Ephpheta, quod est, Adaperire!

Ephpheta, c’est-à-dire : Ouvrez-vous ! (Mc 7, 34)

Je ne suis pas surpris que la vérité provoque des réactions décousues chez ceux qui propagent l’erreur qui s’y oppose. Les réactions des pharisiens aux paroles de Notre Seigneur – à commencer par les gestes théâtraux de Caïphe à la proclamation par le Messie de sa propre divinité– trahissent toujours la colère des menteurs et des gens de mauvaise foi face à l’affirmation de la vérité et à l’honnêteté intellectuelle. Et cette indignation aussi forcée que sans motif, n’ayant aucun argument pour contrer la réfutation, se déplace souvent vers l’interlocuteur, dans une tentative de le ridiculiser, de le faire passer pour un fou ou pour un dangereux criminel. Les exemples dont nous avons pu être témoins de ceux qui ont remis en question l’un ou l’autre des éléments du récit officiel sur le Covid sont la confirmation d’une attitude intolérante de la part de ceux qui mentent, et en même temps de l’accusation d’intolérance envers ceux qui se limitent à donner une preuve évidente de la vérité.

Le virologue qui affirme l’inefficacité du vaccin et souligne les graves conflits d’intérêts chez des fonctionnaires chargés d’autoriser les médicaments ou les thérapies ; le parlementaire qui conteste l’opportunité d’imposer des confinements après qu’ils se soient révélés inutiles pour contenir la pandémie et désastreux pour l’économie du pays ; le juriste qui critique les règles imposées par le Gouvernement en violation de la Constitution ; le curé qui, depuis la chaire, remet en question la moralité d’un sérum expérimental produit avec des cellules de fœtus avortés ; l’intellectuel qui souligne comment le plan criminel du Great Reset promu par le Forum Économique Mondial et l’Agenda 2030 des Nations Unies trouvent une réalisation ponctuelle et inquiétante précisément à la suite de cette urgence pandémique souhaitée depuis 2009 par Jacques Attali dans l’hebdomadaire français L’Express, sont considérés par le Sanhédrin mondialiste comme des hérétiques, indignes de poser des questions sur les nouveaux dogmes de la religion sanitaire définis ex cathedra par les experts à la solde de BigPharma. Nous pouvons imaginer quelle honnêteté et quelle impartialité peuvent être assurées par des contrôleurs payés par les contrôlés.

Il est inutile de citer les écrits des représentants de l’État profond dans lesquels ils avouent effrontément leur projet criminel. Prenons par exemple la citation de Jacques Attali :

«L’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur : elle met alors d’abord en place des mécanismes de défense ; parfois intolérables (des boucs émissaires et des totalitarismes) ; parfois futiles (de la distraction) ; parfois efficaces (des thérapeutiques, écartant si nécessaire tous les principes moraux antérieurs). Puis, une fois la crise passée, la peur transforme ces mécanismes pour les rendre compatibles avec la liberté individuelle et les inscrire dans une politique de santé démocratique. » (https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/avancer-par-peur_758721.html)

Ces mots ont été prononcés en 2009, lors de l’émergence de la grippe porcine pour laquelle l’OMS fut ensuite accusée de fausse urgence. Nous pouvons y voir la confirmation du cadre exacte des méthodes de gestion de l’urgence sanitaire, voire même de la planification de l’urgence elle-même, avec la prédiction des réponses possibles des citoyens. Il y a quelques jours à peine, Attali a été interviewé sans porter de masque par deux journalistes asservis, qu’il a réprimandés parce qu’ils gardaient le masque sous leur nez. L’anecdote – que vous pouvez trouver dans une vidéo sur Internet – est une preuve prouvée de l’absurdité du récit de la pandémie, qui s’applique aux sujets et aux esclaves du système, mais pas à ceux qui commandent. Biden, Johnson, Merkel, Draghi, Bergoglio et tous les « grands de la terre » font preuve de mépris pour les masses, imposant des normes absurdes qu’ils sont les premiers à enfreindre précisément pour démontrer que l’adhésion à ce culte pandémique nécessite un assentiment fidéiste, et n’a rien de scientifique.

Son Éminence le cardinal Müller, qui est une personne intellectuellement honnête, a dit des choses que le Cardinal Burke, Mgr Scheider et moi-même, entre autres, avions déjà dénoncées ; des choses que Klaus Schwab, George Soros, Bill Gates et tous les adeptes du Great Reset ont toujours déclaré publiquement, même en produisant des documents officiels et en imprimant des livres dans lesquels ils expliquent minutieusement les différents scénarios pouvant être envisagés, de la pandémie à l’urgence climatique. Et les paroles du Cardinal sont la confirmation que son nom apposé sur mon Appel pour l’Église et pour le monde du mois de mai a été médité et voulu. Pour ce geste, à certains égards courageux, je remercie Son Éminence.

Et je regrette qu’en Allemagne les grands médias aient accusé le cardinal Müller d’antisémitisme, pour le simple fait que George Soros et Klaus Schwab ont des origines juives, tout en évitant scrupuleusement d’entrer dans le fond de la question. Pourtant, des dénonciations similaires contre l’élite mondialiste et en particulier contre Schwab, Gates, Soros, les Rothschild et les Rockefeller sont faites par des rabbins orthodoxes et des Juifs qui ont survécu aux camps de concentration nazis. Sont-ils aussi antisémites ? Mais, encore une fois, poser des questions raisonnables à ceux qui sont prévenus est inutile. Comme dans le conte de fées d’Ésope, le loup au sommet du ruisseau croit qu’il a le droit de ne pas laisser l’eau être polluée par l’agneau qui se trouve en aval.

Je peux imaginer que, pour un Cardinal qui a été Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, il n’est pas si facile de prendre position sur une question qui voit Bergoglio du côté opposé, en train de promouvoir les vaccins de Pfizer, de soutenir l’économie verte et le capitalisme inclusif avec les Rothschild et les Rockefeller. Mais je pense aussi que, si Son Éminence a eu l’honnêteté de dénoncer la conspiration anti-humaine du Nouvel Ordre Mondial et l’ingérence des milliardaires Gates et Soros dans le sort des nations, sur la base des preuves et du caractère consensuel de leurs déclarations, il pourra avec la même lucidité d’analyse reconnaître le caractère consensuel envers l’idéologie mondialiste chez le locataire de Sainte Marthe, qui ces jours-ci a béni un parc interreligieux en Argentine et approuvé la Fondation Fratelli tutti et sa « formation holistique » pour le dialogue avec les religions. Si l’ingérence de Soros et Gates dans le gouvernement des nations est évidente, la responsabilité de Bergoglio de donner dignité et légitimité aux complices du WEF et de l’ONU, à leurs plans et à ceux qui coopèrent avec eux est indéniable ; parce que l’œcuménisme, la divinisation de la Terre Mère, la dimension « amazonienne » de l’Église, la « voie synodale », le transhumanisme de la Fondation pour l’Intelligence Artificielle et toutes les innovations malheureuses de ce « pontificat » sont parfaitement cohérents avec ce cadre, y contribuent et poursuivent le même objectif, c’est-à-dire l’établissement de cette Religion de l’Humanité qui est un but nécessaire du Nouvel Ordre Mondial.

Si l’urgence sanitaire a causé des dégâts incalculables, elle a néanmoins le mérite d’avoir ouvert les yeux de tant d’aveugles, d’avoir guéri tant de sourds-muets, qui reviennent écouter et parler. Cette grâce doit être l’occasion pour nous tous de pouvoir évaluer avec un regard surnaturel ce qui se passe sous nos yeux, de voir en eux les principes inspirateurs et les buts non déclarés, de dénoncer les responsables et d’avertir les simples, qui attendent à juste titre de leurs Pasteurs qu’ils leur donnent des indications salutaires, et non qu’ils les poussent dans l’abîme. Et de comprendre à quel point les paroles du Seigneur sont vraies : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » (Jn 15, 5).

 + Carlo Maria Viganò, Archevêque,   16 décembre 2021

©Traduction de F.de Villasmundo relue et corrigée par Mgr Viganò  

Lire aussi :

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :