eucharistie, faisons taire nos disputes, nos controverses, nos dissensions, cessons toute parole et saisissons le mystère présent. C’est un immense espoir, une immense consolation de voire que Notre Seigneur donne sa Grâce aujourd’hui de comprendre le mystère souffrant de l’Eglise. C’est trop facile de croire à une Eglise glorieuse ici-bas.

    Quant nos évêques en France, balbutient, se retrouvent les caisses vides, qu’ils vont devoir cesser leurs aberrations par contrainte financière !!! c’est une disparition pure et simple qui va arriver !!!

  22. Soupape says:

    A Pierre Boenarges, le fils du tonnerre …

    Vos messages successifs se contredisent !

    1 – Vous commencez par me juger … fidéiste.

    2 – Deux jours après … vous me reprochez d’être une victime … du libre examen,
    et me conseillez de trouver “un bon prêtre” (vous en connaissez beaucoup ?)

    3 – Puis vous critiquez la majorité de nos évêques et de nos cardinaux
    (sentiment que je partage)
    mais il ne vous vient pas à l’idée … que, dans ce cas,
    il me sera difficile … de trouver le “bon prêtre” que vous me conseillez !

    4 – Enfin Il ne vous vient pas à l’idée que, priant Dieu depuis plus de 20 années,
    notamment pour qu’il m’explique le sens de ses Paroles,
    j’ai eu largement le temps de me rendre compte … que la FOI est un don de Dieu !

    5 – J’adhère sans réserves … à toutes les paroles du Credo en latin …
    ( celui qu’on récitait à la Messe … avant le concile ).
    Par conséquent je ne vous permets pas …
    de sous-entendre … que je serais ” hérétique sur les bords ”

    6 – Au tout début de cette discussion, j’ai hésité à vous répondre,
    sachant que par le passé, vous m’aviez déjà critiqué lourdement.
    Dieu m’a conseillé … de vous donner votre chance. Ce que j’ai fait.

    En effet votre premier commentaire se terminait AINSI :
    ” Quand je regarde mon évêque, son Chancelier et ses prêtres,
    ” je suis effrayé. Je ne peux me dire que l’Eglise est là …”

    J’ai donc essayé de vous expliquer … comment on pourrait … reconstruire l’Eglise
    Alors que vous attendez … sa disparition.

    7 – La vérité est que vous n’avez jamais rencontré un converti,
    et que vous ne savez pas … comment vous y prendre avec moi …
    car, pour vous, … tout converti est un hérétique qui s’ignore … voire même une taupe !

    Mais si vous restez ainsi, incapable … de parler à des convertis
    vous ne pourrez pas participer … à la reconstruction de l’Eglise !
    Et c’est dommage pour Dieu … et pour son Eglise.

    “Et dimite nobis debita nostra
    “sicut et nos dimitimus debitoribus nostris ”

    Faisons donc la Paix, et repartons sur d’autres bases.

  23. Pierre Mary de Montamat says:

    Mon bon sous-Pape, mais vous faites bien de me parler de taupes, car j’en ai attrapé deux samedi. Alors si vous avez besoin d’un conseil pour placer les fers (quand, comment et surtout où, that is the question !) n’hésitez pas à me solliciter. Par contre, je suis équipé d’une merveilleuse ‘Caramèle’ qui m’apporte les rats-taupiers qui nous infestent.
    J’ai détéré cet après-midi une betterave de 4-5 cm, croquée par une bête tellement que j’enrageai. C’est un ami voisin qui m’a enseigné des petits trucs, avec en plus un ‘voisin de banc’ à la Messe qui m’a donné encore une autre ficelle que je vous dévoilerais sans doute une autre fois si vous savez vous tenir en paix.
    Je peux vous dire que cette année avec le mois de mai très chaud, la première récolte de patates est excellente: pas d’abondance, car mi-juin, c’est tôt, mais la peau est fine (pas d’épluchage !) et le goût délicieux. Je vous en réserve une poëllée !
    Juste un dernier conseil pour aujourd’hui: les crottes de moutons ou de chevreaux sont indestructibles et tiendront donc la saison avant d’être grelinées ! A retenir…
    Bon, ceci dit, vous faites un petit tour, vous respirez un bon coup et vous dites les Complies. Bon sommeil garanti !
    Pierre Boenarges, le fils du tonnerre … qu’on appelle aussi Petit-tonnerre !!!

  24. truelle27 says:

    ” Commencez par connaître que la foi est un don de Dieu ” que l’on recoit au fond de son coeur…

  25. Soupape says:

    A truelle27

    1 – Dans des échanges très antérieurs à ceux-ci …
    “le fils du tonnerre” me reprochait … d’être ” fidéiste ” .! ..

    C’est pour cela que, dans ma réponse à votre intervention,
    j’ai rajouté … une allusion à la raison,
    parce qu’il est exact que la vraie FOI possède aussi … une logique religieuse cohérente,
    que Dieu nous fait découvrir progressivement …
    car on n’a jamais fini d’apprendre et de comprendre la FOI …

    2 – Mais je suis aussi d’accord avec vous sur les indispensables qualités de cœur.
    En effet dans les Béatitudes selon Matthieu, on lit :
    ” Heureux les cœurs purs, car ils VERRONT Dieu ”
    ce qui signifie qu’en s’abstenant habituellement de pécher …
    on voit mieux où est la Vérité, et on comprend la FOI plus facilement …

    Mais “le fils du tonnerre” me conteste aussi cette référence,
    car il y voit l’indice que je serais un ” quiétiste ”
    à la façon de Mme Guyon dans les années 1650 – 1700 !!!

  26. Pierre Mary de Montamat says:

    Une nouvelle réaction à l’intervention de Mgr Vigano.
    https://www.marcotosatti.com/2020/06/20/labbe-barthe-a-vigano-sur-le-vatican-ii-votre-exemple-nous-aide/

    Formalisation claire du texte de Vigano et appel au témoignage.