L’immigration n’est pas qu’un problème occidental. Et les opposants à l’immigration illégale ne sont pas uniquement des blancs d’Europe ou des Etats-Unis. Vendredi, à Pretoria, en Afrique du Sud, une marche anti-immigrés avait des allures autrement plus radicales que les manifestations “d’extrême droite” en Europe. Excédés par la présence d’immigrés illégaux, notamment des Nigérians, mais aussi des Soudanais, des Somaliens, etc, des Sud-Africains principalement issus des quartiers pauvres ont organisé une marche qui visait à chasser les immigrés de la capitale. 

Des groupes de Sud-Africains et des groupes d’immigrés se sont violemment affrontés, à coups de machettes, de bâtons et de pierres.

La police sud-africaine a utilisé des tirs de balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les foules.

Beaucoup de Sud-Africains sans emploi accusent les immigrés de prendre leur emploi ou de vivre de trafics divers.

A début de la semaine, des foules de Sud-Africains en colère avaient déjà pillé des magasins appartenant à des Somaliens, des Pakistanais et d’autres migrants dans des townships autour de Pretoria et de certaines parties de Johannesburg.

“Ils [les étrangers] devraient savoir que ce sont des invités dans ma maison, je les traite avec respect, ils devraient me traiter avec respect”, a déclaré un manifestant à la BBC.

Les immigrés nigérians présents en Afrique du Sud sont aussi accusés de trafic de drogue.

« Ces gens-là, ils vendent de la drogue : ils ont squattés tous ces bâtiments ! Quand je dénonce ça, on dit que je suis xénophobe ! J’en ai marre ! Nous nous plaignons auprès de la police mais elle ne fait rien… Que doit-on faire ? Nous ne sommes pas violents mais fait pas nous pousser…», lance un Sud-Africain exaspéré.

Des pétitions circulent également pour dénoncer les nuisances diverses causées par les immigrés dont le comportement est considéré comme de plus en plus arrogant.

Le ministre des Affaires intérieures a annoncé jeudi des plans pour inspecter les lieux de travail afin de voir si les entreprises emploient des étrangers sans papiers.

Le taux de chômage atteint plus de 26 % en Afrique du Sud alors que le pays compte entre 1,5 et 2 millions d’étrangers.

L’Afrique du Sud a connu son plus grave épisode de violence contre les étrangers en 2008, lorsque plus de 60 personnes sont mortes. Il y a deux ans, des troubles similaires dans les villes de Johannesburg et de Durban ont fait sept morts.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :