Vladimir Poutine fait toujours ce qu’il affirme qu’il fera selon les commentateurs qui le connaissent bien. Preuve en est donnée une nouvelle fois. Il avait menacé d’arrêter de fournir en gaz les pays hostiles à la Russie, qui se refuseraient à le payer en roubles. Il vient de mettre sa promesse à exécution : les robinets sont fermés pour la Pologne et la Bulgarie pour leur manquement à régler en monnaie russe leurs importations de gaz.

Varsovie et Sofia deviennent ainsi les premières capitales européennes auxquelles s’applique l’interdiction de livraison pour non-paiement en roubles. Un défi sans précédent pour la Pologne et la Bulgarie.

La tension est au plus haut entre ces deux pays et la Russie. Varsovie accuse Moscou d’avoir suspendu l’approvisionnement par le gazoduc Yamal, un gazoduc qui transporte du gaz à travers l’Europe de l’Est.

Hier, les médias polonais en été les premiers à faire état de cette interruption, citant une décision unilatérale du Kremlin. Selon Varsovie, Gazprom coupera l’approvisionnement en gaz de la Pologne via le gazoduc Yamal à partir de ce matin. Plus tôt dans la journée de mardi, le commissaire du gouvernement de Varsovie pour les infrastructures énergétiques stratégiques, Piotr Naimski, a déclaré que PGNiG (première compagnie gazière polonaise) ne répondrait pas à la demande russe de payer le gaz en roubles. D’où la décision du géant gazier russe d’interrompre le flux de gaz, qui a ensuite été étendu à la Bulgarie dans la soirée du 26 avril.

Le délai pour se conformer aux contrats existants et payer en roubles, a rapporté Moscou, a expiré vendredi. Et la Pologne, a tonné Gazprom par l’intermédiaire de son porte-parole Sergey Kupriyanov, devra payer d’ici aujourd’hui en respectant la nouvelle procédure.

La nouvelle a littéralement fait monter en flèche le prix du gaz naturel en Europe, qui est repassé pour la première fois depuis plusieurs semaines bien au-delà du seuil des 100 euros le mégawattheure et a augmenté jusqu’à 17%. Pour ensuite se replier uniquement en fin de journée à +7% à 99,18 euros. Actuellement, 55 % des importations de gaz de la Pologne proviennent de Russie, mais Varsovie a déjà pris plusieurs mesures pour réduire sa dépendance, notamment l’agrandissement d’un terminal à Swinoujscie, dans le nord-ouest de la Pologne, et la construction d’un nouveau gazoduc depuis la Norvège.

PGNiG a qualifié l’interruption des approvisionnements de « violation » du contrat envisagé pour Yamal, annonçant qu’il entendait porter plainte. La haute direction de l’entreprise a assuré qu’elle était prête à obtenir « du gaz d’autres directions avec des connexions vers les frontières ouest et sud et le terminal méthanier de Swinoujscie, ce qui augmente le nombre de méthaniers desservis ». Et le bilan est ensuite complété par la production nationale de gaz et les réserves de carburant accumulées dans les stockages souterrains : « Nos entrepôts sont pleins à 76 %. Il n’y aura pas de pénurie de gaz dans les foyers polonais », a coupé court le ministre polonais du Climat et de l’Environnement, Anna Moskwa , rappelant que le pays « pendant des années » était « effectivement indépendant de la Russie ».

Pour compléter le tableau, il faut dire que Gazprom était aujourd’hui la cible de nouvelles sanctions promues par le gouvernement de Varsovie. La Pologne a imposé ses propres sanctions contre Gazprom, Novatek, Akron et d’autres entreprises et individus de Russie et de Biélorussie. C’est ce qu’a déclaré le ministre polonais de l’Intérieur, Mariusz Kaminski, lors d’un point presse. Au total, la Pologne a imposé des sanctions à 35 entreprises et 15 personnes qui « travaillent sur le territoire » du pays. « La liste comprend des sociétés telles que Gazprom, qui a été sanctionnée dans le cadre des activités d’EuroPolGaz, des sociétés telles qu’Akron et l’oligarque russe, Viatcheslav Kantor, qui détient environ 20 % de la société polonaise Azoty, qui ont toutes fourni la Pologne en charbon russe et du Donbass.

Varsovie devient ainsi la première capitale européenne à laquelle s’applique l’interdiction d’approvisionnement pour non-paiement en roubles. Auparavant, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie ont été les premières nations à rompre avec l’approvisionnement énergétique de Moscou. Une réponse à la fermeté polonaise face à l’offensive russe en Ukraine qui va faire sensation. Le jour où les États-Unis, avec le sommet de Ramstein, ont officiellement apporté leur soutien à la stratégie polonaise de soutien à la résistance ukrainienne jusqu’à vaincre Vladimir Poutine sur le terrain depuis Moscou, un coup dur est venu qui laisse présager de nouvelles escalades. Et maintenant, toute l’Europe doit être attentive à l’éventuel blocage des approvisionnements en gaz.

La Bulgarie est aussi dans le collimateur. La Russie a suspendu l’approvisionnement en gaz de la Bulgarie pour les mêmes raisons que la Pologne. Cela a été annoncé par le ministère bulgare de l’énergie, déclarant que « Gazprom a informé Bulgargaz qu’il coupera l’approvisionnement en gaz à partir du 27 avril ». Cette décision fait suite au refus de la Bulgarie de payer le gaz en roubles. Sofia affirme qu’elle a pleinement rempli ses obligations de paiement de gaz et après une analyse de la société d’État Bulgargaz et Bulgarian Energy Holding, il est apparu que la nouvelle procédure de paiement en deux étapes proposées par la partie russe n’est pas conforme au contrat valable jusqu’au la fin de l’année et comporte des risques importants pour la partie bulgare, notamment effectuer des paiements sans recevoir de gaz de la partie russe. »

Sofia a récemment adopté une posture pro-ukrainienne proche de celle de la Pologne. Une délégation de la coalition au pouvoir en Bulgarie se rendra demain en Ukraine, selon la chaîne de télévision « Bnt », précisant que la nouvelle a été confirmée par la ministre bulgare des Affaires étrangères, Theodora Gencovska. Dans la capitale ukrainienne, la délégation bulgare remettra les casques et gilets pare-balles que le gouvernement de Sofia a promis à Kiev.

A l’inverse de la Pologne et de la Bulgarie, quatre nations selon Gazprom, dont la Hongrie de Orban, ont commencé à payer leur gaz en roubles et dix ont ouvert les comptes auprès de Gazprombank nécessaires pour se conformer à la demande de Moscou de payer en monnaie locale. C’est ce qu’ont rapporté aujourd’hui des sources du géant de l’énergie Gazprom, repris par des agences à commencer par Bloomberg. Au total, 21 Etats parmi les 48 pays acheteurs de gaz russes sont considérés comme « hostiles » par Moscou dont la France.

Aujourd’hui, après l’arrêt des flux vers la Bulgarie et la Pologne, le président de la Douma russe, Viatcheslav Volodine, s’est prononcé en faveur de l’arrêt de l’approvisionnement de tous les pays non amis. Les sanctions de l’union Européenne contre la Russie reviennent comme un boomerang à la face des pays européens.

La guerre du gaz a définitivement commencé. Et cela part des régions de l’ancien « empire » de Moscou devenues des bastions occidentaux.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :