Sanctoral

Sainte Elisabeth de Hongrie – Veuve

Elisabeth, un bijou parmi les saints allemands, patronne des œuvres de charité chrétienne à l’égard du prochain, se distingue par son courage joyeux dans la souffrance. Elle était fille (née en 1207) du roi de Hongrie, André. Dès l’âge de quatre ans, elle vint à la cour de son futur époux, et fut mariée (1221) à Louis, landgrave de Thuringe. Elle remplit avec une fidélité consciencieuse aussi bien ses devoirs d’épouse que ceux de servante de Dieu. Elle quittait son lit durant la nuit et demeurait longtemps en prière ; elle exerçait avec zèle les œuvres de charité chrétienne ; elle se faisait la servante des veuves, des orphelins, des malades et des indigents ; au cours d’une grande famine, elle distribua généreusement tout le blé de ses greniers ; elle recueillait les lépreux dans un hôpital fondé par elle et leur baisait les mains et les pieds. Elle fit construire aussi un vaste hospice pour recevoir et soigner les nécessiteux. Après la mort prématurée de son époux (en 1227, à Otrante, en Basse-Italie, au cours de la croisade que l’empereur Frédéric II fit traîner en longueur), elle quitta tous ses ornements princiers pour pouvoir servir Dieu plus facilement, revêtit un costume simple, devint tertiaire de Saint François et se signala par sa patience et son humilité. Son beau-frère, devenu landgrave, la chassa du château de Wartburg et la laissa sans abri. Son domaine fut saisi, et on l’obligea à quitter le château de la Wartbourg. Cependant, à Eisenach, personne n’osait lui offrir un abri par crainte du souverain. Ce n’est qu’après bien des prières qu’un aubergiste compatissant lui céda une écurie abandonnée. Mais la cour lui renvoya ses enfants qu’elle avait d’abord laissés au château et interdit à tous les habitants d’héberger la veuve du landgrave, de sorte qu’elle dut errer en plein froid de l’hiver avec ses trois enfants dont le plus jeune avait à peine quelques mois. En 1228, elle prit le voile des sœurs du Tiers-Ordre de Saint François (Le Tiers-Ordre de la Pénitence) et se rendit à Marbourg où elle fit construire un hôpital avec son pécule de veuve, ne se réservant qu’une pauvre maisonnette de torchis. Toutes ses forces et tous ses soins étaient pour les pauvres et les malades ; quant à elle, elle gagnait sa vie en filant. Encore jeune par l’âge, mais riche en bonnes œuvres de noble charité, elle mourut là le 17 novembre 1231 ; elle n’avait que 24 ans. Quatre ans après, Élisabeth, déclarée Sainte par le Vicaire de Jésus-Christ, voyait tous les peuples du Saint-Empire, empereur en tête, affluer à Marbourg où elle reposait au milieu de ces pauvres dont elle avait ambitionné la vie. Son corps sacré fut remis à la garde des chevaliers Teutoniques, qui reconnurent l’honneur en faisant de Marbourg un chef-lieu de l’Ordre, et en élevant à la Sainte la première église ogivale que l’Allemagne ait possédée. De nombreux miracles y attirèrent longtemps l’univers chrétien. Ses reliques, qui subirent divers destins, reposent dans l’église Sainte Élisabeth à Marbourg ; son chef est à Vienne (église Sainte Élisabeth).

Saint Pontien – Pape et Martyr

Pape de 230 à 235, Pontien eut à subir la dure persécution d’Alexandre Sévère qui s’attaqua tout spécialement aux chefs des églises. Arrêté et exilé aux mines de Sardaigne, il succomba aux mauvais traitements qu’il eut à endurer.

Martyrologe

Dans la ville de Marbourg, en Germanie, la mise au tombeau de sainte Élisabeth, veuve, fille du roi André de Hongrie et membre du Tiers-Ordre de saint François; après une vie entièrement consacrée aux œuvres de piété, devenue célèbre par ses miracles, elle s’en alla vers le Seigneur.

Saint Pontien, pape et martyr, dont l’anniversaire est mentionné le 3 des calendes de novembre (30 octobre).

A Samarie, en Palestine, saint Abdias prophète.

A Rome, sur la voie Appienne, l’anniversaire de saint Maxime, prêtre et martyr. Il souffrit durant la persécution de Valérien et fut inhumé à Saint-Xyste.

Dans la cité d’Ecija, en Espagne, le bienheureux Crispin évêque, qui fut décapité et parvint ainsi à la gloire du martyre.

Le même jour, saint Fauste, diacre d’Alexandrie. Il fut tout d’abord exilé avec saint Denis durant la persécution de Valérien; parvenu ensuite à un âge très avancé, il périt par le glaive durant la persécution de Dioclétien, et consomma ainsi son martyre.

A Césarée de Cappadoce, saint Barlaam martyr. Quoiqu’ignorant et inculte, il triompha du tyran par la sagesse dont le Christ le remplit; il surmonta même la violence du feu par la constance invincible de sa foi. En son jour anniversaire saint Basile le Grand prononça un célèbre discours.

A Vienne, en Gaule, les saints martyrs Séverin, Exupère et Félicien. Leurs corps furent retrouvés, grâce à la révélation qu’ils en firent eux-mêmes, de nombreuses années après leur mort; l’évêque, le clergé et la population de la ville, les levèrent de terre avec grande révérence et leur donnèrent une sépulture honorable.

En Isaurie, la passion de saint Azas et de cent cinquante soldats ses compagnons, sous l’empereur Dioclétien et le tribun Aquilin.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !