En Belgique, les électeurs votaient non seulement pour les élections européennes mais aussi pour les élections fédérales et régionales.

Du côté flamand, le Vlaams Belang a créé l’exploit. Après une longue traversée du désert, ce parti peut savourer sa “remontada” : ce dimanche 26 mai 2019, il s’est imposé comme le deuxième parti de Flandre et a triplé ses précédents résultats.

Au Parlement européen, le Vlaams Belang obtient trois élus, soit deux de plus qu’en 2014. Mais c’est au sein des parlements belge et flamand que l’effet est le plus visible. Ainsi, le Vlaams Belang obtient 23 sièges au Vlaams Parlement, soit 17 de plus que lors de la précédente législature. Et il envoie 18 députés à la Chambre fédérale, soit 15 de plus.

Cette victoire électorale est d’autant plus intéressante que le Vlaams Belang avait assumé d’accueillir et de mettre en avant à ces élections le jeune Dries Van Langenhoven, leader du mouvement Schild & Vrienden piégé et diabolisé par les médias du Nord comme du Sud du pays, accusé tout à la fois d’être antisémite, raciste, islamophobe et homophobe. Le genre d’accusation qui n’effraie visiblement plus les électeurs flamands…

Ci-dessus, Dries Van Langenhoven, élu ce 26 mai sous l’étiquette Vlaams Belang.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. daflon says:

    Les Flamands doivent refuser de voir leur pays bougnoulisé.