Un nouveau coin du voile se lève sur le blanchiment d’argent en Israël et I-24News titre fièrement et sans le moindre complexe :

« Les Îles caïmans, troisième plus gros investisseur en Israël »

(Les deux premiers étant sans surprise d’abord les USA, mais aussi les Pays Bas)

https://www.i24news.tv/fr/actu/economie/180646-180731-les-iles-caimans-troisieme-plus-gros-investisseur-en-israel

Pour l’édification des goyim dont le cerveau a été ramolli – par exemple à la suite de l’abus de vision des émissions de Cyril Hanouna – l’article précise :

« Le fait que les Îles caïmans – qui déterminent leurs propres règles financières et ont acquis une réputation de paradis financier offshore en raison de la surveillance laxiste et de la protection des secrets d’affaires sur place – se retrouvent en tête des investisseurs étrangers en Israël ne semble pas avoir alarmé le CBS, selon Calcalist.

[Quotidien économique israélien. NDLR. https://en.wikipedia.org/wiki/Calcalist ]

D’après les données récupérées, un grand nombre d’importants investisseurs choisiraient les Îles caïmans comme une ‘alternative indirecte’ pour ensuite pouvoir investir en Israël. »

On n’est pas plus clair : passer par les Îles Caïmans permet d’effectuer depuis Israël, et en Israël, des investissements à partir de fonds de provenance douteuse (même et surtout israélienne) anonymement.

Un type de montage financier en plein essor !

Mais il n’est le seul circuit financier de blanchiment israélien :

L’OCDE a averti Israël qu’il pourrait perdre son statut de membre de l’OCDE s’il ne contrôlait pas mieux les circuits financiers et les mouvements de fonds dont les organismes haredi (ultra-orthodoxes) de prêts (dits gemachim) sont l’occasion…

https://fr.timesofisrael.com/oy-gemach-les-organismes-de-pret-gratuit-ultra-orthodoxes-ou-locde/

Une industrie financière extrêmement florissante quand elle réunit Jew-York et Jérusalem, même si les contrôles américains se font – parait-il – plus pressants depuis une dizaine d’année.

Le 23 juillet 2009, le FBI avait arrêté 44 personnes dans le New Jersey et à Brooklyn impliquées dans une opération internationale de blanchiment d’argent. Parmi les individus mis en détention, les maires de plusieurs municipalités du New Jersey ainsi que cinq rabbins originaires de Brooklyn et du New Jersey.

Les rabbins participaient à un plan international de blanchiment d’argent qui impliquait des donations financières déductibles d’impôt à un gemach aux Etats-Unis. Ce dernier prenait des frais (habituellement 10 %), puis rendait 90 % de la somme offerte au donateur, en liquide. Selon des informations parues dans les médias, les liquidités, dans ce plan, venaient souvent d’Israël, pays où les lois portant sur le blanchiment d’argent sont restées laxistes jusqu’à une période récente.

Un récit détaillé de l’enquête menée par le FBI apparaît dans un livre paru en 2011 et intitulé : The Jersey Sting: True Story of Crooked Pols, Money-Laundering Rabbis, Black Market Kidneys, and the Informant Who Brought It All Down, écrit par Ted Sherman et Josh Margolin.

« Il y a eu beaucoup de pression gouvernementale sur l’économie des Haredim non-officielle », a commenté auprès du Times of Israel, Neri Horowitz, spécialiste de la société haredim :

« La police s’est récemment rapprochée du procureur de l’Etat et du ministère des Finances et elle a défini un plan stratégique dans lequel les instances ont décidé de réprimer l’argent sale au sein du secteur haredi. Ils l’ont fait calmement. Tout fournisseur de service financier est dorénavant dans l’obligation de rapporter les transactions dépassant un certain montant et les banques dans les quartiers haredim sont étroitement surveillées. Il est désormais interdit d’acheter des appartements en espèces. Et il est beaucoup plus difficile de passer des valises remplies de liquidités aux douanes ». (sic !)

Les temps deviennent durs effectivement !

La raison de cette répression (sic !), a expliqué Horowitz, c’est la pression américaine.

L’année dernière, à la demande du FBI, une cellule de blanchiment d’argent Haredim de 20 personnes a été démantelée en Israël pour blanchiment présumé de fonds issus des cartels de drogues d’Amérique du sud.

Il y a deux ans, a appris le Times of Israel, des agents du FBI s’étaient rendus au sein de l’Etat juif pour exprimer leur inquiétude sur le blanchiment d’argent au sein de la communauté ultra-orthodoxe.

« Voilà la manière dont ça fonctionne », a expliqué Horowitz. « Vous avez un marchand de drogue colombien qui vient à Monsey ou Kiryas Yoel [des villes de New York]. Disons qu’il détient 4 millions de dollars issus de la cocaïne dans le Bronx. Il transmet les liquidités à un contact qui les place dans un ‘gemach’. Tout le monde prend sa part puis l’argent est restitué à travers un projet légal, comme la construction d’un nouvel immeuble ».

« Quand vous avez des milliers de gemachim avec des dépôts de milliards de shekels et qu’ils ne sont pas régulés pour l’essentiel, beaucoup de choses peuvent mal tourner », a-t-il dit.

Dans une étude conduite en 2014 pour le centre Taub, Regev a examiné la manière dont un grand nombre de familles israéliennes parviennent à subvenir à leurs besoins. Il a découvert que toutes les familles – à l’exception des 20 % les mieux loties en termes de revenus – dépensent constamment plus que ce qu’elles ne gagnent, mois après mois. Dans la mesure où une telle situation ne peut perdurer à long-terme, il a proposé deux solutions possibles à cette découverte : soit les personnes interrogées au cours de l’étude avaient une source de revenu secrète ou non-déclarée, soit elles dépensaient rapidement leurs économies et celles de leurs familles.

Dans la communauté haredi, a établi Regev, ce phénomène de dépense excessive est bien plus prononcé que parmi les Juifs non-haredim, les chrétiens, les druzes et les musulmans.

« Lorsqu’on observe les frais mineurs sur le revenu, la famille ultra-orthodoxe moyenne présente 3 200 shekels dans le rouge par mois », a-t-il déclaré.

Ce déficit mensuel de 3 200 shekels peut partiellement être expliqué, a-t-il ajouté, par le fait qu’il existe une vaste économie en liquide dans le monde haredim, avec des gens qui s’échangent des biens et des services comme des réparations de maison, des ventes de vêtements et même des missions d’enseignement au noir.

« De nombreux éducateurs dans les écoles haredim reçoivent un salaire de 6 000 shekels déclarés puis 3 000 shekels supplémentaires en liquide », a précisé Horowitz auprès du Times of Israel.

Mais l’autre raison pour laquelle les familles haredim peuvent dépenser davantage que ce qu’elles ne gagnent, a ajouté Regev, ce sont les gemachim. :

« En 1979, 84 % des haredim avaient un travail pour gagner leur vie. Les parents mettaient de l’argent de côté pour des périodes plus sombres ou pour que leurs enfants se marient. Les économies étaient plus importantes alors. Mais concernant les haredim qui passent à l’âge adulte aujourd’hui, un grand nombre de leurs parents étaient des spécialistes de la Torah, qui n’ont pas beaucoup d’économies mises de côté. Nous assistons à une décennie de transition où de nombreux jeunes entrent sur le marché du travail et font des études universitaires pour être en mesure de répondre à leurs besoins ».

Aujourd’hui, seulement 50 % des hommes haredim travaillent à plein temps.

Toutefois, les jeunes haredim achètent des appartements à des taux significativement plus élevés que le reste de la population générale. Comment s’y prennent-ils ?

« Au début des années 2000, de nombreux parents haredim pouvaient encore apporter de l’aide pour le coût d’un appartement », a indiqué Regev. « Une décennie plus tard, tout le financement provient de prêts ».

Ce qu’il se passe, a affirmé Regev, c’est que les parents de la mariée, ou du marié, font appel à un gemach.

« Ils réunissent environ 200 000 shekels puis ils emmènent cet argent dans une banque et ils l’utilisent comme versement initial pour un emprunt pour un appartement peu onéreux dans le nord ou dans le sud du pays ou en Judée-Samarie ».

Autrement dit, ce type de prêt est un puissant moyen de financement de l’implantation de la colonisation sioniste !

Les ‘gemachim’ peuvent-elles exister si elles sont « régulées » ?

Pour certains, c’est une manière d’aider les plus défavorisés au sein de la communauté, mais pour un nombre indéterminé d’autres, les gemachim sont le lieu idéal pour conserver des revenus non déclarés.

Pour ces individus, la régulation des gemachim pourrait les dissuader des faire des dépôts et cela suscite l’inquiétude de la communauté haredim.

« Même si toutes les gemachim sont honnêtes, des régulations pourraient entraver leur capacité à lever davantage de fonds parce que certains donateurs pourraient être écartés ».

Les partisans des gemachim ne considèrent pas seulement ces dernières comme des institutions économiques mais également comme des instances communautaires et religieuses.

« Même si nous voulons les réguler, nous ne devons pas, quelles que soient les circonstances, porter atteinte à ce très important projet social de responsabilité mutuelle communautaire. Nous ne serons pas un état Juif si nous ne sommes pas responsables les uns des autres », avait-il dit.

Certains membres de la communauté haredi ont averti que les régulations pourraient faire s’effondrer l’institution entière des gemachim.

Le professeur de droit à l’université de Tel Aviv Yoram Margaliot, qui prône une régulation très légère (sic !) des gemachim, a écrit que « les gemachim sont des institutions philanthropiques. Elles doivent être gérées différemment des banques ou des autres organismes financiers qui sont des institutions financières » :

« Les régulations pourraient entraîner l’effondrement de l’institution dont elles prétendent protéger la stabilité. ».

Le président de la commission des Finances Moshe Gafni (YaHadout HaTorah) a refusé de faire passer les régulations comprises dans le CRS sans la promesse que l’activité des gemachim serait largement exemptée de contrôle.

Interrogé sur qui l’emporterait en fin de compte – le député Gafni ou les ministères israéliens de la Justice et des Finances – Horowitz a répondu que « cela dépend, entre autres, des Américains. S’il y a des pressions de la part du gouvernement des Etats-Unis, ce sera plus fort que Gafni ».

« Si c’est une année électorale et que personne ne veut mettre [Gafni] en colère, il pourrait obtenir un arrangement intermédiaire », a reconnu Horowitz.

« Mais si les Etats-Unis ou l’OCDE s’en mêlent, Gafni devra capituler ».

C’est que les financiers (juifs) américains tiennent à voir rehaussée la note israélienne car elle permet aux pays dont la note est la plus haute d’emprunter avec des taux d’intérêts moindres.

C’est bien entendu ce qui vient d’être obtenu : l’agence de notation financière Standard & Poor’s a remonté la note d’Israël de A+ à AA- Cela comparativement en Europe place financièrement le pays au niveau de l’Estonie et de la République Tchèque.

On est encore loin de la France AA+ et la Scandinavie, de surtout de l’Allemagne et du Benélux AAA , la note la plus haute…

http://www.europe-israel.org/2018/08/beaucoup-seront-jaloux-israel-dans-la-classe-double-a-des-economies-mondiales/

La bonne question à se poser est pourtant de savoir à quel titre Israël se trouve dans l’OCDE !

Claude Timmerman

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Daniel Daflon says:

    En effet, on se demande bien pourquoi certains gros nez se fourrent dans l’OCDE.
    La réponse doit être proche de celle ci: parce qu’il y a du pognon à se faire.
    C’est bien connu: Le vrai dieu des haredi s’appelle Fric.

  2. Isabelle P says:

    Mais pourquoi monsieur Attali, notre super conseiller économique depuis Sarkozy, ne nous parle-t-il pas de ces affaires-là.. Drogue, armes, prostitution, pédophilie, il est plus sale cet argent, il est franchement dégueulasse! Cet argent n’a pas d’honneur. Mais qu’est-ce qu’il nous coûte cher en vies !

  3. Publié en 2003, son livre Hitler’s Jewish Soldiers (Les soldats juifs de Hitler) traite de l’histoire peu connue des nombreux Juifs allemands ayant servi dans l’armée du IIIe Reich… Cent cinquante mille hommes d’origine juive effectuèrent leur service militaire dans la Wehrmacht, sous le régime de Hitler. Un grand nombre devinrent officiers ..

    Les pages de Hitler’s Jewish Soldiers rappellent que le terme « Juif » dérive de la dénomination de la tribu de Juda, un des douze fils d’Israël, Jacob. Les Juifs descendent des tribus nomades araméennes qui, en 1850 av. J.-C, sous la conduite d’Abraham, traversèrent l’Euphrate dans le territoire de Canaan. Ils étaient appelé « Ivrim » (les Hébreux).

    À l’époque biblique, la judaïcité se transmettait par le PÈRE. Aujourd’hui, selon la loi juive, la Halacha [הלכה ; la voie], elle, se transmet par le lien maternel ou par la conversion.

    Avant 1933, les Juifs allemands, les Jeckes, entretenaient une attitude de rejet à l’égard des Hébreux de l’Europe de l’Est. Ils les considéraient comme pauvres, culturellement arriérés et sales. De plus, ils nuisaient à leur réputation de citoyens allemands instruits et cultivés. Pour eux, ces Juifs des ghettos de l’Est, en particulier ceux de Pologne, suivaient la religion irrationnelle et superstitieuse des mystiques hébreux…

    Les lois de Nuremberg
    En 1935, le gouvernement de Hitler, reconnaissant officiellement que le Mischling définissait quiconque avait des ancêtre juifs. .. Quand des Mischlinge furent contraints de reconnaître ou d’apprendre leurs origines juives, certains traversèrent une profonde phase de reniement… A contrario, les Juifs orthodoxes, qui refusaient les mariages mixtes, accueillirent avec faveur les lois de Nuremberg.
    Bryan Mark Rigg expose que les Mischlinge se sentirent pris entre deux feux : pour les nazis, ils furent le fruit du péché sexuel et, pour les Juifs orthodoxes, un de leurs parents avait enfreint le pacte sacré de ne pas consentir d’union en-dehors de la communauté : un goy étant considéré comme inférieur à un animal. [Baba Mezia 114a-114b (Talmud) : « Seulement les Juifs sont des humains. Les Gentils sont des animaux ».]

    Pourquoi ce détour dans une histoire méconnue du grand public ? Il est devenu absolument crucial de connaitre la différence entre ces deux courants ethniques juifs. Ainsi, quand l´ “extrème droite”, (monarchistes, l´opposition) d´entre les deux guerres était accusée d´”antisémitisme”, il faut prêter une attention particulière qu fait, que celui-ci était discriminatoire… à l´encontre de l´antisémitisme de la gauche Leur rejet ne touchait qu´une partie des juifs, i. e. ceux adeptes du talmud, dont les Rothschild, Attali & Co.

    L’armée juive de Hitler – par Laurent Glauzy
    Retrouvez cet article et l’info alternative sur : http://www.contre-info.com