L’hebdomadaire Le Canard enchaîné révèle que l’Elysée a passé commande d’une nouvelle vaisselle pour un montant astronomique. Est-ce un nouveau caprice de Brigitte Macron qui s’est aussi mise en tête de changer de nombreux éléments de décoration du palais de l’Elysée ? Très probablement.

La commande passée à la manufacture de Sèvres est de « 900 assiettes de présentation et 300 assiettes à pain, soit 1.200 pièces (…), correspondant à l’idée du changement portée par la présidence« . Il a bon dos, le changement…

Et combien cela va-t-il coûter ? L’Elysée a tenté de masquer l’ampleur de la dépense en évoquant la modique somme de 50.000 euros lors d’une interview au JDD. Mais le porte-parole de l’établissement public de Sèvres a reconnu que le montant de 50.000 euros couvre simplement la rétribution des « 30 artistes et designers » qui ont participé au concours lancé en décembre dernier et dont Brigitte Macron a personnellement désigné le gagnant, un certain Evariste Richer.

Son service « Bleu Elysée » devrait, selon Le Canard enchaîné, « atteindre, voire dépasser, le demi-million d’euros« , au vu des tarifs courants affichés par la manufacture. Soit 400 euros pièce pour les assiettes les plus simples et « à partir de 500 euros » pour les modèles contemporains.

La facture sera prélevée sur le budget prévu « pour l’aménagement et l’office des résidences présidentielles.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

11 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :