Il y eut le « mariage » pour tous, il y a maintenant la « famille » pour tous… avec l’Union Européenne toujours à la manœuvre pour imposer ces nouveaux modèles arc-en-ciel à tous les pays membres.

La GPA se trouve, dans les faits, reconnue dans tous les pays

La Commission européenne présidée par l’omniprésente Ursula von der Leyen, en fin d‘année 2022, a fait deux propositions qui de fait éliminent les compétences de chaque État et les droits des familles, des parents et des enfants naturels. D’une part la GPA se trouve ainsi reconnue dans tous les pays et, d’autre part, les organismes de promotion de « l’égalité » dans les pays européens sont renforcés et homogénéisés, renforçant leur contrôle.

La première proposition stipule que les parents de même sexe et leurs enfants (naturels, adoptés ou nés de GPA) devraient être automatiquement reconnus comme une famille dans tous les États membres de l’UE, c’est le principe fondamental au cœur de la proposition ‘Règlement’ présenté par la Commission européenne, avec l’excuse d’harmoniser les règles du droit international privé sur la parentalité dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Ainsi même dans les pays où la GPA est interdite, les enfants nés par GPA à l’étranger devront être reconnus sur le livret de famille.  Dans les faits c’est donc une reconnaissance implicite de la location de l’utérus.

Le droit naturel pour un enfant à avoir un vrai père et une vraie mère est banni par l’UE

La proposition de règlement européen a été présentée à Bruxelles par les commissaires Věra Jourová, vice-président de la délégation aux valeurs et à la transparence, « il est impensable que celui qui est parent dans un État membre ne soit pas reconnu comme tel dans un autre État membre : certains enfants risquent donc de ne pas avoir accès à leurs droits », et Didier Reynders, Commissaire à la justice, « Tous les enfants devraient jouir des mêmes droits, quelle que soit la manière dont ils ont été conçus ou nés et le type de famille ». Disons pour être plus juste, que pour ces technocrates idéologues de Bruxelles totalement soumis aux lobbies Lgbtqi+, tous les enfants devraient jouir des mêmes droits sauf du droit naturel le plus fondamental, celui d’avoir un vrai père et une vraie mère. Ce droit-là n’a pas droit d’existence dans le meilleur des mondes arc-en-ciel que bâtit la Commission européenne.

« Le règlement proposé (Règlement du Conseil), rappelle LNBQ, qui introduit l’équivalence entre le mariage et la famille naturelle et toutes les autres unions (de même sexe mais, dans un proche avenir, également polyamoureuses et trans), et place au même niveau avec un nouveau certificat de filiation européenne la filiation naturelle et la filiation de substitution, celle qui dérive de formes d’esclavage et de mercantilisme envers l’enfant et sa mère naturelle, devra en suivre une procédure longue et complexe et doit être approuvé par le Conseil européen des 27 chefs de gouvernement après consultation du Parlement. »

Cependant, continue l’analyse « les parlements nationaux peuvent avoir la possibilité d’exprimer une opinion importante (mécanisme de contrôle de subsidiarité). L’astuce utilisée par la Commission est claire, il est reconnu que le droit matériel de la famille, y compris le statut juridique des personnes, relève de la responsabilité des États membres, toutefois elle s’arroge le droit de prendre des mesures en matière de droit de la famille ayant des implications transfrontalières en vertu de l’article 81, paragraphe 3, du TFUE, telles que des mesures visant à faciliter qu’une fois la parentalité établie dans un État membre, elle soit reconnue dans tous les autres États membres. Ainsi, en effet, la compétence nationale en la matière sera toujours surmontée et contournée par le règlement européen, s’il est approuvé. Des mesures sont prises en faveur de l’européanisation des familles multicolores, indirectement de la maternité de substitution, légitimant en effet leur ‘marché’ de l’esclavage et des êtres humains. La destruction de la famille naturelle est un pilier du nouveau projet antichrétien mondialiste. »

La destruction de la famille naturelle est un pilier du nouveau projet antichrétien mondialiste 

Une autre proposition approuvée par la Commission vise à renforcer les organismes de promotion de ‘l’égalité’, en particulier leur indépendance, leurs ressources et leurs pouvoirs, afin qu’ils puissent lutter plus efficacement contre la discrimination en Europe :

« Les organismes de promotion de l’égalité sont essentiels pour aider les victimes de discrimination et pour garantir la mise en œuvre de la législation de l’UE sur la non-discrimination sur le terrain. Cette nouvelle législation garantira que les organismes de promotion de l’égalité pourront exprimer leur plein potentiel. Il protégera mieux les victimes de discrimination et contribuera à la prévention de la discrimination. »

« Les différentes formes d’organisation et règles d’égalité, décrit LNBQ, incitent la Commission et la grande championne des droits des LGBTI et de l’avortement Helena Dalli à « propose une série de règles contraignantes » pour renforcer le rôle et l’indépendance les organismes de promotion de l’égalité, le renforcement de leurs compétences, de leurs pouvoirs, de leurs budgets et une meilleure coordination dans l’application des initiatives et engagements européens de non-discrimination. Dalli elle-même a décrit, sur Euractiv, le renforcement de nouveaux organes importants pour le partage « des connaissances … la collecte de données sur l’égalité … le suivi… et promouvoir les progrès à moyen terme vers des sociétés cohésives fondées sur l’équité et l’inclusion ».

Evidemment, la présidente de la Commission Ursula Von der Leyen qui a toujours et plusieurs fois réaffirmé son engagement personnel jusqu’à présent et celui de la Commission en faveur des ‘familles’ arc-en-ciel, des ‘droits’ LGBTQI dans tous les pays de l’Union européenne  et a ouvertement pris parti contre des pays, la Pologne principalement et la Hongrie qui ont adopté des mesures en faveur du mariage et des familles naturelles, a soutenu ces nouvelles propositions.

L’ambitieuse Ursula, mère elle-même de 7 enfants, a rencontré quelques oppositions des pays qu’elle veut depuis longtemps plier à son idéologie arc-en-ciel mais sans succès pour l’instant. La Pologne a immédiatement fait connaître sa désapprobation vis-à-vis de ces propositions arc-en-ciel et anticipé son propre veto contre la proposition de Règlementation de la Commission. Également la Hongrie et la Bulgarie se sont montrées contraire. Tant la Pologne que la Hongrie procèdent d’ailleurs à la mise en place de politique nataliste et en faveur de la famille naturelle composée d’un homme et d’une femme.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :