Aujourd’hui, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé un concours international d’architectes pour reconstruire la flèche de Notre-Dame de Paris.

L’incendie de Notre-Dame a montré l’attachement du peuple français pour leur cathédrale.

L’architecte devra « trancher la question de savoir s’il faut reconstruire une flèche, s’il faut la reconstruire dans les mêmes conditions, à l’identique » de celle imaginée par Eugène Viollet-le-Duc au 19e siècle, « ou s’il faut (…) se doter d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et enjeux de notre époque ».

Les techniques de notre époque peuvent nous permettre de construire plus rapidement et peut-être même de meilleure qualité la future flèche de Notre-Dame. Mais à quoi pense le Premier ministre en précisant des « enjeux de notre époque » ? Nous souhaiterons rappeler que Notre-Dame de Paris n’est pas un musée, mais un lieu de culte catholique, où des messes sont célébrées tous les jours. Ainsi la future architecture doit respecter l’esprit de Notre-Dame et des catholiques.

Et comme le précise Mgr Aupetit, Notre-Dame de Paris n’est pas un musée et le Président de la République n’a pas évoqué les catholiques dans son discours d’hier soir.

 » Ça aurait été sympathique qu’il y ait un petit mot de compassion pour la communauté catholique, car c’est quand même les catholiques qui font vivre la cathédrale Notre-Dame, qui n’est pas un musée ! »

On peut s’interroger sur le goût des architectes depuis plusieurs décennies. De plus, la rapidité semble être le critère de sélection numéro 1 d’Emmanuel Macron et d’Anne Hidalgo afin que la cathédrale soit totalement reconstruite avant les JO de 2024… Or, Notre-Dame de Paris n’est pas une structure olympique, mais une cathédrale millénaire et intémporelle !

La flèche a été conçue au 19e siècle et elle culminait à 93 mètres. Elle était faite de 500 tonnes de chêne et de 250 tonnes de plomb. C’était une construction très complexe, imaginée et imposée par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc à la fin des années 1860.

Elle avait résisté aux événements à toutes les guerres et tempêtes. Elle cachait également un trésor inestimable : trois reliques saintes dont un fragment de la couronne du Christ qui, pour les catholiques, protégeaient spirituellement l’ensemble de la cathédrale.

Source : CitizenGo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

11 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :