Cinq personnes, dont un général ancien patron de la légion étrangère, passeront en comparution immédiate lundi au tribunal de Boulogne-sur-Mer, après leur interpellation samedi à Calais lors d’un rassemblement hostile aux migrants, indique une source judiciaire dimanche.

Le général Christian Piquemal est désigné par la « Justice » comme ayant eu « le rôle principal » dans cette manifestation interdite, il sera poursuivi pour « participation à un attroupement qui ne s’est pas dissout après sommation » et les quatre autres personnes pour « port illégal d’armes ». Ils risquent une peine allant jusqu’à un an de prison ferme.

« On sait bien que la manifestation a été interdite et que l’autorité de l’Etat a été défiée. Le général, il n’est pas venu à Calais pour faire de la figuration », a affirmé à l’AFP le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi.

Les quatre autres individus avaient été contrôlés en amont de la manifestation et portaient sur elles « des armes dangereuses » de type taser, poing américain et cutter. « Ceux là, même s’ils n’ont pas participé à la manifestation, puisqu’ils ont été contrôlés avant, ils étaient là pour en découdre: on ne vient pas à une manifestation interdite avec des armes si on n’a pas l’intention d’en découdre », a expliqué cette même source. (Source Le Figaro)

Ces comparutions immédiates se dérouleront lundi « dans l’après-midi », selon le procureur.

Une vidéo diffusée par RT France prend en délit d’intervention une policière municipale

Le Syndicat de Défense des Policiers Municipaux (SDPM) a saisi la justice après la publication par Russia Today France d’une vidéo montrant  l’arrestation du général Piquemal à Calais. 

 le SDPM a aperçu à la 20ème seconde de la vidéo  «un agent équipé de matériels de maintien de l’ordre, en uniforme réglementaire d’agent de Police Municipale, alors qu’un mouvement de foule est visible», précise le communiqué publié sur le site du syndicat.

Voici la teneur de l’article:

 

Cependant, comme le rappelle le SDPM, la loi interdit d’affecter des agents de la police municipale à des missions de maintien de l’ordre, qui relèvent de l’autorité préfectorale et sont déployées lors d’événements de grande ampleur présentant un risque de dégénérer. Ces agents ne participent normalement qu’aux opérations de «surveillance du bon ordre», un dispositif applicable aux grands rassemblements pacifiques tels que marchés, foires etc.

 

«Estimant que les Policiers Municipaux, ne doivent pas participer à ce type de dispositif auxquels ils ne sont pas formés, le SDPM décide de saisir la Justice. La mairie de Calais devra s’expliquer sur cette affaire», a annoncé le syndicat, qui a saisi également le Défenseur des droits.

«Si les faits sont établis, ceci constitue une mise en danger des agents de Police Municipale que le Syndicat condamne très fermement», conclut le document.

Les faits en question ont eu lieu le 6 février à Calais, lors d’une manifestation du mouvement d’extrême-droite Pegida contre l’immigration, qui a été maintenue par les organisateurs malgré une interdiction du ministère de l’Intérieur. Lors de ce rassemblement qui se déroulait sous haute sécurité, une vingtaine de personnes ont été interpellés par la police, dont le général Piquemal, ancien commandant de la légion étrangère. Cette arrestation a suscité une tempête de réaction sur les réseaux sociaux, une grande partie des internautes l’ayant fermement condamné.

Source: Russia Today

Ainsi on reproche à Robert Ménard sa police municipale armée, mais à Calais, on fait participer des policiers municipaux à l’arrestation d’un général de corps d’armée qui s’est honoré au service de la France … Le Syndicat de la police municipale précise  que « les Policiers Municipaux, ne doivent pas participer à ce type de dispositif auquel ils ne sont pas formés. » 


Le moment de l’arrestation du général Piquemal… par RTFrance

Emilie Defresne

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :