En Angleterre, c’est Boris Johnson qui remplacera Theresa May à la tête des Tories, le Parti conservateur britannique, et qui deviendra Premier ministre.

Il a été élu largement à la tête du parti conservateur. C’est une consécration annoncée depuis l’annonce de la démission de Theresa May du poste de Premier ministre. Boris Johnson, surnommé « BoJo », est élu face à Jeremy Hunt par les militants conservateurs à la tête du parti ce mardi 23 juillet. Avec 92 153 voix contre 46 656, il devient le patron de ce parti qui possède une majorité relative au parlement britannique.

Il va prendre automatiquement la tête du gouvernement mercredi. Pour cela, il devra bénéficier du soutien des députés unionistes de l’Irlande du Nord, le DUP, car les conservateurs n’ont pas la majorité absolue. De plus, il prend la direction d’un parti qui a subi une déroute aux dernières élections européennes avec moins de 9 % des voix.

Et comme attendu, il va donc officiellement prendre ses quartiers au 10 Downing Street au terme du scrutin qui l’a opposé à son concurrent Jeremy Hunt.

Une nouvelle marche franchie par ce quinquagénaire passé par le journalisme avant d’entrer en politique et de conquérir – par deux  fois – la mairie de Londres. Boris Johnson a du sens politique et le sens de la formule. Il succède ainsi à Teresa May et le changement de style promet d’en ébouriffer plus d’un.

Descendant de l’aristocratie britannique, Boris Johnson est connu tant pour ses positions conservatrices que pour ses gaffes. Comme en 2015, lors d’un voyage au Japon, où il plaque sans ménagement un enfant lors d’une démonstration de rugby. Une exubérance devenue un axe de communication parfois mise au service de ses positions pro-Brexit.

Ancien héraut du référendum sur le Brexit Boris Johnson a déclaré qu’il était déterminé à sortir le Royaume-Uni de l’Union européenne le 31 octobre, si nécessaire sans accord, menaçant les Européens de ne pas payer la facture du Brexit. Une perspective, trois ans après le référendum qui a décidé le Brexit, qui inquiète les milieux économiques, craignant une récession.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :