Laurenzana, berceau de la duchesse Aurora Sanseverino (1669-1726), est une commune de moins de 2.000 habitants située dans la région de Basilicate, province de Potence (Potenza), dans le sud de l’Italie. Bastion électoral de la gauche – le score de celle-ci atteignant parfois les 75 % – il n’y a même pas de section locale de la Ligue du Nord ou du parti de Silvio Berlusconi. Laurenzana est par ailleurs une ville désertifiée par l’exode rural et l’émigration, sa population étant passée de 7600 habitants en 1870 à 3500 au sorti de la Première Guerre Mondiale. Remontée à 4500 habitants sous le fascisme, elle comptait encore 3000 habitants en 1981 avant de tomber sous la barre des 2000.

L’information a été donnée par le quotidien internet de droite Secolo d’Italia dans son édition du 15 janvier : le maire de Laurenzana Michele Ungaro, membre du Parti Démocrate (gauche) élu toutefois sur une liste citoyenne, a proposé un référendum pour demander aux habitants s’ils étaient favorables à l’accueil de migrant sur leur territoire.

Il avait contre lui le préfet, Giovanna Stefania Cagliostro, qui avait interdit la consultation, comme dans toute bonne « démocratie » modèle référendum danois 1992. Il avait aussi contre lui l’évêque de Potence, Mgr Salvatore Ligorio, qui a demandé à accueillir les migrants sans réserve, et même contre lui les élus de Laurenzana, qui ont fait campagne pour le oui.

Le résultat final : plus de 80% des votants ont clairement exprimé leur opposition à l’arrivée de migrants dans la petite commune italienne (413 votants, 341 non, 59 oui)… Comme quoi, il peut aussi y avoir un patriotisme de gauche. Jaurès ne disait-il pas que la patrie était le bien des pauvres ?

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :