greece-syriza

La démagogie continue ses ravages : Marine Le Pen dit à qui veut l’entendre qu’elle souhaite la victoire de Syriza, parti grec d’extrême gauche. La raison en serait que ce parti est le seul – et serait le premier – à pouvoir défier la main mise de l’union européenne.

Les partenaires de Syrisa, bien loin du Front National...
Les partenaires de Syrisa, bien loin du Front National…

Une telle position la met aux cotés de Jean-Luc Mélenchon, grand partisan du parti grec. Une façon efficace mais peu honnête de brouiller les pistes pour se défaire des oripeaux de l’étiquette d’extrême droite. Car Marine Le Pen s’est défendue de tout soutien à Aube Dorée, et pourra ainsi se targuer d’une première victoire nationale par dérogation… d’extrême gauche !

Syrisa et le lobby LGBT
Syrisa et le lobby LGBT

Si le choix tactique de Marine Le Pen peut lui donner certains avantages immédiats d’une image dédiabolisée, il n’est pas sûr que de souhaiter jeter la Grèce membre de l’Union Européenne dans les bras d’un parti communiste soit un pari gagnant. C’est un peu nous dire que l’on souhaite le choléra en remplacement de la peste.

Xavier Celtillos

Quand Syrisa manifeste en France...
Quand Syrisa manifeste en France…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Colloque sur Saint Joseph

Plus de 9h de conférences pour seulement 5.00 € ! Pourquoi s’en priver ?

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :