Jean-Louis Brunaux, directeur de recherche au CNRS, est un spécialiste de la Gaule et des Gaulois.

Son nouveau livre Les Gaulois paraît dans la collection Vérités et légendes des éditions Perrin. Et c’est par l’entremise de 29 questions qu’il nous dresse le portrait de nos ancêtres gaulois sur base des connaissances archéologiques et historiques.

L’auteur nous rappelle des vérités simples, notamment en ce qui concerne le cadre spirituel et politique de la Gaule, avec ses druides et son territoire géographiquement délimité. D’autres vérités étonnent. Elles tiennent aux conceptions philosophiques, aux modes de gouvernement, à la justice, qu’on n’attend pas si développés de la part d’individus que les Grecs disaient barbares. On découvrira que les Gaulois croyaient en l’immortalité de l’âme, en sa transmigration, et par voie de conséquence, à la nécessité de sa purification. On constatera que des cités, telles que celle des Eduens, jouissaient d’une Constitution élaborée, et que les juges étaient indépendants du pouvoir politique. L’exploration des savoirs et des techniques réserve de pareilles surprises. Les druides excellaient en astronomie, en calcul et en géométrie, comme les pythagoriciens auxquels les philosophes grecs les comparaient habituellement. Pline l’Ancien, le naturaliste, nous apprend qu’ils n’ignoraient rien non plus des sciences de nature ; pour preuve, il cite bon nombre de plantes qui appartenaient à leur pharmacopée. Mais on sait par César, qui le tenait de Poseidonios, que leur érudition se voulait universelle et qu’elle fut sans cesse, pendant de longs siècles, transmise à leurs jeunes élèves. Les théories des druides donnaient lieu à des applications dans tous les domaines : élaboration d’un calendrier luni-solaire performant, multiples inventions (tonneau, savon, dentifrice, moissonneuse, matelas de laine, cotte de mailles…), découvertes technologiques (formes de soudure et de cémentation, corroyage, émail, étamage…).

Les Gaulois, Jean-Louis Brunaux, éditions Perrin, 304 pages, 13 euros

A commander sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. pour un Grec, barbare n’était pas un jugement qualitatif comme ça l’est devenu en français, mais seulement un constat linguistique : il ne parlait pas le grec donc n’appartenait pas à la civilisation grecque

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !