L’ancien cardinal Bernard Francis Law est mort le décembre à l’âge de 86 ans. Il était connu à la fois pour ses idées très à gauche et pour avoir couvert un réseau de pédérastes – voire même de pédophiles gays –  dans son diocèse. Dans les années soixante, il s’est fait connaître par ses positions très à gauche, notamment pour son soutien à la minorité afro-américaine. Sans jamais d’ailleurs avoir eu le moindre mot de compassion pour les victimes du racisme kémite. Il fut également connu pour son intégrisme conciliaire et sa volonté de détruite toute tradition au sein de l’Eglise. Il était également connu pour ses idées si progressistes qu’il fut invité en 1986 par la dictature communiste et cathophobe polonaise pour prêcher en pèlerinage ! Bref, un cardinal comme on en rêve chez Golias ou chez Etat d’âme.

Sa volonté d’ouverture l’amena à une politique d’ouverture de l’Eglise aux homosexuels. S’en suivit le plus retentissant scandale de l’histoire de l’Eglise américaine avec des dizaines de garçonnets violés par ces « prêtres » recrutés selon les nouveaux critères… Cette sordide affaire avait permis au milieux cathophobes de se déchaîner, notamment le très israélite Boston Globe qui pouvait à bon compte trouver un dérivatif aux multiples scandales sexuels impliquants les rabbins… Un film en fut tiré, Spotlight, écrit par l’israélite Josh Singer, dont on attend avec impatience le film qu’il ne manquera pas de faire sur Elior Chen ou sur Ephraim Shapiro…

Rappelons que les études sur les abus sexuels contre les enfants aux Etats-Unis ont démontré qu’une fourchette allant de 0,2 à 1,7 % des prêtres catholiques avaient été auteurs d’abus sexuels contre des mineurs (il est intéressant de noter que 85 % des 1.200 victimes recensées par la journaliste juive Janet Kornblum dans le USA Today du 24 juillet 2002 étaient des garçons, taux montant à 91 % dans la liste des victimes de 234 prêtres indignes dans le numéro du 11 novembre 2002 de la même publication…). Chez les pasteurs, la fourchette est évaluée entre 2 et 3 %. Chez les Témoins de Jéhovah, le nombres d’enfants sexuellement abusés est de 5.000. Chez les rabbins, loi du silence médiatique oblige, difficile d’avoir des chiffres. Disons simplement que le dossier sur les rabbins violeurs aux Etats-Unis fait 158 pages et que le taux de viols d’enfants chez les juifs hassidim est de 50 % selon le rabbin Nuchem Rosenberg. Au niveau des entraîneurs sportifs, 6.000 d’entre eux ont été jugés pour abus sur enfants. Au niveau des enseignants, il a été estimé par l’étude d’Elizabeth Cohan que le taux de prédateurs pédophiles chez ces derniers était de 5 %. Infiniment plus que les prêtres. Et de rappeler que 15 % des enfants américains avaient été victimes d’agression sexuelle à l’école !

Rappelons également que le taux d’agresseurs sexuels chez les psychologues (on parle d’agression sexuelles d’adultes) et comprise dans une fourchette allant entre 3 et 12 % ! Et pour finir, une petite statistique que va adorer Titiou Lecoq : en 2001, 903.000 enfants ont été maltraités aux Etats-Unis, dont 90.000 violés. 59 % des enfants victimes de maltraitance l’ont été… par des femmes !

Hristo XIEP

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :