Le cardinal Müller accusé d’antisémitisme (1)

L’ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Müller, est sous le feu de critiques pour de récents propos sur la pandémie de Covid-19, qualifiés d’antisémites, et des dirigeants juifs ont demandé au Vatican de se distancer de ces paroles controversés.

Dans un entretien accordé à l’Institut Saint-Boniface, le cardinal allemand Gerhard Müller a déclaré que de riches individus utilisaient le coronavirus pour « faire passer leur calendrier », et a spécifiquement cité le milliardaire d’origine hongroise George Soros. Soros, survivant de l’Holocauste, est connu pour financer un certain nombre de causes progressistes.

L’ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) s’est élevé contre les restrictions sanitaires et a accusé les « élites financières » d’utiliser la crise mondiale pour « mettre les gens au pas » et obtenir un « contrôle total » sur eux.

Le cardinal de 73 ans a également pointé du doigt Bill Gates, cofondateur de Microsoft, et Klaus Schwab, directeur du Forum économique mondial.

Accusation d’antisémitisme

Mais c’est la mention de Soros par Müller qui a conduit la Conférence des rabbins européens, le commissaire allemand à l’antisémitisme et d’autres dirigeants juifs à réagir.

En réponse à l’entretien, le rabbin Pinchas Goldschmidt, président de la Conférence des rabbins européens, qui représente plus de 700 rabbins, a appelé le Vatican à « prendre clairement ses distances avec des déclarations et des positions aussi grossières ».

Felix Klein, commissaire allemand pour la lutte contre l’antisémitisme, a également appelé le Vatican à remettre en question les remarques du cardinal, ajoutant que ces « mythes conspirationnistes antisémites sont nuisibles à notre société et ne font qu’exacerber les problèmes existants ».

De même, Josef Schuster, président du Conseil central des juifs en Allemagne, a déclaré que les propos de l’ancien préfet de la CDF avaient « clairement une connotation antisémite » et a qualifié les remarques d’« irresponsables et inacceptables ».

Ces propos du cardinal Müller ont été publiés dans un clip vidéo de 2 minutes sur les médias sociaux le 6 décembre. L’entretien complet, de 26 minutes, a été publié le 15 décembre.

L’Institut Saint-Boniface, qui a diffusé l’entretien, a été fondé par Alexander Tschugguel, devenu célèbre en 2019, après avoir escamoté des statues de la Pachamama dans une église de Rome pour les jeter dans le Tibre, pendant le synode des évêques sur l’Amazonie.

Sources : Institut Saint-Boniface/National Catholic Reporter via FSSPX.Actualités

(1) Lire aussi : Mgr Viganò défend le cardinal Müller et sa critique de la Grande Réinitialisation

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :