Sanctoral 

Saint Blaise, Évêque et Martyr

Originaire de Sébaste en Arménie, saint Blaise exerça quelque temps la médecine puis devint évêque de sa ville natale. Il se retira ensuite dans une caverne de la montagne, d’où il continua à gouverner son diocèse, pour échapper à des persécutions incessantes. Une tradition veut qu’il ait vécu dans le voisinage des bêtes sauvages sans qu’elles ne lui fissent jamais aucun mal. Arrêté par Agricola, gouverneur de Cappadoce sous Lucinius, il lui dit : “Insensé, lui dit-il, penses-tu me séparer de Dieu par tes tourments? Non, non, le Seigneur est avec moi, c’est Lui qui me fortifie!” Les bourreaux le frappèrent à coups de verges et le jetèrent en prison. Quelques jours après, le martyr est rappelé au tribunal: “Choisis, Blaise, lui dit le juge, choisis entre deux partis: ou bien adore nos dieux, et alors tu seras notre ami, ou bien, si tu refuses, tu seras livré aux supplices et tu périras d’une mort cruelle. Ces statues que tu adores, reprend l’évêque, ne sont pas des dieux, mais les organes du démon, je ne puis donc les adorer.” Le tyran, le voyant inflexible, ordonna de l’attacher à un chevalet, puis il fit apporter des peignes de fer, avec lesquels on lui déchira le dos et tout le corps. La victime, se tournant toute sanglante vers le gouverneur, lui dit: “Déjà voisin du Ciel, je méprise toutes les choses de ce monde; je me ris de vous et de vos supplices. Ces tourments ne dureront qu’un instant, tandis que la récompense sera éternelle.” Après de nouveaux interrogatoires inutiles, Blaise fut jeté dans le lac voisin pour y être noyé; mais il fit le signe de la Croix et marcha sur les eaux comme sur un terrain solide, à la grande admiration de tous les spectateurs de ce prodige. Le glorieux martyr eut enfin la tête tranchée le 3 février 316. Le culte de saint Blaise se répandit rapidement, tant en Occident qu’en Orient. On lui attribue de nombreuses guérisons, entre autres celle d’un enfant qu’une arête prise dans son gosier étouffait. L’Église l’invoque pour toutes les affections de la gorge; le jour de sa fête, elle bénit deux cierges et demande à Dieu de délivrer des maux de gorge et de tout mal ceux qui s’en font toucher le cou en recevant la bénédiction du prêtre. Les ongles de fer dont sont corps fut déchiré l’on fait choisir comme patron des cardeurs de laine. Saint Blaise est un des quatorze « Saints Auxiliaires ».

Martyrologe

A Sébaste, en Arménie, la passion de saint Blaise, évêque et martyr. Ce grand thaumaturge subit, sous le préfet Agricola, une longue flagellation; attaché à un poteau où on lui déchira le corps avec des peignes de fer, il fut ensuite enfermé dans un horrible cachot, puis on le jeta dans un lac d’où il sortit sain et sauf; enfin, sur l’ordre du même juge, il eut la tête tranchée, et avec lui deux enfants subirent le même sort. Auparavant, sept femmes qui avaient recueilli les gouttes de sang qui coulaient de son corps furent à ce signe reconnues comme chrétiennes et, après avoir enduré de cruels tourments, furent elles-mêmes mises à mort par le glaive.

En Afrique, saint Célerin diacre. Après avoir été détenu dix neuf jours en prison, il devint, dans les entraves et les fers, et par divers tourments, un glorieux confesseur du Christ. Par son invincible fermeté dans la lutte, il triompha de l’ennemi et fraya aux autres le chemin de la victoire.

Au même lieu, les trois saints martyrs, parents du diacre Célerin, à savoir: Laurentin son oncle paternel, Ignace son oncle maternel, Célerine son aïeule: ils avaient reçu avant lui la couronne du martyre. Nous avons du bienheureux Cyprien une lettre qui chante la louange de tous ces glorieux vainqueurs.

En Afrique encore, les saints martyrs Félix, Symphrone, Hippolyte et leurs compagnons.

Dans la ville de Gap, en France, les saints Tigide et Remédius, évêques.

A Lyon, en Gaule, les saints Lupicin et Félix, également évêques.

A Brême, saint Anschaire, d’abord évêque de Hambourg, puis en même temps de Brême. Il convertit à la foi du Christ les Suédois et les Danois et il fut établi légat apostolique de tout le pays septentrional par le pape Grégoire IV.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :