Ce n’est pas une question de sanctionner l’économie américaine mais des membres du gouvernement russe ont récemment échangé leurs Ipad contre des tablettes sud-coréennes de la marque Samsung pour réduire les risques d’espionnage (ndlr: faut-il comprendre américain ?) selon l’explication du ministre des Télécommunications Nikolaï Nikiforov. Pour lui:“les tablettes sont des équipements spécialement protégés, que l’on peut utiliser pour travailler sur des informations confidentielles.” Une partie des informations échangées au cours des conseils des ministres «ont un caractère confidentiel et ces appareils Samsung correspondent entièrement à ces exigences».

Il n’est pas du tout question  de sanctionner les entreprises américaines de haute technologie, ni de limiter l’achat de produits américains en ce domaine, mais le ministre demandera à son administration de faire très attention au choix de ses partenaires pour les commandes publique. Les révélations de l’affaire Snowden ne sont pas là pour rassurer. Face à l’évocation d’un toujours plus grand nombre de données collectées et interceptées par les Américains, les Russes sont inquiets et comptent bien se prémunir.

Des tablettes de conception russe ont également été envisagées précédemment pour le ministère de la Défense russe.Ces tablettes, présentées aux médias en 2012, devaient fonctionner sur le système d’exploitation russe Romos basé sur Android, c’est-à-dire ne dépendant pas de Google, soupçonné de collaborer avec les services de renseignements américains. Pour l’instant, ce n’est plus à l’ordre du jour et en attendant les Russes sont prudents.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER “Les vaccins en question”, ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :