Un blog maçonnique nous apprend que la garde des Sceaux Nicole Belloubet était l’invitée centrale du Dîner annuel de la Grande Loge de France, le 26 janvier dernier, dans les sous-sols du siège de la GLDF, Rue Puteaux à Paris.

Lors d’un bref entretien avec François Koch, journaliste de L’Express, la ministre de la Justice demande au journaliste «Savez-vous si le Président de la République est franc-maçon ?», puis poursuit en souriant «Mais s’il l’était, le dirait-il ?», rappelant de la sorte qu’un franc-maçon peut nier l’être…

Le Grand Maître de la GLDF a ouvert les discours en s’adressant à la ministre : « La GLDF souhaite participer au débat public.» Et d’ajouter : «Madame la garde des Sceaux, nous sommes à votre disposition… Vous pouvez nous faire signe, c’est une incitation forte…»

Après le homard rôti aux épices d’Olivier Roellinger, c’est au tour de la ministre Nicole Belloubet de prendre la parole.

La garde des Sceaux a notamment voulu calmer les inquiétudes au sujet de l’utilisation de l’intelligence artificielle pour rendre des «décisions moyennes». «Jamais un algorithme ne pourra remplacer l’accueil physique du justiciable, la défense d’une victime par son avocat ou la décision que rend un juge », a déclaré Nicole Belloubet, sans véritablement convaincre.

Petite précision : la maîtresse de cérémonies de ce huitième dîner annuel de la GLDF était Christine Kelly, chroniqueuse sur C8 et CNews.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :