Le cardinal Raymond Burke, patron fantoche de l’Ordre de Malte, et contradicteur de François à propos d’Amoris Laetitia, est envoyé sur la minuscule île de Guam en plein océan Pacifique pour, officiellement, enquêter sur un cas d’abus sexuel et pédophilie dans le diocèse d’Agana.

Officieusement, les raisons pourraient être autres ! Cette décision de reléguer le cardinal, auteur des « dubia » concernant l’Exhortation bergoglienne sur la famille, fait jaser : plus d’un à Rome et ailleurs soupçonnent qu’il s’agisse d’un moyen pour éloigner du Vatican l’Américain, chef de file du parti opposé à l’enseignement novateur et progressiste de François en matière matrimoniale et sacramentelle.

L’enquête du cardinal devra porter sur des faits remontants aux années 70’ et impliquant l’archevêque Anthony Apuron, accusé, alors qu’il était jeune prêtre, de violences sexuelles sur un enfant de chœur. Apuron, âgé de 71 ans aujourd’hui, a toujours clamé son innocence. En juin 2016, le pape François avait envoyé sur l’île l’archevêque Savio Hon Fai-Tai, secrétaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, avec la charge d’administrer « sede plena » le diocèse. En octobre, est nommé par Rome un coadjuteur du diocèse avec les pleins pouvoirs, l’archevêque accusé étant de fait mis sous tutelle.

Le Vatican a décidé ultérieurement d’instituer un “tribunal de première instance » dépendant de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi pour enquêter sur le cas. Quatre évêques ont atterri sur l’île avec le cardinal Burke. La décision de placer ce dernier à la tête de la mission à Guam a été prise, révèle Il Giornale, le 5 octobre dernier, nomination qui arrivait juste après le transfert du cardinal du prestigieux Tribunal suprême de la Signature apostolique à la tête de l’Ordre de Malte. A l‘époque cette révocation avait été considérée une sanction détournée et une manière de mettre au coin le cardinal factieux.

Qui n’avait pas mis fin pour autant à ses critiques envers Amoris laetitia et avait été jusqu’à envisager publiquement pour ce début d’année « une correction fraternelle du pontife. » A cette opposition frontale entre le rouge et le blanc, s’est rajoutée une lutte d’intérêt au sein de l’Ordre de Malte dont le pape François a obtenu la tête du Grand Maître, un proche du cardinal Burke.

Avec l’envoi “en quarantaine” dans une île perdue au milieu du Pacifique de Raymond Burke, pour un temps indéterminé, le pape François fait le ménage dans la Curie et éloigne ses adversaires… Pour mieux mener à bien sa révolution doctrinale et pastorale ?

Francesca de Villasmundo

 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :