sacre_lefebvre_fsspxLa reconnaissance « unilatérale » de la FSSPX par le pape, annoncée par Mgr de Galarreta et  facilitée par la « sourdine » mise par cette institution vis-à-vis des autorités vaticanes, ne va pas ne pas poser de problème à ses fidèles et à ses prêtres….

Mgr de Galarreta analyse comme effet positif l’immense champ d’apostolat qui s’ouvrira alors à lui. Mais l’épiscopat français et en général le clergé aurait bien tort de ne pas en faire autant vis à vis des fidèles de la FSSPX : il y a quelques années, en Corse, le prieur de la Fraternité Saint-Pie X s’était fait exclure pour avoir accueilli l’évêque du lieu qui s’était proposé de venir conférer le sacrement de confirmation dans le rite traditionnel aux jeunes paroissiens du prieuré dont il avait la responsabilité… Une fois la reconnaissance « unilatérale » faite, une telle sanction pourra-t-elle frapper une semblable attitude ?

Ceci sera d’autant plus compliqué, que la FSSPX reconnue sera soumise à la même procédure d’appel des sanctions que n’importe quelle autre congrégation. En admettant donc que la même cause produise les mêmes effets, il serait bien étonnant qu’un tribunal de la rote la confirme.

Ainsi donc seront ouverts les champs jusque là bien gardés de fidèles qui pourront se voir prêcher la bonne parole du concile Vatican II, un peu comme leurs pères se virent prêcher l’avant et l’après concile avant qu’ils ne réagissent et n’aident Mgr Lefebvre à élever la muraille de la citadelle –jusque là inexpugnable – de la FSSPX.

II y a un peu moins de trente ans, Mgr Lefebvre se sentant vieillir, sacrait quatre évêques. La même situation se reproduira d’ici vingt ans. Reconnue « unilatéralement », la FSSPX devra nécessairement passer par Rome pour sacrer. Ce qui ne manquera pas de poser les mêmes problèmes qu’en 1988 : le ou les candidats devront être agréés et adoubés par Rome. Il sera intéressant d’analyser alors les profils retenus. A moins qu’à cette occasion, un ou des évêques plus traditionnel venant d’instituts comme ceux  de la Fraternité Saint Pierre soient estimés parfaitement capables d’assurer leur ministère aussi bien dans leur prieuré que dans ceux de la FSSPX.

Par prudence, Mgr de Galarreta estime qu’un accord n’est pas souhaitable car d’une manière ou d’une autre, Rome « veut nous faire accepter Vatican II ». Reste donc pour le Vatican,  la carte de la reconnaissance « unilatérale », si peu unilatérale qu’elle s’est troquée par un silence dont à Rome même on se réjouit.

Comment en effet ne pas reconnaître un acte légal émanant d’une autorité légale ?

Un nouvel acte abusivement qualifié d’illégal comme un sacre immédiat des successeurs des évêques de 1988 refroidirait sans doute pour un moment la naissance de l’acte légal et même son intérêt pour l’autorité tentée de l’émettre. C’est aussi pour régler ce piège que Mgr Lefebvre avait procédé aux sacres en 1988, mettant fin au chantage canonique romain et donnant à la FSSPX les moyens essentiels de continuer son apostolat.

Henri Durosier

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

36 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :