Kayla Carrillo avait 12 ans lorsqu’elle a reçu le vaccin Gardasil contre le VPH le 17 août 2012. Fille heureuse, talentueuse et physiquement sportive, Kayla aimait jouer des instruments de musique et avait des ambitions précoces d’étudier l’art.

Marlena Carrillo a permis à sa fille Kayla de recevoir le vaccin Gardasil parce qu’elle avait vu de nombreuses publicités de Merck garantissant l’innocuité et l’efficacité du vaccin dans la prévention du cancer du col de l’utérus.

Un jour après la première injection, Kayla a eu un épisode épileptique comprenant un sort de regard, un gonflement du visage, des troubles de l’élocution et un mal de tête sévère. Plus tard, elle a développé de graves migraines, des douleurs abdominales et une foule d’autres problèmes de santé débilitants.

Cinq mois après sa première injection, Kayla a eu une crise d’épilepsie et a été emmenée aux urgences. À cette époque, elle faisait également face à des problèmes menstruels irréguliers, y compris des saignements abondants au début de chaque cycle.

Sa santé a continué de se détériorer après avoir reçu une autre dose du vaccin Gardasil. Deux jours seulement après la deuxième injection, Kayla s’est effondrée pendant le cours d’déducation physique et a été transportée aux urgences de l’hôpital pour enfants du comté d’Orange.

Kayla a subi au moins une opération par an sur ses organes reproducteurs depuis l’âge de 15 ans. Les médecins disent qu’elle ne pourra pas tomber enceinte ni envisager la fécondation in vitro.

Les diagnostics cliniques de Kayla comprennent la dysautonomie, le syndrome de tachycardie orthostatique posturale (POTS), l’intolérance orthostatique (OI), la neuropathie des petites fibres (SNF), la neuropathie, le syndrome d’activation des mastocytes (MCAS), les troubles épileptiques et l’endométriose, entre autres.

En raison de ces séquelles et d’autres, Kayla est incapable de conserver un emploi pendant une période de temps significative. Elle ne peut pas non plus conduire en raison des risques d’évanouissement ou de convulsions en conduisant.

Si Marlena avait su que Gardasil était capable de causer autant de dégâts, elle n’aurait jamais permis à sa fille de recevoir le vaccin contre le VPH.

Il s’agit du  septième procès Gardasil, Baum Hedlund  et Robert F. Kennedy Jr ont intenté une action contre Merck et le Gardasil.

En plus du dossier de Kayla déposé cette semaine, des dossiers au nom de  Michael Colbath  de Californie,  Sahara Walker  du Wisconsin,  Zach Otto  du Colorado,  Julia Balasco  du Rhode Island et deux autres ont été déposés.

Bien que chaque cas soit unique, ils partagent des points communs: toutes les victimes étaient des enfants heureux, en bonne santé, brillants et actifs avec un potentiel illimité jusqu’à ce qu’ils reçoivent le vaccin Gardasil contre le VPH.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :