Monseigneur le Cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, a accepté de répondre aux questions de TV Libertés. Le prélat qui vient de publier Le soir approche et déjà le jour baisse répond aux questions de Jean-Pierre Maugendre. Il affirme qu’à la racine de l’effondrement de l’Occident, il y a une crise culturelle et identitaire, une crise de la Foi, du Sacerdoce, de l’Église :

« À la racine de l’effondrement de l’Occident, il y a une crise culturelle et identitaire. L’Occident ne sait plus qui il est, parce qu’il ne sait plus et ne veut pas savoir qui l’a façonné, qui l’a constitué, tel qu’il a été et tel qu’il est. De nombreux pays ignorent aujourd’hui leur histoire. Cette autoasphyxie conduit naturellement à une décadence qui ouvre la voie à de nouvelles civilisations barbares. »

Le Cardinal considère que le temps est venu d’un diagnostic qu’il essaye de faire sans concession, mais son éducation conciliaire pose des limites à son analyse. 

A propos de la nouvelle messe de Paul VI par exemple, une des causes majeures de la déchristianisation actuelle, il n’ose pas la condamner comme elle le mérite, même s’il convient que la liturgie, quand on l’abîme, devient un « spectacle, un folklore ». Il aspire honnêtement à ce que Dieu ait « le primat » des célébrations, en insistant sur  l’orientation de la messe, « comment donner le primat à Dieu si nous lui tournons le dos » souligne-t-il, mais ne mesure pas que le Novus Ordo Missae « ne manifeste pas la foi dans la présence réelle de Notre-Seigneur », « nous amène à croire que c’est seulement un repas (doctrine protestante) et non pas un sacrifice pour la rémission des péchés (doctrine catholique) », et « qu’en dépit des apparences, véhicule une foi nouvelle, et non la foi catholique. Elle véhicule le modernisme et suit exactement les tactiques du modernisme, utilisant une terminologie vague pour insinuer et faire avancer l’erreur » (in « 62 raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas en conscience assister à la nouvelle messe », Compilation par les prêtres du diocèse de Campos au Brésil, publiées par les Dominicains d’Avrillé).

Mgr Sarah est, en revanche, aux antipodes d’un autre évêque conciliaire interrogé récemment sur cette même question de la crise de l’Église Mgr Pontier : si les solutions de l’un sont dans une ouverture toujours plus grande au monde moderne, de nature naturaliste et progressiste, le cardinal Guinéen préconise, et en cela il suit la doctrine pérenne de l’Église, une réforme spirituelle chez l’homme qui passe nécessairement, pour sa sanctification, par poser à nouveau le regard sur la Croix.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

19 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :