A Paris, le mercredi 1er mai 2019, la manifestation qui mêle Gilets jaunes, black blocs et syndicalistes (CGT) bat son plein. À 16h, des remous ont lieu devant l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière situé près de la place d’Italie dans le XIIIe arrondissement. Ensuite, c’est la confusion. Castaner en profite… un temps.

Le ministre de l’Intérieur intervient devant les caméras, déclarant : « Des gens ont attaqué un hôpital. »
L’ancien ministre Martin Hirsch embraye : « Ce sont des gens qui ne savent pas ce que est le respect dû à un établissement où on soigne. »
Castaner en rajoute une couche : « Des infirmières ont dû préserver le service de réanimation. »
De quoi faire penser à l’opinion publique que des manifestants (Gilets jaunes) ont failli tuer des malades.


Aussitôt débunké, le mensonge de Castaner devient un mensonge d’État, autrement dit une fake news qui ne doit pas rester impunie, qu’on pense seulement à tous les discours de nos dirigeants contre cette « peste ». Même la presse du système se voit contrainte de pointer du doigt le ministre dont beaucoup réclament désormais la démission.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires