Madame Huguette Pérol
Madame Huguette Pérol

Madame Huguette Pérol est l’auteur de plusieurs ouvrages et l’épouse de l’ancien ambassadeur de France au Vatican Gilbert Pérol. Elle vient de publier son dernier livre “Le Choix Impossible De La Fraternité Saint-Pie X – Fidélité ou Sectarisme ?“, un réquisitoire notamment contre les textes publiés sur le site du district de France de cette Fraternité, La Porte Latine. En effet, Huguette Pérol a beaucoup œuvré pour une “réconciliation” entre la Fraternité Saint-Pie X et le Vatican moderniste.

Elle fut notamment très active au sein du GREC dont elle fut l’une des fondatrices, une organisation officieuse aux ramifications douteuses qui visait, sous couvert de joutes doctrinales – auxquels certains se sont adonnés en toute bonne foi -, par le truchement de contacts mondains entre les personnes, à réconcilier Rome et la FSSPX : une sorte d’unité dans la diversité…

A l’occasion de la sortie de son livre, madame Pérol a participé aux côtés de monsieur l’abbé Grégoire Celier, prêtre de la Fraternité Saint-Pie X, à l’émission le Libre Journal d’Henry de Lesquen du 1er février 2016 sur Radio Courtoisie. Et il faut bien dire que si madame Huguette Pérol a toujours fréquenté les milieux traditionnels catholiques, elle a ingéré toutes les conséquences les plus catastrophiques du modernisme sous un vernis traditionnel.

Car outre le sujet des rapports de la FSSPX avec Rome, madame Pérol ne trouve rien à redire aux délires post-conciliaires, et même les défend. Visiblement les rencontres inter-religieuses ne l’effraient pas – ou plus ? -, le scandaleux Synode sur la famille ne semble pas lui avoir posé de problème, allant même jusqu’à défendre la communion pour les divorcés remariés et la possibilité d’engager une nouvelle union en cas de divorce ; elle explique d’ailleurs que son fils se trouvant dans cette situation elle souhaite une solution nouvelle pour lui au niveau de l’Eglise. Réponse simple et pourtant inévitable de l’abbé Celier : cette doctrine de l’indissolubilité du mariage est celle du Christ, pas celle de la FSSPX. Madame Pérol ne se démonte pas, affirmant que des conciles ont déjà pu faire évoluer un certains nombre de choses, et donc pourquoi pas ce dernier point !

Bref, démonstration en force d’un relativisme moral et doctrinal hélas bien symptomatique de ce catholicisme libéral qui, voulant faire la paix avec les ennemis de l’Eglise en vient tout doucement à abandonner des pans entiers de principes et de doctrine à la recherche d’un consensus, qui parfois même, peut satisfaire des situations personnelles douloureuses.

Ce qu’appelle “Fidélité” madame Pérol dans son ouvrage n’est rien d’autre qu’un attachement sentimental à l’institution pontificale et en définitive à l’autorité comme un absolu et non comme ordonné à une fin, quitte à être infidèle à la doctrine de l’Eglise. “Sectarisme” est donc la primauté donnée à la doctrine même si cette primauté fait se retrouver en opposition avec les orientations anticatholiques des actuelles autorités.

Triste exemple de ce catholicisme libéral noyé dans un monde de bisounours qui rêve d’une paix impossible : d’un silence diplomatique on érige une trêve, de la trêve on va à l’accord, de l’accord on glisse à la compromission… C’est aussi pour cela que le libéralisme est un péché.

Madame Huguette dénonce comme infâmentes ces caricatures car cela offense le pape. Mais que trouve-t-elle à redire sur l'infâme apostasie d'Assise qui offense Dieu ?
Madame Huguette dénonce comme infamantes ces caricatures car cela offense le pape. Mais que trouve-t-elle à redire sur l’infâme apostasie d’Assise qui offense Dieu ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :