Nos campagnes se meurent, se vident, s’enterrent. On le dit, on l’entend : les commerces ferment, les services publics se raréfient, de nombreux jeunes s’en vont. Le mouvement des Gilets Jaunes a d’ailleurs illustré parfaitement la lucidité des habitants de cette France rurale abandonnée.

Tout n’est pourtant pas perdu. D’abord, parce que la campagne, malgré ses difficultés, conserve un fort pouvoir d’attraction. Et que le Covid, ses confinements et ses restrictions de libertés ont convaincu d’autant plus d’urbains de quitter la ville.

Anthony Cortes, journaliste, est parti à la rencontre de cette France rurale. Et il en est convaincu : celle-ci a un fort potentiel économique et pourrait bien connaître prochainement un repeuplement et un développement nouveau par opposition aux modes de vie urbains.

Et si le temps de la suprématie des villes était compté ?

Le réveil de la France oubliée, Anthony Cortes, éditions du Rocher, 165 pages, 14,90 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :