« Si le docteur Sanchez (du CHU de Reims, NDLR) prétend remettre en route le processus de mort (…), il sera poursuivi également par plainte avec constitution de partie civile pour meurtre avec préméditation sur personne vulnérable », a déclaré Me Jérôme Triomphe devant la presse ce vendredi.

Quelques instants auparavant, la plus haute juridiction judiciaire a cassé la décision de la cour d’appel de Paris qui avait ordonné le 20 mai la reprise des traitements de Vincent Lambert, en état végétatif depuis 2008, comme demandé par le comité de l’ONU pour les droits des personnes handicapées (CDPH) et en attendant que celui-ci se prononce sur le fond du dossier.

« Si le gouvernement prétendait ne pas faire respecter ces mesures provisoires, nous engagerions immédiatement des poursuites pénales contre les ministres concernés », a également déclaré Me Triomphe, accusant le gouvernement de « parjure vis-à-vis de ses engagements internationaux ».

« La France ne peut pas se placer au ban des nations civilisées et risquer d’être condamnée par l’ONU à l’avenir », a-t-il encore ajouté.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

Mots clefs

20 commentaires

  1. Cadoudal says:

    bientôt on arrête de nourrir Chirac , devenu gâteux, ainsi que Schumacher .

    la Sécu va faire de belles économies .

    Attali va être heureux .

    • On pourrait aussi arrêter de nourrir tous les parasites de notre société, quasi “sous-hommes”, maintenus immoralement en vie par perfusion financière:
      ==> immigrés inassimilables,
      ==> politichiens,
      ==> journaleux,
      ==> syndicalistes gauchistes,
      ==> sodomites et gomhoriens,
      ==> …. etc …

  2. Cadoudal says:

    félicitons M Triomphe pour sa belle pugnacité contre le système maçonnique de mort républicain.

    et pour les parents Lambert , qui se ruinent qui sauver leur fils.

  3. Sancenay says:

    C’est un déni de justice absolu, le début du génocide projeté de centaines de “morts inutiles” pour reprendre les mots cyniques très récents et certainement pas prononcés par hasard par la mère Buzyn ,( ex belle-fille de la mère Veil ). La cour de Cassation aux ordres des factions libertaires représentées par la Procureur Molins a argué que ” seules les privations de liberté peuvent être qualifiées d’atteinte à la liberté individuelle”
    Mais que je sache , toutes nos libertés individuelles ne sont -elles pas totalement contingentes de notre liberté inaliénable de vivre ?
    Il ne s’agit donc pas là d’un argument de droit, mais de rhétorique et d’acharnement idéologique !
    Et l’argumentation du procureur mortifère en a apporté la preuve si besoin était en disant que “reconnaître le droit à la vie , serait remettre en cause la loi ( Ndlr, euthanazique ) Léonetti , et la ( sacro-sainte ) IVG” , (de la Religion du “Progrès” contre l’humanité)
    De barbarie en barbarie, la France se voit condamnée à une mort certaine, une dissolution dans un monde sans foi ni loi .L’Etat,qui mène le bal , et qui vient en tant qu’autorité administrative ,désormais ouvertement totalitaire, en effet, d’obtenir droit de vie et de mort sur ses administrés, ne représente plus qu’une éphémère étape de la destruction de seize siècles de construction chrétienne.
    Mon Dieu, qu’avons-nous fait , ou pas fait surtout , pour en arriver là ?
    Prions pour Vincent et ses parents.

  4. Saint-Plaix says:

    Sancenay, l’émotion st une chose, le droit en est une autre!
    Rappelons que La Cout de Cassation ne juge jamais sur le fond mais sur la conformité des jugements au droit et en particulier aux codes de procédure… Vous avions ici quelque chose d’incroyable: une décision de Cour d’Appel à l’encontre d’une décision d’essence administrative: une inadmissible intervention… La Cour de Cassation ne pouvait pas laisser passer cela, sinon c’est tout le système judiciaire qui se trouverait remis en cause… Là aurait été le déni de justice! Il est étrange d’ailleurs que la Cour d’Appel ns se soit pas d’emblée déclarée incompétente, Cela n’aurait été que l’expression du droit et lui aurait évité l’humiliation de la cassation… Vous remarquerez que je n’évoque pas le cas Lambert à ce stade: mais une question de principe infiniment plus générale: C’est ce qui est en cause…
    Maintenant je laisse aux avocats de Vincent Lambert la responsabilité de leurs nouvelles déclarations quelque peu aventureuses (pour rester poli). Comment en effet introduire une plainte pénale contre des décideurs, quels qu’ils soient, quand toutes les plus hautes juridictions ont été unanimes: Conseil d’Etat, Cour de Cassation, Conseil Constitutionnel, etc? C’est un bel effet d’annonce; c’est certain; mais au delà c’est peu réaliste!

    • Soupape says:

      Objections :

      Si la Cour d’Appel civile n’était pas compétente,
      le Tribunal civil, qui a osé rendre un jugement EQUIVALENT à une condamnation à mort,
      n’était lui-même pas compétent.

      Il s’agit de ce qu’on appelle un “abus de droit”.

      De plus nul ne peut être condamné à mort, même par privation de nourriture.

      Là aussi, abus de droit.

      Quant aux “droits de l’homme” (et du citoyen !), quels beaux principes !
      Dès qu’un malade devient “gênant” à nourrir, il n’y a qu’à le tuer !
      C’est uniquement pour cette raison “de confort” qu’on veut le tuer.

      Voilà où en sont nos gouvernants …

      Si, au moins, le malade avait tué père mère femme et enfants, on pourrait le sauver !
      Mais puisque qu’il a “omis” de tuer quelqu’un (quelle faute grave, ouh là,là !) il doit disparaître …

      Si votre justice ne dépasse pas celle des scribes et des pharisiens,
      vous n’entrerez pas dans le Royaume de Cieux, a dit Jésus.

    • champar says:

      Saint Plaix c’est beau la défense du droit mais il semble qu’il y a des limites que j’espère que vous comprendrez :

      Pourquoi les dirigeants et certains médecins allemands de la dernière guerre ont été condamnés à Nuremberg alors qu’ils ont appliqué le droit qui était en vigueur en Allemagne à cette époque (expérimentations médicales sur des personnes handicapées, et autres …) ?
      La loi du vainqueur, c’est vrai, mais peut-être pas que cela…
      Les dirigeants communistes ont eux aussi déporté et assassiné des millions de personnes en application du droit de leur pays, cela vous parait-il parfaitement justifié ?
      Les Etats Unis ont spolié (et plus) les indiens qui occupaient le territoire américain, en plus ils s’en vantent dans tout leur cinéma !

      Ce qui est juridiquement valable n’est pas forcément moral et cela l’est de moins en mois surtout depuis que le droit et la légalité s’éloignent de l’enseignement du christianisme : Au début la différence est minime et au fur et à mesure que l’homme se prend pour Dieu et veut décider du bien et du mal, cela devient l’horreur juridique.

      Pour conclure : un homme honnête n’est pas quelqu’un qui n’a pas été condamné mais quelqu’un qui n’a pas commis des actions malhonnêtes alors qu’il aurait pu le faire sans être condamné, cela réduit considérablement le nombre de personnes vraiment honnêtes. Cela relativise terriblement le droit des Etats.

    • de la Croix says:

      Qui est ce conard de simplet Je lui souhaite une tétraplégie efficace pour voir sa réaction quand cela le concernera lui… et pas un autre…??? ICe type est fou à lier pour oser écrire ce qu’il a écrit

      • Il n’est pas fou, il est juriste, c’est à dire hyper-fou, criminel et complice de criminels. Le légalisme stupide, voilà ce qu’on apprend à la fac de droit.

  5. Chapelet quotidien,
    pour que Notre-Dame écrase au plus tôt la tête du serpent judéo-maçonnique !

  6. Sancenay says:

    En réponse à tout simplet qui attaquerait la défense de Vincent :

    1) Rappel de mon précédent commentaire du 26 juin

    A lui seul, bien sûr le sixième commandement suffirait à clore le débat si nous n’étions pas face à un Etat à la solde de la révolution nihilo-mondialiste dont le projet de gouvernance est d’asservir l’humanité en “effaçant” le droit naturel, bien commun de l’humanité confié aux hommes par le Créateur
    Toutefois le jugement qui aura lieu demain le sera encore dans le seul cadre du droit français qui, malgré toutes les attaques permanentes dont il est l’objet demeure encore fortement imprégné du droit naturel.
    Et c’est pourquoi les hardis avocats de Vincent devraient encore parvenir à ruiner l’ultime argutie du Procureur Molins ,

    Et c’est plus que souhaitable , non seulement pour Vincent ses parents et tous ceux qui l’aiment, mais aussi parce que ,à travers son cas c’est l’humanité même qui est en jeu, puisque Vincent est l’otage d’un combat idéologique mené par les factions ultra-libérales et libertaires pour promouvoir l’euthanasie et parachever la réification, de l’être humain.
    Il s’agit également pour les tenants et aboutissants de ces idéologies dominatrices de franchir une nouvelle étape de la révolution anthropologique en cours, et déjà bien entamée, pour livrer l’être humain aux marchands (marchandisation des corps, transhumanisme, etc…)
    A cette fin la puissance de l’Etat a été totalement subvertie et annexée. Exprimée par la voix du Procureur Molins , la volonté euthanasique de l’Etat invoque « l’absence de voie de fait » pour faire annuler la décision de la Cour d’Appel qui rétablissait Vincent dans ses droits.
    Or qu’est-ce qu’une ” voie de fait ” en droit ?
    En droit pénal c’est une violence quelconque envers une personne ne constituant ni une blessure, ni un coup. Ici la violence est établie puisque Vincent est littéralement retenu prisonnier, sous “bonne” garde, au CHU de Reims où il est en sus arbitrairement privé des soins de rééducation que son état pauci relationnel justifie pleinement.
    Le fait de priver une personne en cet état de grand handicap de la possibilité de se nourrir et de s’hydrater constitue également de toute évidence une voie de fait.
    Ce qui est également vrai en droit civil puisqu’il est de toute évidence « porté atteinte ouvertement aux droits personnels ” de Vincent.
    Du point de vue du droit administratif, il en est de même. Le CHU de Reims par l’action, si ce n’est l’acharnement idéologique du Docteur Sanchez porte gravement atteinte à « la liberté fondamentale » de Vincent : celle de vivre d’abord, puisqu’il a toujours manifesté la volonté farouche de l’exercer, ne refusant jamais de manger et de boire ( il a toujours volontairement dégluti ) même pendant les 30 jours où le Docteur Kariger, prédécesseur du Docteur Sanchez a tenté de le faire mourir, de voir ses proches et ses amis à tout instant, de bénéficier des soins de rééducation adaptés à son état.
    Si la Cour de Cassation donnait raison au Procureur Molins, ce serait non seulement un total déni de justice, mais le début d’un nouveau crime contre l’humanité, puisque rien que pour la France, 1700 personnes seraient menacées du même sort par l’Administration, soit rien moins que la possibilité d’un nouveau génocide.
    Ce serait aussi un coup fatal porté au respect des libertés individuelles puisque contrairement à la décision du Tribunal des conflits du 17 juin 2013 , Bergoend, n° C3911, pour la première fois , dans l’histoire du droit français, le droit de porter atteinte à la liberté individuelle et qui plus est, le droit de vie et de mort sur les personnes, seraient reconnus à l’autorité administrative. Ce qui n’est rien d’autre qu’une des principales caractéristiques de l’existence d’un Etat totalitaire.
    Le singulier principe de la présumée « fuite » livrée aux media aux ordres à des fins de propagande, sur les intentions et la position du Procureur Molins pourrait bien en être un autre signe plus qu’inquiétant, scandaleux.
    A travers le drame de Vincent et de ses proches, c’est donc bien l’humanité dans son essence même qui se trouve placée en danger de mort.

    2) et du second ,celui d’hier soir :

    Gardons toutefois espoir et Espérance. Car “l’autorité administrative”, en l’occurrence la clique libertaire et liberticide qui utilise à ses fins l’Etat français ne peut à la fois pousser celui-ci à renoncer à sa souveraineté , et en l’occurrence, en matière de protection du droit des personnes handicapées par le biais de sa ratification auprès de l’Onu de la Convention du Droit des personnes handicapées et ,qui plus est de la ratification, du Protocole facultatif qui reconnaît la compétence et la légitimité juridictionnelle du HCDH ( Haut Comité du Droit des personnes handicapées ) sur les Etats qui ont ratifié, et se prévaloir dans le même temps d’une légitimité en la matière à laquelle il a renoncé.
    Pour une fois l’appétit mondialiste du moloch étatique pourrait et doit lui jouer un bon tour.
    Certes les media poussent au crime en semant la confusion, mais l’affaire n’est pas jouée.
    Prions pour les hardis avocats de Vincent et sa Maman qui lundi défendra VIncent et l’humanité même à l’ONU.
    Hier nous (je) étions quelque peu abattus, aujourd’hui le combat reprend de plus belle.

    En conclusion, Saint-Plaix , vous êtes en retard d’une guerre (bien assez peu) juridique mais bien dans le sens du vent et de la guerre idéologique lorsque vous attaquez les admirables avocats de Vincent.
    Et si le droit français renie et bafoue de plus en plus le droit naturel, il convient de l’y ramener et non pas de se soumettre.

  7. Madelaine says:

    Et pourquoi pas arrêter de soigner gratos les malades du Sida ?
    Après tout, ils n’avaient qu’à mettre une capote (ou être fidèles). Ou ne pas de droguer.
    … surtout pas, ce serait homophobe. Puisque les hommes homos représentent 49% des cas sidéens…

    Cette mise à mort est déjà scandaleuse, mais décider de le faire en pleine canicule c’est franchement des salauds.

  8. Sandrine says:

    Tout ça, c’est une histoire de fesses et de fric :
    De fesses parce que la Rachel Lambert voudrait bien tuer ce Vincent gênant afin de pouvoir se remarier en bonne conscience avec son amant.
    Et de fric parce que l’accident de Vincent Lambert a eu lieu sur son trajet professionnel et que les assurances en ont ras-le-bol de payer depuis 2008.
    Bref, le meurtre est programmé et prémédité depuis longtemps par la femme adultère et les assurances qui financent.

  9. Je ne les connais pas. Et je ne vous connais pas. Une simple affirmation de votre part, qui n’est étayée par rien, n’emportera pas ma conviction.

    • Sandrine says:

      C’est malheureusement toujours les gens comme vous, qui ne connaissent rien au sujet, qui la ramènent le plus. On ne refera pas le monde.

      • Si faire des affirmations sans les prouver fait chez vous office de vérités grand bien vous fasse. Simplement ce n’est pas mon cas. Question d’éducation sans doute.

        • Sandrine says:

          Je ne vous dois rien, je n’ai rien à vous prouver.
          De plus, vous êtes libre de croire qui vous voulez, mais je remarque que vous croyez toujours ceux qui n’ont jamais rien prouvé, comme vous affirmez sans savoir.
          Tout est mensonge et subjectivité chez vous, vous êtes le centre de vous-même et Satan vous habite. Donc rien de surprenant. Restez dans votre ignorance.
          Et je suis bien contente de ne pas avoir reçu la même éducation que vous.