Le 1er février 2016, l’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré l’état d’urgence sanitaire par le virus du Zika. Dans les pays du Brésil et de la Colombie, la propagation du Zika a augmenté de façon très inquiétante. Cependant, plusieurs organisations ont profité de cette nouvelle pour promouvoir ouvertement l’avortement dans ces pays.

Monica Roa, une des principales promotrices de l’avortement en Colombie, a déclaré à la presse internationale qu’elle « ne recommande pas à toutes les femmes infectées de se faire avorter mais, plutôt, de leur donner toutes les informations sur les options qu’elles possèdent pour pouvoir prendre une décision ».

Bien que le gouvernement colombien ne se soit pas prononcé officiellement, plusieurs autorités de ce pays ont délibérément conseillé aux femmes, ayant un risque de contraction du virus assez élevé, de ne pas tomber enceinte au moins pendant les deux prochaines années.

Néanmoins, des experts sur les questions d’épidémiologie ont affirmé que ces institutions profitent de cette situation pour propager la culture de la mort. « Les femmes qui sont infectées du virus et qui sont enceintes, il faut juste qu’elles fassent attention pendant la grossesse », ont-ils déclaré.

Une autre spécialiste en épidémiologie a souligné que « l’avortement n’est pas du tout la solution au problème de l’épidémie. Nous devons surtout éviter que les œufs du moustique se reproduisent et se propagent ».

« Le virus du Zika n’est pas mortel. Jusqu’à présent, nous avons connaissance de quelques cas de malformations des bébés sur les femmes enceintes ayant contracté le virus, mais ce n’est pas une généralité. Il faut juste que ces femmes fassent attention pendant la grossesse », a-t-elle conclu.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :