Dans un article de blog sur son site Web, le Fonds monétaire international (FMI) a proposé un système de notation du crédit social similaire à celui déjà utilisé par la Chine communiste et qui déterminerait l’éligibilité au crédit des gens en fonction de l’historique d’Internet. Ce qui fait notamment craindre qu’un tel système puisse être retourné contre quiconque s’oppose à la volonté des dirigeants financiers et mondialistes.

Le billet de blog en question, intitulé « Quoi de neuf dans la Fintech », est apparu sur le site Internet du FMI en décembre 2020 et a été rédigé par quatre hommes : Arnoud Boot, professeur de finance à l’Université d’Amsterdam; Peter Hoffmann et Luc Laeven, tous deux économistes à la Banque centrale européenne; et Lev Ratnovski, économiste au FMI mais actuellement à la Banque centrale européenne.

Leur sujet est de savoir comment les nouvelles innovations changeraient le visage de la finance, ainsi que les «défis» que ces développements apporteraient, en particulier en ce qui concerne le défi croissant de la banque traditionnelle, qui est posé par la montée en puissance de Big Tech.

En réponse à ce problème, les signataires proposent un système de crédit social lié à l’activités en ligne. Ils proposent d’utiliser de «nouveaux outils pour collecter et analyser des données sur les clients, par exemple pour déterminer la solvabilité».

Dans une section intitulée «Nouveaux types d’informations», les auteurs ont révélé avec désinvolture comment les activités en ligne pourraient être – et sont apparemment déjà – utilisées pour déterminer un pointage de crédit social. «L’innovation informationnelle la plus transformatrice est l’augmentation de l’utilisation de nouveaux types de données provenant de l’empreinte numérique des diverses activités en ligne des clients, principalement pour l’analyse de solvabilité

L’article poursuit : «L’évaluation du crédit à l’aide d’informations dites concrètes (revenus, temps d’emploi, actifs et dettes) n’a rien de nouveau.» Mais les auteurs ont ensuite relevé deux problèmes : premièrement, il était difficile d’obtenir des données précises et, deuxièmement, certaines personnes pourraient ne pas disposer de suffisamment de «données concrètes».

Afin de faire face à ces problèmes, le blog du FMI a proposé «d’exploiter diverses données non financières». Cela inclurait «le type de navigateur et de matériel utilisé pour accéder à Internet, l’historique des recherches et des achats en ligne». Un tel suivi numérique pourrait rendre des résultats plus fiables dans la détermination du crédit, selon l’article.

Dans l’article que les quatre chercheurs ont rédigé, ils ont déclaré que «la combinaison des cotes de crédit et de l’empreinte numérique améliore encore les prévisions de défaut de paiement». Leur proposition était basée sur des «scoring et titrisation de crédit» antérieurs, ont fait valoir les auteurs, ajoutant que le «nouveau développement clé est l’abondance de données non financières, y compris des empreintes numériques, qui peuvent être utilisées dans la fourniture de services financiers. “

Le message promu sous la bannière du FMI n’est en aucun cas sans importance. En utilisant l ‘«empreinte numérique», c’est-à-dire l’historique en ligne d’un individu, comme moyen d’ «analyse de solvabilité», le FMI propose essentiellement un schéma qui est appelé à être manipulé au gré de celui qui contrôle. Le billet de blog a fait valoir que l’historique d’Internet pourrait être utilisé pour améliorer l’évaluation précise de la «solvabilité», mais ce qui ne serait pas dit était ce qui arriverait à toute personne jugée insuffisante pour se qualifier.

Origines totalitaires

Le plan du FMI semble être tiré directement des politiques du Parti communiste chinois (PCC). Au cours des dernières années, la Chine a développé et mis en œuvre un système de crédit social, dans lequel les citoyens chinois reçoivent certaines autorisations (ou non) dans la société en fonction de leur pointage de crédit social. Tous les éléments de la vie sont tirés de la tabulation du score, qu’il s’agisse de documents officiels ou gouvernementaux, de documentation sur un comportement illégal ou même de rapports déposés par des voisins.

Steven Mosher, fondateur du Population Research Institute, a décrit le système en 2019. Mosher a brossé un tableau dans lequel les aspects normaux et essentiels de la vie quotidienne dépendaient du score de chacun dans le système : «Un faible score de crédit social vous exclura des emplois bien rémunérés, vous empêchera d’obtenir une maison ou un prêt automobile ou même de réserver une chambre d’hôtel. Le gouvernement ralentira votre connexion Internet, interdira à vos enfants de fréquenter les écoles privées et publiera même votre profil sur une liste noire publique à la vue de tous. »

Mosher a décrit le «laolai», un phénomène inimaginable dans les pays occidentaux. Les Laolai sont des gens qui atterrissent au fond du système de caste. L’application de médias sociaux WeChat héberge une carte produite par le gouvernement qui localise tous les laolai dans les environs.

Les citoyens chinois peuvent gagner des points en dénonçant quiconque, selon eux, enfreint la loi ou encourage une culture de méfiance et de peur. Mosher a mentionné comment certaines personnes sont même arrêtées en raison d’un faible pointage de crédit, «non parce qu’elles ont effectivement commis un crime, mais parce qu’elles sont susceptibles de le faire.»

Le système chinois de crédit social évoque l’épisode fictif du Black Mirror «Nosedive», dans lequel une jeune femme essaie de manière obsessionnelle d’augmenter sa cote de crédit social afin de pouvoir accéder aux options de logement d’élite et d’être plus populaire.

Quel est le poids de la proposition du FMI ?

À première vue, le post et le document de recherche du FMI peuvent sembler beaucoup moins insidieux que le système chinois. Cependant, l’importance de la proposition ne doit pas être ignorée, précisément à cause de qui la fait. Le FMI compte 190 pays membres et son objectif est d’assurer la «stabilité du système monétaire international», ainsi que toutes les «questions macroéconomiques et financières» liées à la stabilité mondiale.

Son organisation partenaire, la Banque mondiale, est également composée de 189 pays membres. Ensemble, les deux groupes supervisent et structurent de larges pans de l’économie mondiale.

En outre, deux des auteurs de l’article de blog, Laeven et Ratnovski, sont répertoriés comme «contributeurs à l’agenda» sur le site du Forum économique mondial (WEF). Le WEF, fondé par le mondialiste Klaus Schwab, a pour «ordre du jour» une « grande réinitialisation» de l’économie, de la finance et des affaires mondiales, qui doit être réalisée par l’entremise du COVID-19.

L’initiative anti-liberté et anti-chrétienne du Great Reset de Schwab appelle à «de nouvelles bases pour nos systèmes économiques et sociaux», ainsi qu’à «un nouveau contrat social qui honore la dignité de chaque être humain». Une vision de l’avenir qu’on nous prévoit après la Grande Réinitialisation est l’article très médiatisé postulant un monde dans lequel la propriété privée est inexistante et où tous les produits sont devenus des services offerts au gré du gouvernement.

Qu’est-ce qui pourrait être considéré comme solvable?

Ce que le blog du FMI n’a pas dit, c’est ce qui pourrait servir de base pour déterminer la possibilité d’une «solvabilité». Cependant, un examen des propres objectifs du FMI éclaire la question. Parmi ses priorités clés figurent le «changement climatique» et les objectifs de développement durable (ODD) pro-avortement des Nations Unies.

Il en va de même pour la Banque mondiale et le WEF , qui font tous deux la promotion de programmes soutenus par un engagement en faveur d’une croissance financière durable et de politiques vertes radicales.

L’engagement envers l’agenda vert et les ODD est un élément clé de la grande réinitialisation et pourrait bien déterminer si l’on a accès au financement ou non à l’avenir. En fait, Schwab lui-même a proposé un exemple de la façon dont une centrale électrique au charbon pourrait être paralysée par des investisseurs gelant son capital en représailles pour non-respect des politiques vertes.

Au cours des dernières années, le Réseau des banques centrales et des superviseurs pour l’écologisation du système financier (NGFS) a également été créé, dans le but de changer fondamentalement la finance mondiale conformément aux politiques vertes. Comme le FMI et la Banque mondiale, la compétence financière du NGFS est vaste – ses membres supervisent «toutes les banques d’importance systémique mondiale et les deux tiers des assureurs d’importance systémique mondiale». Le FMI et la Banque mondiale sont des observateurs officiels au sein du NGFS.

L’adhésion aux vaccins comme critère de solvabilité ?

Un autre aspect important doit être pris en compte par rapport à ce qui pourrait qualifier une personne de «solvabilité»; à savoir, l’adhésion au programme mondial de vaccination contre le COVID-19.

Le FMI a exprimé très clairement son propre engagement en faveur du déploiement des vaccins. Donc, aussi la Banque Mondiale. Schwab a également récemment déclaré que «personne ne sera en sécurité» tant que «tout le monde» ne sera pas vacciné contre le virus. Il faisait à son tour écho au promoteur milliardaire du vaccin Bill Gates, qui a prononcé une déclaration similaire en avril 2020, quelques semaines à peine après le début de la «pandémie».

En bref, les principaux organes directeurs financiers mondiaux, ainsi que les principaux orchestrateurs de l’agenda mondialiste, Schwab et Gates, poussent fortement à la vaccination généralisée voire obligatoire contre le COVID-19 comme condition préalable à tout accès à ce qui était jusqu’à récemment considéré comme une vie normale.

Avec une telle promotion exécutive du programme de vaccination, une corrélation entre la vaccination et la «solvabilité» est très facile à prévoir, surtout quand Israël applique déjà un «apartheid médical», interdisant aux citoyens le retour à la vie quotidienne normale s’ils n’ont pas été vaccinés.

Les noms et les informations personnelles de ceux qui ont refusé le vaccin sont également collectés afin d’être remis aux responsables de tout le pays, qui prendront des mesures pour «encourager» la vaccination. Une telle situation n’est pas trop différente des descriptions des laolai en Chine.

Des systèmes secrets de suivi Internet et de pointage de crédit sont déjà mis en œuvre

En fait, alors que le FMI préconise la politique d’établissement de la «solvabilité», la pratique existe déjà, quoique sous d’autres formes, les banques agissant pour empêcher l’accès aux fonds de ceux qu’il juge non dignes d’y accéder.

La Banque HSBC a récemment annoncé son intention d’annuler le compte de tout client entrant dans la banque sans masque facial.

Aux Etats-Unis, de nombreuses autres annulations financières ont eu lieu, visant ceux qui s’opposent aux verrouillages COVID, les partisans de l’ancien président Donald Trump et même Trump lui-même. En France, de nombreux mouvements de la dissidence ont été frappés par des fermetures de leur comptes bancaires et ont bien des difficultés à trouver des banques de remplacement qui offrent un service complet.

Bank of America a fouillé les dossiers de ses clients afin d’aider les procureurs fédéraux à identifier les personnes qui ont pris part au rassemblement du 6 janvier devant et à l’intérieur du Capitole. Une fois de plus, la similitude avec le traitement des laolai chinois n’est pas difficile à discerner.

Et le Royaume-Uni a déjà expérimenté une technologie de surveillance qui pourrait enregistrer l’histoire d’Internet de tout le monde dans le pays.

Wired a récemment rapporté que les tests sont secrètement effectués par deux fournisseurs d’accès Internet en collaboration avec le Ministère de l’ Intérieur et l’Agence nationale du crime, qui enregistrent le « qui, quoi, où, quand et pourquoi de votre vie numérique » , et peut enregistrer ces informations jusqu’à 12 mois. Le procédé est autorisé en raison du controversé Investigatory Powers Act 2016, un acte qui a été surnommé par l’ancien lanceur d’alerte de la CIA Edward Snowden, comme «la surveillance la plus extrême de l’histoire de la démocratie occidentale».

Si les tests s’avéraient acceptables pour le ministère brutannique de l’Intérieur, le système pourrait être déployé dans tout le pays, ce qui signifie que la nation tout entière serait soumise à un examen complet chaque fois qu’elle utiliserait un téléphone ou un ordinateur.

Ce n’est pas non plus la seule façon dont le Royaume-Uni met discrètement en place le plan du FMI. Le gouvernement propose actuellement un réseau d’identification numérique, qui prouverait son identité dans n’importe quelle situation, comme l’ouverture d’un compte en banque, l’achat d’une maison ou la souscription d’un prêt. L’identité pourrait également fournir des antécédents et des preuves du statut vaccinal d’une personne.

Si une personne est réputée avoir agi illégalement ou enfreint d’une manière ou d’une autre les conditions d’utilisation, alors l’organisme gouvernemental non encore identifié supervisant le projet pourrait simplement résilier le compte d’identité, rendant la personne incapable d’accéder à la vie normale sans une telle pièce d’identité. Une fois de plus, les comparaisons avec les laolai chinois ne sont pas difficiles à cerner, le journaliste anglais James Delingpole avertissant que le projet «conduirait, inévitablement, à un crédit social de type PCC».

Il est donc clair que la censure financière actuelle et l’appel du FMI en faveur d’un système de solvabilité basé sur ses activités Internet doivent être considérés parallèlement à l’énorme poussée du FMI, de la Banque mondiale, du WEF et de mondialistes influents tels que Schwab et Gates, pour le respect des agendas verts et de vaccination.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

Mots clefs
1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !

%d blogueurs aiment cette page :