Toujours à l’affût des informations sur les méfaits des sectes maçonniques, nous avons bien ri en découvrant sur le blog maçonnique Hiram un article horrifié par la lecture de l’hebdomadaire Rivarol.

Nous vous le livrons tel quel pour que vous puissiez à votre tour passer un bon moment de détente.

Melenchon Rivarol

Jean-Luc Mélenchon caricaturé dans Rivarol…

EN FEUILLETANT RIVAROL, UNE PINCE SUR LE NEZ…

Par Géplu dans Anti-maçonnerieIl faut parfois savoir se pincer le nez pour aller voir ce que disent des francs-maçons les furieux de l’extrême-droite. Le journal (certains préfèrent dire le torchon) Rivarol est à ce titre une « excellente » source d’informations. Un frère attentif m’a fait parvenir deux de ses derniers numéros, dans lesquels les francs-maçons ont droit à ses attentions.

C’est tout d’abord le camarade-frère Jean-Luc Mélenchon qui se fait épingler dans le numéro du 4 octobre, avec une caricature en prime, dans un petit article titré « Mélenchon, le rouge lui va si bien ». Il y est reproché au « défenseur des pauvres et pourfendeur des riches » de ne pas s’oublier au passage : « Lorsqu’il ne trafique pas l’histoire ou qu’il ne va pas plancher au Grand Orient de France (GODF), cet ancien dévot de la secte trotskyste de l’Organisation communiste internationaliste (OCI), pense à sa carrière de politicien professionnel : président socialiste du conseil général de l’Essonne pendant six ans, sénateur socialiste pendant cinq ans, sous-ministre pendant deux ans dans le gouvernement Jospin, député européen pendant sept ans, député français depuis juin dernier… L’admirateur de l’humaniste Maximilien Robespierre, pourfendeur des riches et des capitalistes, a ainsi pu se constituer un patrimoine (déclaré) de 760 000 euros (en 2012). »  Après cet amuse-gueule, un article plus conséquent « analyse » les récents propos polémiques (une habitude) de Mélenchon à propos de la démocratie qui ne se fait pas dans la rue. Convoquant l’abbé Barruel et Charles Mauras à l’appui de sa démonstration, le journaliste du cru ne manque pas de rappeler que la Révolution française a bien sûr été l’œuvre des Frères. Vieille antienne des ultra-cathos et de l’extrême-droite…

Mais l’article le plus écœurant est dans le numéro du 27 septembre, avec une interview du haineux « pianiste et compositeur » Stéphane Blet, ex franc-maçon, copain de Dieudonné, d’Alain Soral et d’Emmanuel Ratier, à propos de son livre « La vérité sur la franc-maçonnerie ». Des « vérités » bien d’extrême-droite : L’antisémitisme y rejoint l’antimaçonnisme, bien primaires tous les deux…

Morceaux choisis, sans à priori ni classement : « le grand danger de la franc-maçonnerie n’est pas seulement l’occultisme au sens magique du mot mais la transformation d’un être en quelque chose que je qualifierai de « juif synthétique » ou encore de serviteur des soi-disant « Elus de naissance ».

« 1717, c’est la création de la « Grande Loge de Londres » et surtout en 1723, c’est la publication des “Constitutions” maçonniques du triste sire James Anderson, un ultra-claviniste payé par des banquiers pour détruire toutes les bases catholiques et chrétiennes de la société d’alors et les remplacer par une bouillie indigeste qui devait immédiatement devenir la « nouvelle bible », le code pénal de cette maçonnerie dite “spéculative”. Dès ce moment, les loges furent envahies de banquiers, d’usuriers et autres racailles politiciennes au service du veau d’or. A partir de 1717, les deux objectifs de la maçonnerie seront de devenir un outil de pouvoir, d’argent, de destruction de la royauté et surtout des dynasties catholiques encore vivaces à l’époque. (…) le rôle de la franc-maçonnerie dans la révolution française est connu. » Et, toujours à lire Blet, l’affaire du collier de la Reine ne serait due qu’aux manipulations pour s’enrichir du « juif Cerf-Beer », franc-maçon notoire de l’époque…

« La maçonnerie spéculative des hauts grades (au dessus du 18e) est fondée sur la haine du christianisme et de la royauté. Cette haine trouve son apogée dans l’abominable 30degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté dénommé « Chevalier Kadosh », qui n’est autre qu’un rituel de vengeance sanguinaire plus talmudique que maçonnique et qui ritualise l’assassinat du roi et du pape ! Une monstruosité… qui est malheureusement la colonne vertébrale des hauts grades de la maçonnerie spéculative du REAA. »

« Comment expliquer le fanatisme laïcard des maîtres ? La cause première, vous la connaissez sans doute : la haine du christianisme. Cette laïcité n’est qu’une façade car elle n’est généralement valable qu’à l’encontre des chrétiens et des musulmans. Quasiment tous les codes, mots de passes et autres rituels maçonniques sont en hébreu… Il suffit d’entendre BHL ou Caroline Fourest pour s’en convaincre. La franc-maçonnerie, c’est : laïcité obligatoire pour tous, sauf pour les juifs ! »

Je vous fais grâce du reste…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :