Xavier Moreau est le directeur du site d’analyse politico-stratégique Stratpol. Ancien élève de Saint-Cyr, Xavier Moreau est installé à Moscou depuis 21 ans et y délivre des conseils géopolitiques. Il vient de publier Le livre noir de la gauche française.

Découpé en dix chapitres thématiques, cet ouvrage vient rappeler à notre mémoire tous les cadavres qui reposent dans les placards de la gauche française.

De façon inattendue, le premier chapitre fait état de l’influence protestante qui anime la gauche française. « Robespierre décapite avec la même certitude de bien faire qu’Emmanuel Macron éborgne le peuple qui l’a plus ou moins élu. Cette certitude d’être missionnée par une force supérieure qui autorise un comportement par-delà bien et mal jusqu’au mépris des bases du code civil, la gauche française l’a puisée probablement dans la réforme protestante et le messianisme gaucho-républicain de la Révolution. Ces aberrations théologico-philosophiques aboutiront au totalitarisme démocratique dans lequel nous vivons aujourd’hui. La gauche française croit avoir reçu depuis toute éternité une grâce qui lui autoriserait tous les moyens, y compris les pires, pour accomplir sa mission progressiste – mission qui se traduit aujourd’hui, entre autres articles délirants, par le QR code policier et la possibilité de changer de sexe. » Voilà qui est bien vu. Et Xavier Moreau s’essaie à montrer comment Luther et Calvin ont ouvert la voie à Vincent Peillon et sa « foi laïque« .

Dans le deuxième chapitre, l’auteur s’amuse à montrer les contradictions flagrantes entre les « valeurs » que la gauche française prétend incarner et imposer et ses référents qu’elle place à son Panthéon. A titre d’exemple, Xavier Moreau rappelle que « Bien que considéré comme le père de la tolérance, Voltaire fut raciste, antisémite, misogyne, trafiquant d’esclaves et méprisait le peuple français« .

Au chapitre suivant, Xavier Moreau souligne comment la répression extrêmement violente des Gilets Jaunes sur ordre d’autorités politiques issues de la gauche française s’inscrit dans l’héritage de la façon dont la gauche bourgeoise française des XIXème et XXème siècles a fréquemment fait appel à la troupe contre les ouvriers et les paysans. L’auteur cite entre autres exemples comment Clémenceau, en 1907, fit réprimer par l’armée la révolte des vignerons du Languedoc, envoyant 22 régiments d’infanterie et 12 régiments de cavalerie écraser les revendications des populations du Midi.

Bien entendu, ce livre ne manque pas de mettre en lumière le projet éducatif totalitaire de la gauche française. Le 13 juillet 1793, Robespierre soumet à la Convention ce projet éducatif préparé par un certain Louis-Michel Le Peletier dont le fanatisme se donne à lire dès le préambule : « D’abord, je remarque avec peine que jusqu’à six ans l’enfant échappe à la vigilance du législateur, et que cette portion importante de la vie reste abandonnée aux préjugés subsistants et à la merci des vieilles erreurs. » Or, n’est-ce pas Emmanuel Macron qui réalisera ce projet le 28 juillet 2019 en rendant la scolarisation des enfants obligatoire dès l’âge de trois ans ?

Enfin sautons les chapitres suivants pour souligner l’intérêt particulier du dixième et dernier chapitre qui pointe du doigt les liens entre la gauche française et la pédophilie.

Bref, un ouvrage à ajouter sans tarder à votre bibliothèque !

Le livre noir de la gauche française, Xavier Moreau, éditions Stratpol, 178 pages, 20 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :