Communiqué des avocats de Viviane et Pierre Lambert  :

“Le docteur SANCHEZ du CHU de REIMS vient d’annoncer ce 10 mai 2019 à la famille de Vincent LAMBERT qu’il mettrait sa décision du 9 avril 2018 à exécution la semaine du 20 mai 2019, sans autre précision.

Dès cette annonce du docteur SANCHEZ, la famille a découvert la mise en place par le CHU de REIMS d’un plan vigipirate contre on ne sait quels terroristes.

Si cette décision était exécutée, Vincent LAMBERT mourrait en quelques jours, entouré probablement de forces de l’ordre en nombre, et le docteur SANCHEZ pourrait remettre à Viviane LAMBERT un fils mort pour la fête des mères le 26 mai prochain.

C’est au mépris des mesures provisoires ordonnées par l’ONU le 3 mai 2019 au profit de Vincent LAMBERT, handicapé, vulnérable et sans défense, que le docteur SANCHEZ a décidé qu’il mourrait dans le couloir de la mort dans lequel il est enfermé à clés depuis des années.

Les experts judiciaires désignés ont pourtant clairement affirmé que Vincent LAMBERT n’était pas en situation d’obstination déraisonnable. Il s’agit en fait de l’euthanasie d’une personne handicapée pour la seule raison qu’elle est handicapée.

Il n’y a aucune urgence médicale à arrêter l’alimentation et l’hydratation de Vincent LAMBERT et rien ne justifie une violation aussi éhontée du droit international et des mesures provisoires réclamées par l’ONU.

Comment la France peut-elle prétendre prendre la présidence du Conseil de l’Europe le 24 mai prochain quand elle viole aussi délibérément les traités qu’elle ratifie, qui plus est à la veille des élections européennes ? Quel message pour les Français et pour la communauté internationale !

Nous en appelons dès à présent au défenseur des droits, qui a été chargé par la France de veiller à l’application stricte de la Convention internationale des droits des personnes handicapées. 

Nous en appelons également au Président de la République qui est le garant de la parole donnée de la France pour que notre pays ne se déshonore pas.

Nous saisissons la justice pour que soit respecté le droit international au profit de Vincent LAMBERT.

Strasbourg et Paris, le 11 mai 2019

Jean PAILLOT Jérôme TRIOMPHE
Avocats des parents, frère et sœur de M. Vincent LAMBERT”

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Larroque says:

    Je lui ai écrit ,rappelant le sourire de Saint Maximilien , et la grimace d’Adolphe !

  2. Sancenay says:

    Honneurs soient rendus à Maître Paillot , Maître Triomphe et toute notre solidarité à la famille fidèle de Vincent .Nous espérons plus que jamais que leur combat acharné dont nous sommes solidaires depuis le début aboutisse à une victoire définitive pour le bien de Vincent et le bienfait de l’humanité toute entière.
    Nous n’en dirons pas autant à l’intention des deux évêques de Reims , Monseigneur de Moulins Beaufort et Monseigneur Feillet dont la si faible déclaration révèle clairement, que frappé du syndrôme de l’év^que Cauchon, ils se sont couchés devant les puissants qui ont permis l’avènement de la décision du Docteur Sanchez.
    Car , à l’instar des média” mainstream” le texte des deux évêques de Reims, qui somme toute n’engageque leurs très petites personnes au regard de l’enjeu et de la longue histoire de l’Eglise, malgré tout, éternelle, commence étrangement par entériner la décision du collectif médical qui garde Vincent captif , peut-on dire autrement, puisque celui-ci est maintenu par force dans leur service parfaitement inadapté à son handicap et contre la volonté de ses parents.Puisque Vincent devrait normalement se trouver dans un service spécialisé, à même de lui délivrer la rééducation que son état exige.

    Or c’est, de la part des prélats, non seulement faire fi de l ‘exhortation faite au gouvernement de la France par le Comité international des personnes handicapées auprès de l’Onu de respecter ses engagements et donc de sursoir à les décisions du Conseil d’Etat et de la CEDH , mais également faire fi des recours s’appuyant sur celles-ci tentés en ce moment même par Maître Triomphe et Maître Paillot.

    C’est à se demander si les deux évêques ont dûment étudié le dossier car il ne font nullement allusion à la Convention et au Protocole facultatif signé et,qui plus est, ratifié par la France le 18 février 2010 qui l’engage à respecter le droit- à vivre en l’occurrence- des personnes handicapées dont , quoiqu’en dise sans état d’âme Madame Buzyn Ministre revendiquée de la réduction et même de la suppression des soins ( et non pas des “traitements”) , Vincent fait partie, comme l’a clairement soutenu et démontré dernièrement Jean-Marie Le Méné, Président de la fondation Lejeune.
    Car malgré les circonvolutions qui accompagnent ensuite l’ étrange introduction des deux évêques et finissent -quand même!- par recommander de prier pour que” la société française ne glisse pas vers l’euthanasie”, doux euphémisme, ce texte ne dit pas clairement que Vincent sauf nouvel exploit de Maître Triomphe risque purement et simplement d’être, dès la semaine prochaine authentiquement euthanasié, certes sous le régime pardonnez-moi le simplisme – mais comment pourrait-on dire plus décemment – présenté comme plus “soft” de la version deux de la Loi Léonetti ( loi Clayes Léonetti) qui introduit le recours antalgique à la “sédation profonde”. Ce qui, sans le dire, permet d’accélérer la mort, en jouant simplement sur le dosage de la potion sédative.
    Et c’est ainsi que cette “avancée ” comme on dit dans la langue de bois “initiée”, précipite encore davantage que sous la Loi Léonetti de 2005 ( environ 6000 cas d’euthanasie si peu masquée tout de même recensés en France selon le candidat Hollande à la dernière présidentielle ! ) la médecine française dans la pratique courante de l’euthanasie puisque, disent ses thuriféraires, au gré, en outre , d’une parfaite tromperie sémantique ( l’assimilation des soins que sont l’hydratation et l’alimentation à des “traitements ” ) la voici “humanisée” !
    Volens nolens, ce texte des deux évêques est si imprécis et si conciliant dans sa formulation va nécessairement passer pour une caution de la mise en application de la Loi Clayes-Léonetti contre laquelle la CEF n’ a jamais voulu mener le combat qui s’imposait à car cette loi ne constitue rien d’autre que la porte désormais grandement ouverte ,à la généralisation de l’euthanasie, par une très longue propagande médiatique exclusive de toute contestation démocratique.
    On comprend mal enfin pourquoi aux yeux de la plupart des évêques français , et en tout état de cause de la CEF, la vie des migrants, fussent indifféremment ceux-ci , comme , hélas, ce peut être le cas, d’authentiques conquérants hostiles à la chrétienté , ait donc décidément plus de valeur que celle de nos grands handicapés , tout comme hélas encore, pour beaucoup trop , de nos enfants à naître.
    Décidément,dans notre Eglise dite “de France” , il n’y a pas que nos églises et nos cathédrales qui se trouvent en état de péril mortel ! C’est consternant et c’est insultant pour nos Saints et nos martyrs si nombreux qui ont fécondé de leur sang le sol de notre Patrie, et de leur âme, son Ciel.
    Puissent-ils nous venir en aide pour la restaurer et la rétablir dans sa vocation, aujourd’hui totalement subvertie, de protectrice de l’humanité et de lumière des nations.

  3. Sancenay says:

    Alors que le docteur SANCHEZ a annoncé l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert à partir du 20 mai, Viviane Lambert sera devant l’hôpital de Reims ce dimanche 19 mai pour supplier de laisser en vie son fils
    Message reçu de Viviane Lambert :

    Chers amis,

    Dans ces moments dramatiques, je suis très touchée par tous vos messages de soutien pour mon fils Vincent.

    Vous êtes nombreux à me demander « Qu’est-ce qu’on peut faire » ?

    Ce dimanche 19 mai , je serai dès 15h devant l’hôpital de Reims, pour les supplier de continuer à hydrater et nourrir Vincent. En France, en 2019, personne ne devrait mourir de faim et de soif. Si vous le souhaitez, vous pouvez m’accompagner.

    CHU de Reims – Hôpital Sébastopol

    48 Rue de Sébastopol
    03 26 78 78 78

    Il faut garder espoir jusqu’au bout et expliquer à tout le monde que Vincent n’est pas en fin vie, il est handicapé ! Rien n’est perdu, le comité des personnes handicapées de l’ONU a demandé à la France de continuer à hydrater et alimenter Vincent. Il faut que la France respecte la convention qu’elle a signée, elle doit le faire pour Vincent mais aussi pour tous les autres handicapés.

    Encore merci à tous, du fond de mon cœur de maman.

    Viviane Lambert, maman de Vincent Lambert.

    Plus que jamais, restons mobilisés pour Vincent !

    Transférez ce message et faites signer l’appel :

    http://www.jesoutiensvincent.com

  4. Sanceany says:

    Dans son discours des Invalides, le Président Macron la annoncé que “la France n’abandonne jamais ses enfants”.
    Le cas de Vincent Lambert lui offre l’occasion de prouver qu’il peut parfois ne pas mentir aux français. Eh bien qu’il aille donc libérer Vincent Lambert retenu en otage au CHU de Reims pour servir de cobaye à l’application de la funeste loi Clayes-Léonetti, loi conçue par ses diaboliques auteurs pour généraliser l’euthanasie.