8 juin 2020 ( LifeSiteNews ) – Mgr Athanasius Schneider a une fois de plus fait entendre sa voix concernant la controversée Déclaration d’Abu Dhabi sur la fraternité humaine du 4 février 2019, où le pape François et un imam ont déclaré conjointement, entre autres déclarations problématiques, que Dieu veut une « diversité » des religions.

L’intervention de Mgr Schneider (lire le texte intégral ci-dessous) intervient après que le cardinal Gerhard Müller a écrit une interprétation et une explication détaillées de ce document. Alors que le cardinal Müller présente une «clé d’interprétation» à l’aide de laquelle on pourrait lire ce document de manière moins controversée, Mgr Schneider souligne les aspects du document qui ne sont pas conformes à la tradition catholique et doivent donc être critiqués.

Écrivant pour la revue catholique Communio (3/2020), le cardinal Müller a déclaré qu’il est “sensationnel” que, “pour la première fois dans l’histoire mouvementée et conflictuelle des deux plus grandes communautés religieuses du monde – comprenant ensemble de 3 milliards de personnes – la plus haute autorité de l’Église catholique et une autorité religieuse et académique de haut rang du monde islamique présentent un texte commun »qui attend de leurs fidèles« un consentement qui les lie dans leur conscience ».

Le prélat allemand a expliqué qu’il souhaitait présenter une “aide à la lecture” pour ce document, qu’il estime être “pas un acte du Magistère” en ce qui concerne la foi et la morale révélées, mais toujours un document de la plus haute autorité du Eglise interprétant la loi morale naturelle.

Pour le prélat allemand, ce document «correspond dans son intention à la Déclaration générale des droits de l’homme des Nations Unies (1948)», à côté de son intervention sur la foi en Dieu et en sa grâce. Il a continué à expliquer que, tant dans la tradition chrétienne que dans la tradition islamique, la «foi en Dieu» appelle «la fraternité comme vocation et exigence de l’homme dans sa conscience».

Le cardinal Müller, qui a approuvé le document d’Abu Dhabi dans ses revendications essentielles, a affirmé que ni le pape François ni l’imam “n’ont abandonné leurs confessions de foi individuelles qui sont, dans des questions importantes, en contradiction entre eux en raison de leur contenu. ” Ce document, a-t-il poursuivi, “n’est pas enraciné dans un relativisme concernant la prétention de Dieu à la vérité, ni ne va dans le sens d’une religion unifiée car il est favorisé par les élites progressistes et socialistes”.

Evoquant la critique de la déclaration d’Abu Dhabi telle qu’elle a été exprimée par les évêques et les théologiens, le prélat allemand a déclaré que l’on “peut” interpréter la seule phrase du document concernant la “diversité des religions” comme “voulue par Dieu” de manière relativiste, mais que cela «ne doit» pas nécessairement se faire. Iil a insisté sur le fait qu’il faut plutôt «interpréter» le texte et son herméneutique «en vue de la bonne intention de leurs auteurs plutôt qu’en vue de la précision académique dans ses expressions. ” 

“Il semble évident”, a poursuivi Müller, “que l’on voulait formuler de manière positive et compte tenu de l’autorité de Dieu le Créateur ce qui autrement aurait été formulé de manière négative, à savoir que personne ne peut être discriminé parce que de sa religion, de sa couleur de peau, etc. »

Commentant davantage la déclaration d’Abu Dhabi, le cardinal Müller poursuit en disant que «l’irritation concernant la phrase susmentionnée» aurait pu être «évitée si l’on n’avait pas simplement parlé de la volonté (absolue) de Dieu, car elle fait partie de Son Être avec Sa Sagesse et Sa Raison Éternelles », mais plutôt à la lumière de« Sa volonté salvifique universelle telle qu’elle se déploie à travers l’histoire »qui vise à conduire tous les« païens à l’obéissance de la Foi ». (Rom. 16,25ff) Ici, Müller parle de la «volonté permissive de Dieu», qui se situe en relation avec le «mal en tant que défaut de la nature ou le mal en contradiction avec le bien voulu».

Le cardinal allemand feint de se demander si un pape peut signer un document avec un musulman «au nom de Dieu», comme le fait la déclaration d’Abu Dhabi, car l’islam est opposé à la croyance catholique en la Sainte Trinité et l’Incarnation. Cependant, selon le prélat allemand, malgré ces différences, «la dignité de l’homme et les droits de l’homme peuvent être fondés sur la transcendance et la majesté de Dieu». Alors que nous ne pouvons pas «prier ensemble Dieu dans la prière, puisqu’un chrétien ne peut parler au Père que par le Christ dans le Saint-Esprit», écrit Müller, nous pouvons toujours «commencer le dialogue et la collaboration et nous assurer des éléments les plus fondamentaux qui nous avons en commun – que Dieu existe, qu’il est un ( Deum esse unum), qu’Il, dans sa bienveillance, a créé le monde et que les hommes sont, selon leur liberté, responsables devant lui de leurs actes. »

Comme on peut le voir dans ce bref résumé de la nouvelle intervention du cardinal Müller, il essaie d’interpréter le document d’Abu Dhabi d’une manière moins controversée, similaire à la façon dont il avait abordé, en 2017, l’exhortation post-synodale Amoris Laetitia . À l’époque, il avait insisté sur le fait que ce document, qui a été utilisé par des bergers dans divers endroits du monde pour justifier la Sainte Communion aux catholiques «remariés» vivant actuellement en union adultère, n’est pas hérétique. 

En ce qui concerne la déclaration de Müller sur le texte d’Abu Dhabi, Katholisch.de – le nouveau site Web des évêques allemands – ainsi que Vatican News l’ont examiné de manière positive.

Mgr Athanasius Schneider a réagi en souhaitant confronter directement les erreurs ou ambiguïtés que l’on retrouve dans la déclaration d’Abu Dhabi. Il y a quelques jours à peine, il a déjà fait une déclaration sur le document d’Abu Dhabi s’opposant à l’idée que Dieu veut positivement la diversité des religions. Dans cette déclaration, Mgr Schneider a discuté de certains problèmes concernant l’enseignement du Concile Vatican II sur la liberté religieuse qui devraient selon lui nécessiter une correction future, tout comme cela a été fait dans le passé avec d’autres déclarations conciliaires des siècles précédents.

Dans sa nouvelle déclaration envoyée à LifeSiteNews, l’évêque kazakh d’origine allemande souligne que la même phrase susmentionnée – à savoir, que la diversité des religions est voulue par Dieu, tout comme la diversité des couleurs, du sexe, etc. – est «L’affirmation la plus erronée et la plus dangereuse» du texte. Mgr Schneider critique également la formulation du document sur une foi commune en Dieu. En citant les Saintes Écritures, il insiste : «Il n’y a « qu’un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême »(Éphésiens 4: 5), « car tous les hommes n’ont pas la foi ». (2 Thess. 3: 2). En substance, il n’y a qu’une seule vraie foi, la foi catholique, et les autres religions sont de fausses religions.

Distinguant davantage entre la foi catholique et la foi musulmane – et soulignant l’enseignement ambigu du Concile Vatican II dans ce domaine spécifique – le prélat allemand écrit: «Pour déclarer que les musulmans adorent avec nous le seul Dieu (« nobiscum Deum adorant » ), comme l’a fait le Concile Vatican II dans Lumen Gentium n. 16, est théologiquement une affirmation très ambiguë. Que nous, catholiques, adorons avec les musulmans le seul Dieu n’est pas vrai. Nous n’adorons pas avec eux. Dans l’acte d’adoration, nous adorons toujours la Sainte Trinité, nous n’adorons pas simplement «le Dieu unique» mais, plutôt, la Sainte Trinité consciemment – Père, Fils et Saint-Esprit. L’Islam rejette la Sainte Trinité. Lorsque les musulmans adorent, ils n’adorent pas au niveau surnaturel de la foi.

De plus, ajoute-t-il, nous, catholiques, avons une «foi surnaturelle», tandis que les musulmans pourraient adorer Dieu au niveau naturel; ils «peuvent adorer Dieu au niveau de la connaissance naturelle de l’existence de Dieu. Ils adorent dans un acte naturel d’adoration le même Dieu que nous adorons dans un acte surnaturel et avec une foi surnaturelle en la Sainte Trinité. » «Mais ce sont deux actes d’adoration essentiellement différents, conclut Schneider.

Le prélat explique en outre les nombreuses autres différences entre la compréhension catholique et musulmane de la nature de Dieu, de qui sont Jésus et Marie (ils ne croient pas que Jésus est le Fils de Dieu, donc ils ne peuvent pas l’adorer correctement). 

Mgr Schneider insiste également sur le fait que les musulmans ont une conception de la miséricorde différente de celle des chrétiens.

«Selon la sourate 9:29», écrit-il, «les musulmans doivent« combattre ceux qui ne croient pas en Allah ou au Jour dernier et qui ne considèrent pas illégal ce qu’Allah et son messager ont rendu illégal et qui n’adoptent pas la religion. de la vérité de la part de ceux qui ont reçu l’Écriture – [combattez] jusqu’à ce qu’ils rendent volontiers l’hommage [ jizyah ] pendant qu’ils sont humiliés. »

“On ne peut pas être d’accord”, poursuit Schneider, “avec la thèse qui dit qu’une bonne lecture du Coran est opposée à toute forme de violence. Tout d’abord, ce n’est pas vrai simplement sur la base d’une lecture claire du Coran. Les dernières sourates du Coran sont très violentes envers les non-musulmans et appellent à l’occupation des pays non musulmans par la violence. Même de nos jours, de nombreux musulmans comprennent bien que c’est la méthode légitime pour lire le Coran. »

En ce sens, les musulmans ont une compréhension différente de la fraternité. Pour nous catholiques, la fraternité du Christ est la base de notre propre compréhension de la fraternité.

Mgr Schneider déclare : «La seule fraternité universelle stable est la fraternité en Christ. Ce n’est qu’en Jésus-Christ et dans le Saint-Esprit qu’Il a envoyé, les gens peuvent vraiment être enfants de Dieu et vraiment dire à Dieu “ Père ” et par conséquent être véritablement frères: “ Car tous ceux qui sont dirigés par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Vous avez reçu l’Esprit d’adoption en tant que fils, par qui nous crions: «Abba! Père!’ L’Esprit lui-même témoigne avec notre esprit que nous sommes enfants de Dieu et, si enfants, alors héritiers – héritiers de Dieu et compagnons héritiers de Christ ” (Rm 8, 14-17).

Par conséquent, l’auteur arrive à une conclusion claire en ce qui concerne le document d’Abu Dhabi : «Du point de vue théologique, il est donc trompeur et déroutant que le Pontife romain ait signé un document commun avec une autorité religieuse islamique en utilisant les termes « Dieu », « Foi », « pluralisme et diversité des religions», « fraternité », bien que ces termes aient des significations sensiblement différentes dans les enseignements du Coran et dans la révélation divine de Notre-Seigneur Jésus-Christ.»

***

Déclaration complète de Mgr Athanasius Schneider :

Il n’y a pas de foi commune en Dieu ni d’adoration commune de Dieu partagée par les catholiques et les musulmans

L’affirmation la plus erronée et la plus dangereuse du Document d’Abu Dhabi sur «La fraternité humaine pour la paix dans le monde et le vivre ensemble» (signé par le pape François et le grand imam d’Al-Azhar Ahmad Al-Tayyeb le 4 février 2019) est la suivante: « Le pluralisme et la diversité des religions, des couleurs, du sexe, de la race et de la langue sont voulus par Dieu dans sa sagesse, à travers laquelle il a créé les êtres humains. Cette sagesse divine est la source d’où dérive le droit à la liberté de croyance et la liberté d’être différent. » Cela contredit la Révélation divine de dire que, tout comme Dieu veut positivement la diversité des sexes masculins et féminins et la diversité des nations, il en va de même de la même manière de la diversité des religions.

Le Document d’Abu Dhabi parle également d’une foi commune en Dieu, par exemple : «C’est un document qui invite toutes les personnes qui ont foi en Dieu et foi en la fraternité humaine.» Ici, le sens de la foi elle-même est ambigu et, de plus, le sens de la foi en Dieu se situe au niveau naturel de la croyance «à la fraternité humaine». C’est théologiquement faux et trompeur.

Le sens du terme «foi» est donné par Jésus-Christ lui-même, donc par la révélation divine. Il n’y a «qu’un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême» (Éphésiens 4: 5), «car tous les hommes n’ont pas la foi». (2 Thess. 3: 2) Jésus-Christ, le Fils incarné de Dieu, est «l’auteur et le parfait de notre foi». (Hébreux 12: 2) Quiconque ne croit pas en Jésus-Christ le Fils de Dieu n’a pas de foi et ne plaît pas à Dieu, comme le dit le Seigneur: «Quiconque ne croit pas est déjà condamné, parce qu’il n’a pas cru au nom de le Fils unique de Dieu »(Jn 3, 18) et« Celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie; mais la colère de Dieu demeure sur lui. » (Jn 3, 36)

Le Catéchisme de l’Église catholique dit: «Pour un chrétien, croire en Dieu ne peut être séparé de croire en Celui qu’il a envoyé, son« Fils bien-aimé », en qui le Père est« bien content »; Dieu nous dit de l’écouter. (cf. Mc 1, 11). Le Seigneur lui-même a dit à ses disciples: “Croyez en Dieu, croyez aussi en moi.” (Jn 14, 1) (CEC n. 151) «Foi» et «croire» ne signifie pas la connaissance de Dieu par la lumière naturelle de la raison, mais un don surnaturel de Dieu «suscité et aidé par la grâce divine, recevant la foi en entendant, en croyant vrai ce qui a été divinement révélé et promis. » (Concile de Trente, décret sur la justification, sess. 6, chap. 6)

L’Église a toujours enseigné avec le premier Concile du Vatican que «la situation de ceux qui, par le don céleste de la foi ont embrassé la vérité catholique, n’est en aucun cas la même que celle de ceux qui, dirigés par des opinions humaines, suivent une fausse religion. »(Constitution dogmatique« Dei Filius », chap. 3)

Le même Concile enseigne : «L’accord perpétuel de l’Église catholique a maintenu et maintient cela aussi: qu’il existe un double ordre de connaissances, distinct non seulement en ce qui concerne sa source, mais aussi en ce qui concerne son objet. En ce qui concerne la source, nous connaissons à un niveau par la raison naturelle, à l’autre niveau par la foi divine. En ce qui concerne l’objet, outre ces choses auxquelles la raison naturelle peut atteindre, il est proposé pour notre croyance certains mystères cachés en Dieu qui, à moins qu’ils ne soient divinement révélés, sont incapables d’être connus. » (Constitution dogmatique « Dei Filius », chap. 4)

Affirmer que les musulmans adorent avec nous le Dieu unique (« nobiscum Deum adorant »), comme l’a fait le Concile Vatican II dans Lumen Gentiumn. 16, est théologiquement une affirmation très ambiguë. Que nous, catholiques, adorons avec les musulmans le seul Dieu n’est pas vrai. Nous n’adorons pas avec eux. Dans l’acte d’adoration, nous adorons toujours la Sainte Trinité, nous n’adorons pas simplement «le Dieu unique» mais, plutôt, la Sainte Trinité consciemment – Père, Fils et Saint-Esprit. L’Islam rejette la Sainte Trinité. Lorsque les musulmans adorent, ils n’adorent pas au niveau surnaturel de la foi. Même notre acte d’adoration est radicalement différent. C’est essentiellement différent. Précisément parce que nous nous tournons vers Dieu et l’adorons comme des enfants qui sont constitués dans la dignité ineffable de l’adoption filiale divine, et nous le faisons avec une foi surnaturelle. Cependant, les musulmans n’ont pas une foi surnaturelle. Les musulmans n’ont qu’une connaissance naturelle de Dieu. Le Coran n’est pas la révélation de Dieu, mais une sorte d’anti-révélation de Dieu, parce que le Coran nie expressément la révélation divine de l’Incarnation, de la divinité éternelle du Fils de Dieu, du sacrifice rédempteur du Christ sur la Croix, et nie donc la vérité de Dieu, la Sainte Trinité. Bien sûr, lorsqu’une personne adore sincèrement Dieu le Créateur – comme la majorité des simples musulmans, elle adore Dieu avec un acte d’adoration naturel, basé sur la connaissance naturelle de Dieu, le Créateur. Tout non-chrétien, toute personne non baptisée, y compris un musulman, peut adorer Dieu au niveau de la connaissance naturelle de l’existence de Dieu. Ils adorent dans un acte naturel d’adoration le même Dieu que nous adorons dans un acte surnaturel et avec une foi surnaturelle en la Sainte Trinité. Mais ce sont deux actes d’adoration essentiellement différents: l’un est un acte de connaissance naturelle et l’autre est un acte de foi surnaturelle. Les actes d’adoration, et les actes de savoir sur lesquels ils sont basés, sont substantiellement différents, bien que l’objet soit le même en ce qu’il est le même Dieu. Peut-être pourrait-on formuler ainsi: «Les musulmans adorent Dieu dans un acte d’adoration naturelle, et donc d’une manière sensiblement différente de ce que nous, catholiques, puisque nous adorons toujours Dieu avec une foi surnaturelle. 

L’acte subjectif d’adoration des musulmans est également différent parce que leur compréhension de Dieu est différente de la nôtre. Il faut garder à l’esprit le fait que les musulmans, acceptant des propositions affirmées de Dieu qui ne sont pas d’origine divine, sont en danger d’offrir une fausse connaissance et un faux culte à Dieu même au niveau naturel. 

Le Document d’Abu Dhabi parle de «la base de notre croyance commune en Dieu». Cependant, ceux qui suivent l’islam voient Dieu comme distant, dépourvu de relation personnelle, et c’est une idée très défectueuse de Dieu. Une partie considérable des musulmans ont une image déformée et fausse de Dieu comme Celui qui est incapable de communiquer personnellement avec nous, et que nous ne pouvons pas aimer vraiment et personnellement comme notre Père et comme notre Rédempteur.

Il faut aussi considérer le fait que la conception musulmane de Jésus est un rejet de l’idée chrétienne: car le Coran déclare que Dieu ne peut pas avoir de Fils, et donc ils rejettent l’Incarnation même s’ils acceptent la Naissance de la Vierge. Par conséquent, il est inexact d’assimiler leur vénération de Jésus à notre adoration de Lui en tant que Dieu incarné et Rédempteur de l’humanité; et leur vénération de Marie n’est pas la même que notre vénération d’elle en tant que Mère de Dieu. Par conséquent, nous ne pouvons pas apprendre d’eux comment se relier correctement à Jésus ou à Marie. De plus, leur compréhension que la vie est «pour» Dieu n’est pas la même que la nôtre, car Jésus a enseigné que Dieu est notre Père, que nous vivons pour lui, afin d’augmenter notre amour pour lui et d’être heureux avec lui pour toujours, alors que leur conception de vivre pour Dieu est comme une vie d’esclave au service d’un puissant maître. Finalement,

Selon la sourate 9:29, les musulmans doivent «combattre ceux qui ne croient pas en Allah ou au Jour dernier et qui ne considèrent pas illégal ce qu’Allah et son messager ont rendu illégal et qui n’adoptent pas la religion de la vérité de ceux qui ont reçu l’Écriture – [combattez] jusqu’à ce qu’ils rendent volontiers l’hommage [ jizyah ] pendant qu’ils sont humiliés. »

On ne peut souscrire à la thèse qui dit qu’une bonne lecture du Coran est opposée à toute forme de violence. Tout d’abord, ce n’est pas vrai simplement sur la base d’une lecture claire du Coran. Les dernières sourates du Coran sont très violentes envers les non-musulmans et appellent à l’occupation des pays non musulmans par la violence. Même de nos jours, de nombreux musulmans comprennent bien que c’est la méthode légitime pour lire le Coran. De plus, la majorité des musulmans conviennent que les sourates ultérieures (plus violentes) ont plus d’autorité. Habituellement, les musulmans comprennent le Coran littéralement car ils n’ont aucune exégèse spirituelle ou allégorique. Peut-être que certaines personnes exceptionnelles, de bons érudits islamiques le feront, mais ils ne représentent pas l’islam en tant que tel. Ils n’ont aucune autorité ultime. 

Du point de vue théologique, il est donc trompeur et déroutant que le Pontife romain ait signé un document commun avec une autorité religieuse islamique utilisant les termes «Dieu», «Foi», «pluralisme et diversité des religions», «fraternité, »Bien que ces termes aient des significations sensiblement différentes dans les enseignements du Coran et dans la Révélation divine de Notre Seigneur Jésus-Christ. En outre, il faut également garder à l’esprit le fait que les musulmans n’ont pas le pouvoir de régler les différends avec une autorité universelle, car ils n’ont pas de magistère, et qu’il n’y a pas d’autorité pour représenter l’islam en tant que tel, et qu’il n’y a pas de central autorité en Islam pour décider des questions doctrinales pour tous les musulmans.

La seule fraternité universelle stable est la fraternité en Christ. Ce n’est qu’en Jésus-Christ et dans le Saint-Esprit qu’Il a envoyé, les gens peuvent vraiment être enfants de Dieu et vraiment dire à Dieu «Père» et par conséquent être véritablement frères: «Car tous ceux qui sont dirigés par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Vous avez reçu l’Esprit d’adoption en tant que fils, par qui nous crions: «Abba! Père!’ L’Esprit lui-même témoigne avec notre esprit que nous sommes enfants de Dieu et, si enfants, alors héritiers – héritiers de Dieu et compagnons héritiers de Christ »(Rm 8, 14-17).

La seule paix vraie et stable est la paix du Christ. L’enseignement suivant du Pape Pie XI d’il y a près de cent ans, transmet fidèlement ce que Jésus-Christ, Notre Divin Maître et Rédempteur, et le Magistère constant de l’Église ont enseigné à travers les âges, et qui restent les critères auxquels l’analyse de l’Abou Dhabi a été soumis: 

«Nous n’avons pas besoin d’une paix qui consistera simplement en actes de courtoisie extérieure ou formelle, mais d’une paix qui pénétrera dans l’âme des hommes et qui unira, guérira et rouvrira leur cœur à cette affection mutuelle qui naît de l’amour fraternel. . La paix du Christ est la seule paix répondant à cette description: «que la paix du Christ se réjouisse dans vos cœurs». (Col. 3:15). Il n’y a pas d’autre paix possible que celle que Christ a donnée à ses disciples (Jean 14:27) car, puisqu’il est Dieu, il «voit le cœur» (1 Rois 16: 7) et en nos cœurs Son royaume est établi. Encore une fois, Jésus-Christ est parfaitement justifié quand il appelle cette paix d’âme la sienne car il a été le premier à dire aux hommes: «Vous êtes tous frères». (Matthieu 23: 8.) Il nous a donné de même, en le scellant du sang de sa propre vie, la loi de l’amour fraternel, de tolérance mutuelle – «Ceci est mon commandement, que vous vous aimez, comme je vous ai aimés. (Jean 15:12) «Portez-vous les fardeaux les uns des autres; et ainsi vous accomplirez la loi de Christ. ‘ (Gal. 6: 2) »(EncycliqueUbi arcano Dei Consilio, 33 ans).

“La vraie paix, la paix du Christ, est impossible à moins que nous ne soyons disposés et prêts à accepter les principes fondamentaux du christianisme, à moins que nous ne soyons disposés à observer les enseignements et à obéir à la loi du Christ, dans la vie publique et privée.” (Encyclique Ubi arcano Dei Consilio, 47)

“Le rétablissement du royaume du Christ, nous travaillerons plus efficacement vers une paix mondiale durable.” (Encyclique Ubi arcano Dei Consilio, 49)

«Ce n’est que dans ce Royaume du Christ que nous pouvons trouver cette véritable égalité humaine par laquelle tous les hommes sont anoblis et rendus grands par la même noblesse et la même grandeur, car chacun est anobli par le sang précieux du Christ.» (Encyclique Ubi arcano Dei Consilio, 58)

4 juin 2020

+ Athanasius Schneider, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Sainte-Marie d’Astana

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,
13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille ce livre :

%d blogueurs aiment cette page :