Il semblerait que sur ce point, la France soit allée plus vite que la Belgique. Une journée d’étude sur les salles de shoot est organisée le 24 octobre à Marchienne-au-Pont. Le colloque est introduit par le bourgmestre de Charleroi et président du PS Paul Magnette. On fera le tour sur les expériences menées en Europe et notamment sur le cas du Luxembourg ! Qu’on se rassure, on débattra aussi des questions éthiques et politiques liées à ce concept destiné à encadrer sanitairement les consommateurs d’héroïne, sans jugement de valeur. L’après-midi est consacrée aux perspectives belges « Les salles de consommation de drogues à moindre risque existent dans d’autres pays et montrent un bilan positif en termes de santé, d’inclusion sociale et de sécurité. Le temps est venu d’envisager leur ouverture en Belgique. Sur le terrain, des études de faisabilité sont en cours dans cinq grandes villes : Bruxelles, Charleroi, Liège, Gand et Anvers. »

 

Le but est bien sûr de ne pas pousser à la consommation mais d’intégrer les consommateurs et de les aider à décrocher : «  Il est un fait qu’on n’arrive pas à aider les consommateurs d’héroïne. En matière de santé publique, les dégâts sont énormes. Il faut donc leur dire qu’on va leur donner ce produit dans des conditions plus saines qu’actuellement. Il faut bien comprendre que l’argument courant disant : c’est la porte ouverte à la défonce pour tous, est totalement faux. Primo, ces gens ne consomment pas ces produits-là par plaisir. Il s’agit, certes, d’une piste un peu triste mais indispensable pour qu’ils puissent continuer à exister au sein de la société. Secundo, il y a très peu de personnes dépendantes à l’héroïne en Belgique par rapport, notamment, aux addicts à l’alcool ou aux antidépresseurs. »  L’argument est de choc ! Les Belges seront contents de savoir qu’on étudie la possibilité de se droguer en toute légalité !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :