Le candidat Macron en meeting à Marseille a exposé ses ambitions sur le thème de l’écologie et esquisse (enfin!) un semblant de programme.
De ses grandes tirades floues à l’anglo-saxonne nous pouvons tirer une petite synthèse non de propositions, mais d’obligations à venir s’il est élu.

D’abord, la fin planifiée du gaz naturel au profit de l’énergie nucléaire, celle que sa concurrente veut elle aussi développer.

Ensuite, une charte climatique pour les éditeurs. Faute d’explication, j’y vois la réduction de l’abattage des arbres nécessaires à la production du papier, qui devra être remplacé par un maximum de « livres numériques ». Bien sûr, la liberté d’expression et d’information est en péril puisque ce qui ne sera pas agréé par l’Etat et les Gafam ne sera plus accessible en ligne.

Dans la même veine pleurnicharde sur l’environnement, il souhaite créer un délit d’écocide. J’imagine que celui-ci sera valable pour nous les gueux au moindre jet de mégot ou de kleenex, quand ses amis les grands industriels pourront continuer de déverser leurs produits toxiques dans les cours d’eau et d’utiliser des engrais nocifs à grande échelle.

Entre One Planet Summit et l’organisation prochaine d’un One Ocean Summit, les termes anglais se succèdent dans un yaourt langagier que cette phrase culte vient éclaircir : « tous les océans sont aussi Français ! » Ah, bon…

Voila peut-être la seule mesure de bon sens envisagée, si vraiment elle aboutit : planter 140 millions d’arbres sur le territoire. Pendant ces 5 dernières années, j’ai assisté impuissante à la destruction des forêts de Moselle au profit d’entreprises allemandes ou roumaines, et pour remplir les caisses vides des mairies notamment celle de ma ville. Alors, vraie proposition ou vrai mensonge ? Vraie proposition mais sa véritable intention il la dévoile lorsqu’il dit vouloir le développement de grandes filières d’exploitation du bois. Ah c’est beau l’écologie des banquiers !

Autre point, Emmanuel Macron veut mettre fin à 50 décharges à ciel ouvert. D’accord, mais pour les mettre où ? Et qu’adviendra-t-il sinon de ces déchets qui gênent sa vue ?

Comme toujours la jeunesse malléable aura droit a un nouveau volet idéologique de la maternelle au lycée : l’éducation au développement durable. Adieu Molière et Louis XIV, l’étude du plastique qui se dissout dans la mer est désormais prioritaire ! Comme toujours le pompier pyromane veut occuper les cerveaux par de nouvelles idoles alors qu’il pourrait simplement interdire les industriels de fabriquer du plastique (pour une grande part) et les obliger a une alternative à base de végétaux, déjà largement répandue en Allemagne notamment.

Mais heureusement Christophe Castaner nous révèle le fond du projet macroniste :

« Le combat contre l’environnement est au cœur de ce que nous avons fait. »

Enfin, la goutte d’eau c’est certainement son exigence absolutiste d’affaiblir encore nos pauvres agriculteurs, qui font partie des derniers hommes libres de ce pays et de ce fait sont si maltraités par l’état. En effet, Emmanuel Macron a déclaré qu’en ces temps de pénuries à venir et pour éviter une famine « nos paysans devront produire plus pour alimenter chaque rive de la méditerranée« . Oui vous avez bien lu.

Les Français passent après toute la misère du monde. Et à nos agriculteurs et éleveurs qui font de la véritable écologie au quotidien – par le travail manuel, les cultures et l’élevage bio – il leur oppose clairement « le travail par le numérique, la génétique, les robots et le biocontrôle« . Le transhumanisme et la nature dénaturée.

Si certains avaient encore des doutes sur sa volonté de renouer avec le souffle de 1789, comme il l’a dit dans son discours au soir du 1er tour, voila que l’oligarque présidentiel veut instaurer « la fête de la Nature ». La déclaration des droits de l’homme fait déjà référence à l’Être Suprême. Mais ce culte sera surtout repris à partir de l’entrée en vigueur du calendrier révolutionnaire en 1793 :

« La Convention a deux objectifs principaux : unifier les Français, après la guerre civile et la déchristianisation, et assurer la mainmise de l’État sur le culte. Un décret du 18 floréal an II (7 mai 1794), adopté par la Convention montagnarde sur un rapport de Robespierre (Comité de salut public), instituait un calendrier de fêtes républicaines marquant les valeurs dont se réclamait la République et se substituant aux fêtes catholiques : à l’Être suprême et à la nature ». (Wikipedia)

Entre Agenda mondial 2030 et future grande nation écologique, à aucun moment il ne fut question des Français, de leur bien-être, de leurs conditions de vie, de LEUR avenir.

Haussant le ton, le candidat des riches a déclamé sur la scène ses arguments contre Marine le Pen, arguant que l’extrême droite (dont elle n’est clairement pas, réjouissant les uns, faisant soupirer les autres) est climato-sceptique, qu’elle veut mettre fin aux éoliennes, lui répondant au passage à ce sujet : « bon courage ! » sûrement parce qu’il sait que les éoliennes ne sont pas recyclables et que la bétonisation des sols est quasi irréversible et très dommageable. Eh les vers, pardon les verts, les écocolos bobos, vous étiez au courant non ? La dictature climatique pour les pauvres, le jet privé et le droit de polluer pour les riches, ça ne vous choque pas ?

Pour finir, quelques phrases clés de la fin du discours Macro-Nul :

« Ne cédez pas à la peur ! Au relativisme ! A celui qu’on aime pas forcément et qui était encore en marche ! Et ça je ne l’accepterai pas, mon combat depuis le début est contre eux.
Le 24 avril c’est un référendum contre ou pour l’UE, contre ou pour l’écologie, contre ou pour notre jeunesse, contre ou pour notre République. »

Le choix est ce qu’il est : mondialisme ou néo-nationalisme.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Mots clefs
6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :