Les pays occidentaux soutiennent l’ONU dans la lutte contre les groupes pro-vie et pro-famille

L’agence des Nations Unies pour la population, engagée dans la lutte contre le « recul » de l’agenda des droits sexuels promu par les groupes « anti-droits », a reçu le soutien des gouvernements occidentaux dans sa cause. Natalia Kanem, directrice exécutive de l’UNFPA, a souligné devant son conseil d’administration l’existence d’une résistance importante à la santé et aux droits sexuels et reproductifs, imputable non seulement à une organisation bien financée et orchestrée, mais aussi à des doutes largement répandus sur la sexualité humaine.

Les pro-vie désignés comme « anti-droits »

Les étiquettes « anti-droits » et « résistance » sont souvent utilisées par l’ONU pour désigner les groupes traditionnels pro-vie et pro-famille.

Ces concepts ont été développés pour la première fois à l’ONU dans le contexte de l’opposition à la politique pro-vie de l’administration Trump.

Revers pour la politique mortifère mondialiste

Le Canada a déploré le « nombre croissant de revers en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs » et a assuré l’UNFPA qu’il était « déterminé à fournir un soutien pour combattre et inverser ces revers ». Rien qu’en 2022, le Canada a contribué 72,8 millions d’euros à l’UNFPA. Dans son budget intégré pour 2022-2025, l’UNFPA a proposé une contribution totale de 5 045,6 millions de dollars pour l’agence.

Le représentant permanent de la Belgique auprès de l’ONU s’est dit préoccupé par les « mouvements anti-droits » et a félicité l’UNFPA pour avoir poursuivi son travail visant à « donner à des millions de filles les moyens de prendre des décisions éclairées concernant leur corps » malgré les critiques. L’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Finlande, la France, le Luxembourg, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse se sont joints à la déclaration de la Belgique.

La directrice de l’UNFPA a déclaré qu’elle prévoyait de « renforcer le rôle politique de l’UNFPA au niveau national pour remplir son mandat », compte tenu de la « résistance » à laquelle elle est confrontée dans presque tous les domaines de son travail. La Finlande a corroboré cette affirmation en déclarant que « c’est pourquoi le travail de l’UNFPA est absolument essentiel : pour contrer le mouvement de rejet, il est nécessaire de clarifier le discours ».

L’UNFPA veut positiver l’avortement

Dans le contexte des droits sexuels et reproductifs, « clarifier le discours » fait référence aux efforts de l’UNFPA pour normaliser une vision positive de l’avortement ou dans les communautés où les gens s’y opposent pour des raisons religieuses et morales. « Nous saluons le renforcement du rôle normatif de l’UNFPA, tout en utilisant des données probantes solides tant en matière de politique que de plaidoyer », a commenté la Finlande. Le directeur de l’UNFPA a déclaré : « La seule façon de vaincre [l’opposition] est de fournir des données et de faire la lumière sur le problème. »

Planning familial et propagande LGBT

Lors d’un récent Forum sur l’égalité des sexes à Paris, Geeta Rao Gupta, ambassadrice itinérante des États-Unis pour les questions mondiales relatives aux femmes, a mentionné la nécessité de prêter attention aux « attaques très systématiques et bien établies, coordonnées et financées par des organisations malveillantes ». acteurs étatiques et non étatiques.

L’UNFPA est l’agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et reproductive. L’agence prétend avoir pour mandat de promouvoir la santé sexuelle et reproductive dans le monde. Le rapport 2024 de l’UNFPA au conseil d’administration montre que le concept de « santé sexuelle et reproductive et droits reproductifs » inclut non seulement la planification familiale et la santé maternelle, mais également l’accès à l’avortement, l’éducation sexuelle complète et les droits LGBTQI+.

Léo Kersauzie

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est en vente sur MCP.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !