Le Mouvement des Jeunes pour la France se prononce sur l’affaire Vincent Lambert ; le Président du mouvement, Pierre Meurin, dénonce la décision du Conseil d’Etat dans son communiqué daté du 24 juin 2014.

Paris, le 24 juin 2014

Affaire Vincent Lambert – l’assassinat juridictionnel provisoirement repoussé

L’arrêt du Conseil d’Etat vient providentiellement d’être suspendu par la Cour Européenne des droits de l’homme. Le temps d’une décision, cette dernière a fait honneur à l’idée même de justice. Nous espérons que l’état de Vincent s’améliorera au cours de ce sursis qui lui est miraculeusement accordé. Cependant, notre analyse s’agissant de la première décision prise cet après-midi reste inchangée.

Cela pourrait être le titre d’un roman dramatique, tant l’arrêt rendu par l’assemblée du contentieux du Conseil d’Etat est surréaliste. En effet, l’un des trois pouvoirs constitués, parlant « au nom du peuple français », vient purement et simplement d’autoriser l’arrêt de l’alimentation d’un jeune homme de 38 ans – autrement dit le laisser mourir de faim – alors que sa situation médicale imposait des soins tout particuliers.

Notre pays est atteint d’une grave maladie qui s’appelle le « déclin », et dont l’un des symptômes est le « fatalisme chronique ». Le Conseil d’Etat se fonde sur une expertise médicale ayant conclu à « une dégradation de l’état de conscience de M. Lambert, correspondant désormais à un état végétatif, au caractère irréversible ». La désespérance transpire de cette décision de justice. Comment les médecins, dont le métier est de soigner et d’améliorer l’état des patients, peuvent-ils ainsi renoncer à leur mission fondamentale consistant à préserver la vie humaine quelle que soit la gravité d’un cas ?

Sous couvert de « dignité humaine », le Conseil d’Etat s’engage à son tour dans le militantisme en faveur de la culture de mort, par laquelle les plus faibles sont éliminés par « les bien-portants et les tout-puissants », selon les mots de Maître Triomphe. Les Jeunes Pour la France rappellent que l’un des éléments symptomatiques de l’idéologie eugéniste est l’élimination des plus faibles, jugés inutiles pour la société. Nous sommes au regret de devoir citer Adolph Hitler, qui disait : « Il faut anéantir avec une décision brutale les rejetons non améliorables (…) ». La prétendue « expertise médicale » a conclu au caractère non améliorable de l’état de Vincent Lambert, le Conseil d’Etat a fait son travail mortifère : prononcer la décision brutale.

Les Jeunes Pour la France s’interrogent : de quel droit le Conseil d’Etat parle-t-il « au nom du peuple français » pour prononcer l’élimination d’un innocent ? A l’évidence, le droit est devenu une imposture ayant pris le chemin inverse de celui de la justice.

Pierre Meurin
Président des Jeunes Pour la France

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :